Ancient Gods Sanctuary 17

Chapitre Dix-sept : Stupeur et acceptation


En fait ce fut Hane Lath qui eut la privilège d'assister à ce moment mémorable, même si elle ne se rendit pas compte de sa chance sur le coup. Dès le lendemain de la fête de Bel Then, Mine Dias, la déesse antique des rivières, se précipita chez elle pour lui apprendre la nouvelle. Le hasard voulut que Myst Nail se trouvât dans la même pièce à ce moment précis.

« Quoi ?! » s'écria-t'il en entendant le récit de l'autre déesse.

Derniers chapitres parus :
Cent façons de tuer un prince charmant 1 à 3
La Renaissance du Suprême Immortel 1 à 5
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 53 et 54
Prisonnier du Temps 88 et 89
Le Prince Solitaire 2 02
Ancient Gods Sanctuary 19
Prisonnier du Temps 87
Esprit Malin 11 et 12

Cette dernière sursauta, ne s'attendant pas à une réaction aussi violente de la part de son roi. À l'inverse Hane Lath s'était figée, le visage très pâle.

« Je... je l'ai vu de mes propres yeux hier à la soirée de Bel Then. C'était bien Shao Paï et c'était un homme ! » répéta Mine Dias encore toute confuse.


Hane Lath recouvrit l'usage de la parole.

« Tu... tu es bien certaine que c'était elle ? Ce n'était pas quelqu'un qui s'amuserait à se faire passer pour elle ?

– Dans quel intérêt ? Personne de sensé ne se risquerait à chercher des histoires avec elle ! Non, j'ai même parlé avec elle... enfin lui. C'était tout à fait Shao Paï... sauf que c'était un homme ! »

Hane Lath se tourna alors vers Myst Nail qui n'avait plus dit un mot depuis sa bruyante exclamation. Les dents serrés, il fixait un point du mur avec une intensité mortelle. Si le mur en avait été capable, il aurait pris ses jambes à son cou pour échapper à un tel regard.

« La soirée de Bel Then, marmonna le roi des dieux antiques. Pourquoi n'y sommes-nous pas allés ? »


Il se tourna vers sa compagne, sa question sonnant comme une accusation. La déesse aux longs cheveux mauves se raidit devant l'éclat de ses yeux rubis, mal à l'aise alors même qu'elle était innocente sur ce coup.

« Ce... c'est parce que Zeus s'y rendait, rappelle-toi. Comme tu ne veux pas te trouver au même endroit que lui... »

Myst Nail acquiesça, la lueur de doute disparaissant de ses yeux.

« Alors Zeus a pu le voir ? fulmina-t'il tout de même.

– Ils se sont même absentés un long moment pour discuter, renchérit Mine Dias avec inconscience. Et ils ont encore parlé à la fin de la soirée, bien après que tout le monde soit parti. »


Myst Nail grogna de colère. Il quitta précipitamment la pièce sous le regard effaré de son épouse qui se leva à son tour.

« Merci d'être venue nous le dire, Mine Dias, lui fit-elle rapidement. Rhyll, raccompagne-la, je te prie. »

Interloquée, la déesse des rivières vit Hane Lath s'en aller à la suite de son compagnon. Elle cligna des yeux et lança un regard perdu à Analien, son chevalier.

« Qu'est-ce qu'il leur prend à ces deux-là ? »

Analien ne put que secouer la tête en signe d'ignorance. Quant à Rhyll qui connaissait mieux la situation, il fit une grimace et s'inquiéta pour sa maîtresse.


~*~


Hane Lath finit par rattraper Myst Nail à la porte de leur demeure. Il était déjà vêtu pour sortir et s'entretenait avec Murio.

« Tu dis que ses chevaliers sont bien dans sa demeure ? Parfait, je m'y rends tout de suite.

– Dois-je annoncer votre venue, maître ?

– Non, surtout pas.

– Myst Nail ! » l'interpela Hane Lath en arrivant derrière lui.

Il se tourna vers elle, passablement irrité et impatient.

« Où comptes-tu aller ? demanda-t'elle avec inquiétude.

– Chez Shao Paï bien sûr ! Je veux confirmer cette rumeur de mes propres yeux.

– Mais... »

Elle se tut, incapable de songer à un argument pour le retenir.

« En quoi est-ce si important ? » demanda-t'elle en désespoir de cause.


Myst Nail la fixa sans prendre la peine de dissimuler son impatience.

« Imagine que ce soit un complot pour nous ridiculiser, expliqua-t'il. Je dois vérifier cela. »

Hane Lath tomba des nues.

« Un complot ? Mais dans quel but ?

– Tu as peut-être remarqué à quel point Shao Paï est devenu plutôt populaire auprès des dieux grecs et antiques depuis sa prestation à la bataille d'Olympias. Certains dieux pourraient vouloir le discréditer par pure jalousie en créant un parallèle avec Hermaphrodite... ou pire encore...

– P-pire encore ?

– Ce pourrait aussi être une idée de Zeus pour se venger de sa défaite. Comme il n'ose pas s'en prendre directement à moi, il s'en prend à lui !

– Je... »


Hane Lath n'en revenait pas : cette histoire commençait à prendre des mesures disproportionnées.

« Je ne pensais pas que cela allait prendre une telle tournure ! » songea-t'elle avec désespoir.

Si elle avait su, elle aurait peut-être réfléchi à deux fois avant de proposer un tel plan à son amie. Mais maintenant que les choses étaient faites, elle ne pouvait plus revenir en arrière. Il ne restait qu'à tenir sa promesse envers Shao Paï mais même Ç semblait difficile en cet instant, tant Myst Nail paraissait si empressé de voir Shao Paï en homme.

« Alors je viens avec toi ! se ressaisit-elle. Shao Paï est mon amie et je ne laisserai personne salir sa réputation ! »

Elle se sentait un peu hypocrite de dire cela mais ce serait la meilleure façon de surveiller son compagnon.


Myst Nail acquiesça sans soupçon et le couple divin se transporta aussitôt dans la demeure de Shao Paï. Ils se permirent d'apparaître directement dans le salon, ce qui aurait été très impoli en d'autres circonstances. Toutefois Myst Nail tenait à prendre Shao Paï par surprise. L'un des chevaliers de Shao Paï était présent, il s'agissait d'Éland. Il était assis sur un sofa et lisait un livre. Il sursauta en voyant apparaître subitement les dieux.

« Ouah, maître Myst Nail, maîtresse Hane Lath ! s'écria-t'il en se redressant rapidement. J'ignorais que vous deviez venir.

– Je n'ai pas voulu être annoncé, déclara Myst Nail en jetant un coup d'œil autour de lui. Où est ton maître ?

– Euh... elle... il... elle n'est pas là en ce moment. »


Clairement perdu sur le pronom personnel à utiliser, le chevalier n'osait pas croiser le regard du roi des dieux antiques. Cela n'échappa pas à Myst Nail qui fronça les sourcils et s'avança vers lui. Il saisit brutalement son col d'une main et le força à le regarder.

« Réponds-moi franchement ! ordonna le dieu du mal. S'est-il vraiment réincarné en homme ? »

Éland ne put se dérober devant cette question directe qui était comme un ordre.

« Oui... Oui, maître Myst Nail ! »

Le roi le relâcha brusquement.

« C'est donc vrai, » fit-il dans un souffle.

Il se laissa tomber sur un sofa, sous le choc. Hane Lath ne pouvait qu'observer la scène en silence, incapable de trouver le moindre mot à dire.


Myst Nail leva soudain les yeux vers elle, suspicieux.

« Tu le savais ? » demanda-t'il directement.

Elle sursauta.

« N-non ! comment aurais-je pu le savoir ? s'écria-t'elle en espérant être suffisamment convaincante.

– Tu as dis qu'il parlait de changement... Il n'a jamais rien dit en ce sens ?

– De qui tu... ah, tu parles déjà de Shao Paï comme d'un homme... »

Myst Nail haussa les épaules.

« C'est bien ce qu'il est maintenant. Alors, aucune allusion de sa part ?

– Non, jamais, » mentit-elle résolument.


Elle affronta son regard un moment mais fut bien soulagée lorsqu'il détourna les yeux vers Éland.

« Dis-moi où est ton maître en ce moment. »

Le chevalier secoua la tête.

« Vous m'en voyez désolé, maître Myst Nail, mais mon maître nous a expressément demandé de ne pas le suivre alors j'ignore où il se trouve.

– Ne me fais pas croire que tu ne sais pas où il est, Éland. Qu'en est-il du lien entre un dieu et ses chevaliers ? Tu peux très bien savoir où il se trouve, et la réciproque est vraie.

– Je... Notre maître nous a interdit de révéler l'endroit où il se trouve. »


Le chevalier annonça cela bravement néanmoins il craignait la fureur de l'autre dieu.

« Vous pouvez me tuer si vous voulez, ajouta-t'il en voyant le visage de Myst Nail se tordre de fureur, mais je ne vous dirai pas où il est. »

Un chevalier préférait en effet mourir plutôt que de désobéir à son maître. Cela était encore plus vrai pour Éland dont la dévotion envers Shao Paï dépassait de loin celle des autres chevaliers. Le roi des dieux antiques fut tenté un moment de le prendre au mot puis il laissa soudain échapper un rire bref.

« Je vois, fit-il. Hane Lath, nous partons. »

Elle sursauta, surprise par son brusque revers, toutefois elle le suivit quand il se transporta de nouveau chez eux.


De retour dans leur salon, il fit les cent pas. L'atmosphère semblait s'être assombrie autour de lui bien qu'on soit en plein après-midi ensoleillé. C'était comme si la nuit prenait naissance et qu'elle se répandait peu à peu. Hane Lath l'observait sans dire un mot, craignant qu'au moindre son de sa part il ne se déchaîne sur elle et ne finisse par lui arracher la vérité.

« Murio, fit soudain le roi des dieux, où se trouve Zeus en ce moment ? »

Le chevalier consulta mentalement son homologue grec un moment puis fronça les sourcils.

« Maître Zeus se trouve à Dodonès, répondit-il. Ses chevaliers ont eu la permission de me transmettre cette information. »

Ce n'était guère courant. Zeus, à l'instar de Shao Paï, aimait garder ses déplacements secrets.


Myst Nail plissa les yeux puis se tourna brusquement vers sa compagne.

« Allons-y, lança-t'il.

– À Dodonès ? fit-elle avec surprise. Pourquoi voudrais-tu voir Zeus ?

– Parce que je suis sûr qu'il sait où se trouve Shao Paï. »

Hane Lath sentit une sueur froide couler le long de son dos.

« Écoute, tu as confirmé que Shao Paï s'est bien réincarné en homme, ce n'est donc pas un complot pour la discréditer. Pourquoi veux-tu tellement la voir à présent ? »

Myst Nail fronça les sourcils.

« Parce que toi, tu n'as pas envie de le voir ? argua-t'il. Vraiment pas ? »


Hane Lath déglutit. Même si la curiosité la titillait, elle avait une promesse à tenir.

« Je... je pense que Shao Paï viendra nous voir quand elle le jugera bon. Nous ne devrions pas lui courir derrière comme si elle avait fait quelque chose de mal.

– Hane Lath, j'ira avec ou sans toi. Décide-toi vite... sauf si tu veux m'empêcher de le voir. »

Et dans son ton grave, Hane Lath comprit la menace sous-entendue. Myst Nail ne laisserait personne se mettre en travers de son chemin, pas même elle.

« Pourquoi est-il curieux à ce point ? » se demanda-t'elle.

Elle se souvint de la description peu flatteuse de Shao Paï concernant Myst Nail : un gosse gâté qui refusait qu'on lui dise non. C'était tout à fait cela en ce moment.

« Je viens, » se décida-t'elle.

Elle trouverait peut-être une occasion en cours de route de détourner Myst Nail de son idée fixe de voir Shao Paï.


~*~


Dodonès était une assez grande ville dont la particularité était d'abriter le temple principal dédié à Zeus. C'était pour ainsi dire le cœur de son culte. Le couple divin s'était matérialisé dans une ruelle afin de ne pas se faire remarquer. En voyant la foule de mortels s'agglutiner au bout de la ruelle, Hane Lath sentit son écœurement familier la reprendre. Elle ne pouvait vraiment pas supporter la proximité des mortels. Shao Paï avait tenté de la convaincre de nombreuses fois en l'emmenant dans des endroits plus calmes mais rien n'y faisait. Hane Lath n'était à l'aise qu'avec les dieux. En cette occasion elle regretta de ne pas avoir emmené Rhyll avec elle pour lui servir d'écran. Cependant Myst Nail tenait à passer inaperçu et il était bien connu que les chevaliers pouvaient sentir la présence des leurs et en informer aussitôt leurs maîtres. Pour cette même raison, Hane Lath ne pouvait pas invoquer une sphère de protection autour d'elle.


Myst Nail semblait beaucoup plus à son aise qu'elle : il se dirigea sans hésiter vers la foule en mouvement et elle le suivit de près, serrant les dents et évitant tout contact avec les mortels. Avantagé par sa taille et sa prestance, Myst Nail pouvait aisément fendre la foule pour se diriger vers son but : le temple de Zeus. En effet il voulait attirer l'attention du roi des dieux grecs en pénétrant dans son temple. Apparemment c'était un jour sacré pour les mortels car il y avait énormément de monde autour et à l'intérieur du temple.

« Quelle plaie, marmonna le dieu du mal. Il va falloir jouer des coudes pour entrer. »

Sa compagne lui saisit le bras, prise de panique.

« À travers cette foule compacte ? Tu n'y penses pas ?! » s'écria-t'elle.

Il se tourna vers elle, excédé, puis une immense clameur surgit soudain.


Tout autour d'eux les mortels avaient le visage et les mains tendus vers le ciel. Entre les paroles incompréhensibles, les mots 'miracle' et 'puissant Zeus' revenaient le plus souvent. Myst Nail les observa avec perplexité tandis qu'Hane Lath tirait sur son bras pour attirer son attention.

« La statue ! » fit-elle.

Elle désigna du doigt l'immense représentation de Zeus en pierre qui surplombait le temple. Bien qu'il n'y avait aucune ressemblance avec le véritable Zeus, c'était ainsi que les mortels se le représentaient : âgé, vénérable, la barbe et les cheveux bouclés.


Avec étonnement Myst Nail s'aperçut que la statue s'était peu à peu levée de son trône de granit pour toiser la foule. Les lèvres de pierre s'entrouvrirent, laissant échapper un peu de poussière alors qu'une voix colossale retentissait dans toute la cité :

« Peuple de Dodonès ! Moi, le puissant Zeus, je vous accorde paix et prospérité aussi longtemps que vous me vénérerez. Mais si vous cédez au culte d'une fausse idole, vous subirez ma colère ! »

Pour souligner ses propos, un immense éclair illumina le ciel d'azur.


À la fois terrorisés et en extase, les mortels se prosternèrent un par un jusqu'à ce que vu du ciel on ne discerne que des dos. Seules deux personnes restaient debout, les yeux fixés sur le prodige.

« La statue bouge, fit Hane Lath à mi-voix. Elle est vivante ! Mais c'est interdit pour un dieu de créer la vie ! »

Cette règle avait en effet été instaurée depuis fort longtemps afin d'éviter les expériences désastreuses, et c'était bien le seul point sur lequel les dieux grecs et antiques s'accordaient.

« Elle n'est pas vivante, répliqua Myst Nail en fronçant les sourcils. Observe bien, les mouvements sont trop saccadés... En fait cette statue est détruite et ensuite reconstruite dans une autre position, le tout en un clin d'œil !

– Mais elle est énorme ! Qui pourrait avoir un tel... »


Elle écarquilla soudain les yeux, comprenant ce que Myst Nail avait déjà deviné depuis un moment.

« Shao Paï, murmura le dieux aux yeux rouges en serrant les poings. Il est le seul à posséder un tel pouvoir de création !

– Mais c'est la statue de Zeus ! Elle n'a pas le droit d'y toucher, sinon elle va s'attirer des problèmes ! »

Myst Nail secoua la tête.

« Tu ne comprends donc pas ? Il aide Zeus ! C'était bien la voix de ce maudit dieu grec. En plus il a lancé un éclair à l'instant, il ne doit donc pas être bien loin... »

Levant les yeux, Myst Nail inspecta les toits du regard et se tendit soudain.

« Là ! fit-il avant de disparaître brutalement.

– Myst Nail ! s'écria sa compagne. Ne me laisse pas seule ! »


Affolée, elle tourna la tête dans toutes les directions avant finalement d'apercevoir une mince silhouette au sommet d'un haut bâtiment qui faisait face au temple... non, il y avait deux silhouettes à présent. Elle inspira et se transporta là-bas à son tour.

« Et voici Hane Lath, » commenta Zeus en la voyant arriver.

La déesse de la musique croisa son regard amusé. À côté de lui, Myst Nail toisait l'autre dieu avec un air plus renfrogné que d'habitude. Hane Lath se tendit nerveusement. L'atmosphère était toujours très tendue, voire oppressante, lorsque les deux souverains se trouvaient l'un en face de l'autre.

« Encore une petite seconde et je suis à vous, » fit Zeus en se tournant vers le vide.


Il utilisa ses pouvoirs pour augmenter le volume de sa voix et la rendre plus caverneuse.

« Les fidèles seront récompensés, les traîtres pourriront dans les entrailles des Enfers, soumis à des tortures qui dépassent toute imagination. Tremblez et croyez en moi ! »

Sa voix était synchronisée avec les lèvres de l'idole en pierre. Le dieu grec leva une main et un dernier éclair parapha son annonce. La statue se rassit peu à peu sur son trône et s'immobilisa tout à fait, comme si tout cela n'avait été qu'un songe. Les mortels, ébahis, se murèrent dans un silence religieux jusqu'à ce qu'un prêtre entonne un hymne de louanges à Zeus, chant qui fut peu à peu repris par toute la foule.


Avec un sourire très satisfait, Zeus se laissa un moment bercer par la douce musique puis il se tourna vers les dieux antiques, leur accordant enfin toute son attention.

« Et voilà une bonne chose de faite, commenta-t'il. Les mortels ont parfois besoin de ce genre de rappels pour se souvenir que les dieux sont tout puissants.

– Peu m'importe tes jeux avec les mortels, grogna Myst Nail. Où est-il ? »

Zeus croisa les bras.

« De qui parles-tu ? Il va falloir te montrer un peu plus précis. Je croyais que tu étais venu pour me voir. Tu n'imagines pas à quel point je suis déçu.

– Je parle de Shao Paï, » reprit Myst Nail en ignorant les commentaires superflus.


Le jeune dieu ouvrit de grands yeux innocents.

« Shao Paï... pourquoi serait-il ici ? »

Myst Nail fit un pas dans sa direction, sa fureur presque palpable.

« Parce qu'à moins que tu ne te sois soudain découvert un immense pouvoir de création, je sais pertinemment que c'est Shao Paï qui a animé ta statue. Alors dis-moi où il est !

– Et si je refuse ? » demanda insolemment l'autre dieu.

Un fragment de toit explosa soudain aux pieds de Zeus. Hane Lath se tendit et retint son souffle : Myst Nail était aux limites de son contrôle. Si Zeus continuait à le provoquer, les conséquences seraient désastreuses.


Malgré tout Hane Lath devait aussi songer à la promesse qu'elle avait faite à Shao Paï. Cela la soulageait que Zeus détourne l'attention de Myst Nail en refusant de lui révéler l'endroit où se trouvait la déesse de la destruction. Elle-même était impuissante, subissant les événements sans pouvoir les influer un seul moment. Elle se sentait presque comme... une mortelle. Elle secoua aussitôt la tête pour chasser cette horrible pensée. Jamais elle ne serait aussi pathétique que les mortels, c'était impensable !


« Zeus, siffla soudain Myst Nail, si tu ne parles pas tout de suite, je vais...

– L'ennui, le coupa son homologue grec, c'est que j'ai promis de ne rien dire. »

Quelque chose d'étrange se produisit alors : les yeux de Zeus passèrent rapidement de Myst Nail à Hane Lath... ou plutôt derrière elle. Il recommença plusieurs fois son manège, cependant Myst Nail ne remarqua rien, bien trop occupé à foudroyer du regard le dieu du ciel.

« Espèce de sale petit...

– Je ne te dirai rien, poursuivit Zeus en insistant sur son manège.

– Tu vas... »


Myst Nail parut enfin se rendre compte que quelque chose n'allait pas : à moins que Zeus ne souffre d'un tic soudain des yeux, il semblait désigner quelque chose du regard. Le dieu du mal se retourna avec hésitation et vit Hane Lath. Il fronça les sourcils puis capta soudain un mouvement derrière elle : une silhouette enveloppée dans une cape noire se sauvait sur un autre toit plat. Elle se trouvait déjà assez loin mais le doute n'était pas permis sur son identité.

« Shao Paï ! » s'écria Myst Nail en s'élançant à sa suite.

Il dépassa Hane Lath en trombe et cette dernière eut l'impression d'avoir été frôlée par une tornade. Elle se tourna et repéra également le fuyard.


Son cœur se serra d'anxiété.

« Que faire ? Que faire ? » songea-t'elle en gémissant.

Elle devait empêcher son époux de voir Shao Paï mais à moins d'intervenir directement, elle ne pourrait rien faire. Si elle se risquait à s'interposer, alors Myst Nail finirait par découvrir la vérité derrière la nouvelle incarnation de la déesse de la destruction. Et cela, elle ne pouvait pas le permettre. Elle se tordit les mains, prise dans un horrible dilemme.


Finalement ce fut Zeus qui la sortit de ses tourments. Il lui prit doucement les mains et lui sourit quand elle leva des yeux effarés vers lui.

« Allons, dépêchons-nous sinon nous allons manquer la meilleure partie.

– Quelle partie ? demanda-t'elle, hébétée.

– Celle où ils se rencontrent, bien sûr ! Je ne voudrais rater ça pour rien au monde !

– Mais... mais... Shao Paï t'a bien dit que Myst Nail ne devait pas la voir, pas vrai ? Alors pourquoi tu... »


Zeus inspira profondément.

« Ma chère, personne dans l'univers, pas même un dieu, ne pourrait empêcher cette rencontre. Shao Paï le sait parfaitement alors il ne nous en voudra pas... pas trop en tout cas. »

Hane Lath secoua la tête.

« Je ne comprends pas. »

Le regard gris du dieu grec s'adoucit.

« Tu comprendras bien assez tôt. »

Curieusement, cela ne la rassura pas du tout mais elle suivit tout de même l'autre dieu.


~*~


La distance se réduisait peu à peu, pas suffisamment au goût de Myst Nail, frustré et déjà bien assez énervé par tous ces obstacles. Ils avaient quitté les toits et couraient à présent dans des rues plus désertes, s'éloignant du temple de Zeus qui était devenu le centre d'intérêt de toute la ville avec ce récent prodige. Shao Paï ne s'était pas retourné une seule fois mais n'avait pas non plus tenté de se dématérialiser. Cela n'aurait d'ailleurs servi à rien puisque Myst Nail, en le voyant disparaître, aurait pu se synchroniser avec lui et ainsi se transporter au même endroit. Du coup les deux dieux ne faisaient que courir et cela aurait pu durer éternellement car un dieu ne ressentait aucune fatigue.


Finalement, au risque de se déchirer les muscles, Myst Nail insuffla une vigueur nouvelle dans ses jambes et rejoignit rapidement le fuyard, le prenant au dépourvu. Il le saisit par un pan de sa cape noire qui claquait derrière lui et s'en servit pour le projeter contre le mur le plus proche. Trop enragé pour parler, sa main libre bondit vers la capuche afin de révéler le visage de l'autre dieu. Cependant ce dernier agrippa son poignet pour l'immobiliser. Dans le même temps, il projeta une impulsion d'énergie vers Myst Nail qui fut soufflé en arrière. Fulminant, le dieu du mal se releva aussitôt, à peine égratigné, mais se calma quelque peu en constatant que Shao Paï ne cherchait plus à fuir.


Les poings serrés, dos contre le mur, la silhouette dissimulée sous la cape n'avait toujours pas dévoilé son visage. Myst Nail se renfrogna. Tout cela commençait à devenir ridicule. Shao Paï s'était déjà montré devant des dizaines de dieux — dont Zeus en particulier — et il refusait de se dévoiler devant Myst Nail ? Comment osait-il ?! Le roi des dieux antiques se renfrogna. Puisque la force ne donnerait rien...

« Environ dix mille mortels à vue d'œil, » fit-il soudain.

Shao Paï se tendit. Le dieu du mal poursuivit avec un sérieux glacial :

« Cela doit être la population de cette ville. Dis-toi que je peux les anéantir en un instant s'il m'en prend l'envie. M'y forceras-tu ?

– Tu irais vraiment jusque là ?! » répliqua l'autre dieu d'une voix grave.


Myst Nail en resta un moment figé puis répondit :

« Tu sais très bien que oui. »

Shao Paï expira bruyamment, excédé, puis s'avança.

« Franchement, tu n'as pas besoin d'en arriver là par pure curiosité ! »

Il leva les mains vers sa capuche tandis que Myst Nail protesta :

« Ce n'est pas seulement... »

Quoi qu'il ait voulu dire, il l'oublia aussitôt en voyant enfin le visage de l'autre dieu : ovale aux pommettes bien marqués, les yeux gris exprimant son dédain, les cheveux blonds mi-longs, telle était la version masculine de Shao Paï.


Myst Nail resta un long moment à l'observer en silence. Il ne remarqua même pas l'arrivée de Zeus et Hane Lath. La déesse de la musique se figea en voyant Shao Paï puis voulut dire quelque chose, mais Zeus posa un main sur son épaule et porta un doigt à ses lèvres. Il fixait intensément la scène comme s'il voulait la graver dans sa mémoire. Le temps parut s'arrêter... puis il reprit vite son cours. Myst Nail secoua la tête puis respira de nouveau, ayant retenu son souffle pendant toute la durée de son inspection. Tendu, Shao Paï semblait attendre son verdict.


« Toi... tu ne cesseras jamais de m'étonner, » murmura le roi des dieux antiques.

Le froncement de sourcil du dieu de la destruction s'accentua.

« Et c'est censé vouloir dire quoi ? »

Myst Nail secoua la tête avec l'ombre d'un sourire.

« Seulement que tu nous as fait toute une histoire de pas grand-chose. »

Shao Paï se hérissa.

« C'est moi qui fais toute une histoire ? Qui a menacé de détruire toute la ville juste pour voir à quoi je ressemblais ? »

L'autre dieu ne se laissa pas démonter.

« Je ne l'aurais pas vraiment fait. »

Shao Paï lui lança un regard rempli de doutes.


Zeus profita de ce moment pour s'approcher, sentant que son interruption serait à présent tolérée. Shao Paï lui tomba dessus dès qu'il le vit.

« Et toi alors ?! Tu étais censé ne rien lui dire !

– Je n'ai rien dit, protesta le concerné en souriant.

– Rien que pour ça, j'annule toutes les faveurs que je te dois. Ne compte plus sur moi pour t'aider dans tes apparitions ou autre tour que tu voudrais jouer aux mortels. C'est terminé ! »

Myst Nail tiqua et lança un regard furibond au dieu grec.

« Des faveurs ? répéta-t'il. Qui doit des faveurs à qui ?

– Plus personne ! rétorqua Shao Paï. Je ne lui dois plus rien à présent ! »

Myst Nail se renfrogna mais laissa passer ce sujet... pour l'instant.


Hane Lath s'avança à son tour et croisa le regard de Shao Paï, à la fois surprise et honteuse. Elle chercha chez lui toute trace de la déesse qu'elle avait appris à connaître et à apprécier, mais force lui était de constater qu'elle avait une toute autre personne en face d'elle. Bien que Shao Paï ait toujours eu une forte personnalité — ce n'était rien de le dire ! — sa féminité était incontestable. Du coup Hane Lath s'était imaginée qu'un peu de son amie transparaîtrait dans sa version masculine. Elle n'aurait pas pu se tromper davantage. Que ce soit dans l'attitude, les paroles ou la posture, elle avait l'impression d'avoir un véritable homme en face d'elle, quelque chose que Shao Paï n'aurait jamais pu acquérir en quelques jours ! C'était à la fois fascinant et terrifiant.


Surmontant finalement son appréhension, Hane Lath ouvrit la bouche :

« Shao Paï, je... »

Elle s'arrêta net. Elle aurait bien voulu s'excuser de ne pas avoir tenu sa promesse, l'unique contrepartie que lui avait demandé son amie afin de lui rendre cet immense service, toutefois elle ne pouvait le faire en présence de Myst Nail. Alors elle se contenta de la... de le regarder dans les yeux en tentant de convoyer ses regrets dans son regard. L'autre dieu se détourna lentement d'elle, le visage impassible. Il lui en voulait et c'était à prévoir. Avec une expression crispée, Hane Lath se dit qu'il lui pardonnerait avec le temps, comme l'avait promis Zeus.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !