Prisonnier du Temps 23

Arc 2 — La Mer d'Étoiles, l'Œil du Temps



Chapitre Vingt-trois : Le major général Shi Jian



« Votre Altesse Impériale, le général Shi Jian ne va plus tarder. »

La voix de Shuangxi était si lointaine, comme si elle provenait d'un autre monde. Yan Tuo se rallongea dans lit sans un mot. Il serra les poings et ses lèvres afin de résister à la bouffée de chaleur dans son corps.

Des perles de sueur coulèrent sur son front, glissèrent le long du nez droit et gracieux pour finalement tomber de sa joue et s'écraser sur les draps en soie, créant des petites taches rondes et humides.

Il entendit le bruit bien spécifique des bottes militaires d'un homme sur le sol en jade ainsi que la voix de Shuangxi qui disait :

« Vous êtes enfin là.

« Son Altesse Impériale vous attend depuis hier.

« La condition de son Altesse Impériale est plus grave cette fois... »

L'homme répondit par un faible "En" nasal.


La porte qui était fermée s'ouvrit en grand et une odeur familière fit intrusion. Yan Tuo soupira de soulagement du plus profond de son cœur, leva ses yeux embrumés et tenta de voir l'autre personne. À travers le voile humide dans ses yeux, il put à peine distinguer une grande silhouette noire.

C'était bien Shi Jian.

Il gémit et appela le nom de l'autre personne. Sa volonté ne parvenait plus à soutenir son corps et il ne pouvait plus se tenir assis ; il se mit à glisser lentement du lit.

Une paire de bras familiers aux le rattrapa juste avant qu'il ne tombe, les mains fines et puissantes.

Le nouveau venu le serra contre lui et il put sentir l’odeur de l'autre personne, indifférente et solennelle comme les neiges éternelles de l'étoile du nord.


Yan Tuo sentit que Shi Jian baissait la tête, son nez se frottant à l'arrière de sa nuque endolorie, ce qui créa une étrange stimulation.

Une voix grave et douce résonna contre son omoplate avec une certaine tension comme une tentative de se contrôler :

« Par où voulez-vous commencer cette fois, votre Altesse Impériale ? »

Yan Tuo ferma les yeux, s'appuya contre l'autre homme et répondit d'une toute petite voix à cause de sa faiblesse :

« Comme tu veux... tu peux faire ce que tu veux. »

Il fit de son mieux pour ouvrir les yeux et voir clairement le visage de l'autre homme et murmura à ces yeux d'un bleu glacé :

« Shi Jian... pitié, aide-moi, ne joue pas avec moi, arrête de me torturer. Ah... attends que j'aille mieux et tu pourras t'amuser comme bon te semblera. »

L'homme le déposa gentiment sur le lit en le tenant toujours dans ses bras, déposa un baiser sur ses lèvres et murmura d'une voix rauque :

« À vos ordres, Votre Altesse Impériale. »

Les portes du palais se refermèrent de nouveau hermétiquement et aucun son ou odeur n'en sortit.


* * *


Yan Tuo était l'unique enfant de l'Impératrice, sauf que c'était un oméga.

Il n'y avait jamais eu un seul précédent dans l'Empire où un oméga montait sur le trône mais après la naissance de Yan Tuo, le médecin annonça une nouvelle à l'Impératrice : sa santé n'était déjà pas très bonne à la base, la naissance l'avait trop épuisée et ses chances de tomber de nouveau enceinte étaient presque négligeables.

Voilà pourquoi, au nom de ses propres intérêts et de ceux de sa famille, l'Impératrice prit une décision audacieuse : elle déclara que son nouveau-né était un bêta. En matière de succession de l'Empire, bien qu'un bêta ne valait pas un alpha, il pouvait néanmoins prétendre au trône.


Ce fut ainsi que, en tant que fils unique de l'Impératrice, Yan Tuo fut nommé prince à l'âge de quatorze ans ainsi que héritier de l'Empire.

Sa mère lui permit d'accéder au pouvoir suprême, ce qui n'était pas sans risque : ses demi-frères convoitaient le trône et eux, ainsi que les forces derrière eux, n'avaient de cesse de trouver son point faible. Afin de faire tomber Yan Tuo et l'Impératrice ensemble, il valait mieux les faire condamner comme des pécheurs et les exiler à la frontière de l'espace pour qu'ils ne reviennent plus jamais.

Yan Tuo dut ainsi protéger fermement le secret qu'il était en réalité un oméga.


Ce ne fut pas trop compliqué tant qu'il fut un nourrisson puis un enfant, car les trois sexes et les phéromones caractéristiques n'étaient pas trop marqués chez des enfants de cet âge. Quand il entra dans sa puberté, il fut un peu incommodé et dut trouver le moyen de dissimuler son odeur parfois trop douce et attirante mais avec l'aide de l'Impératrice, cette période passa sans souci.

Mais une fois adulte, ce fut nettement plus compliqué parce qu'il commença à entrer en chaleur régulièrement.

Selon la constitution des individus, le cycle et la régularité des chaleurs différaient pour chacun. La plupart des omégas entraient en chaleur tous les trois ou quatre mois et les chaleurs duraient à peu près une semaine. Pour Yan Tuo, c'était plus fréquent que la moyenne. Il entrait en chaleur tous les mois et cela durait à chaque fois une semaine.


Comme tout le monde le savait, le meilleur moyen pour un oméga de passer ses chaleurs était de se trouver un amant, de se faire marquer puis de passer ce temps avec son partenaire.

Mais Yan Tuo ne pouvait pas faire ça ; il ne pouvait pas se faire marquer sinon son déguisement serait aussitôt ruiné et tout le monde verrait qu'il était un oméga. De plus, il ne souhaitait pas avoir une relation aussi intime avec d'autres personnes.

Les inhibiteurs n'étaient pas appropriés non plus. Ces médicaments ne pouvaient être utilisés qu'au plus quatre fois par an. Si on en abusait, cela pouvait causer des dommages irréversibles au corps tels qu'une défaillance prématurée des organes vitaux, des pertes de mémoire, des réactions lentes et une mort prématurée. Yan Tuo entrait en chaleur tous les mois alors naturellement, il ne pouvait pas prendre d’inhibiteurs pour la réprimer.


Autrement, il ne restait plus qu'une seule méthode, celle du faux marquage, également connue comme la méthode pour apaiser un oméga. Cette méthode désignait l'introduction d'autres phéromones dans la cavité génitale de l'oméga durant les chaleurs et la fusion entre les deux types de phéromones donnait par conséquent au corps l'illusion de se faire faussement marquer et permettait de passer sans problème la période de chaleur.

Cependant, cette méthode était rarement utilisée par les omégas car elle était considérée comme la plus inutile des méthodes de suppression.

À cause de ses instincts, le corps d'un oméga ne laissait personne toucher à sa cavité génitale sauf l'alpha qui l'avait marqué. Si la cavité était intouchable alors bien entendu, on ne pouvait pas échanger les phéromones. Les omégas avec un compagnon désigné n'avaient qu'à laisser leur partenaire les accompagner durant les chaleurs, suivant la méthode traditionnelle.

D'autre part, les omégas sans compagnon pouvaient prendre les inhibiteurs, eux. Ils n'avaient leurs chaleurs que quatre fois par an tout au plus alors ils n'avaient pas à s'inquiéter de prendre trop d’inhibiteurs.


Cependant, Yan Tuo ne pouvait que compter sur cette méthode de faux marquage.

Heureusement, il avait un ami de longue date qui pouvait le soulager durant ses chaleurs, et c'était Shi Jian. Bien qu'ils ne se soient pas marqués, Yan Tuo pouvait le laisser accéder à sa cavité génitale en toute confiance.

Ce qui rassurait d'autant plus Yan Tuo, c'était que Shi Jian était aussi un oméga alors non seulement il pouvait pleinement apprécier les soins de l'autre durant ses chaleurs, mais il n'avait pas non plus à craindre que Shi Jian le marque par impulsivité ou par manque de contrôle.

Il se sentait juste un peu désolé pour son ami au fond. Bien que Shi Jian avait déjà assuré qu'il ne voulait pas s'unir à un bêta ou un alpha et que présentement il ne semblait pas exister un seul bêta ou alpha digne de lui, Yan Tuo avait néanmoins toujours l'impression qu'il retenait son ami.


Ce fut la même chose cette fois. Après les nombreuses actions de Shi Jian pour le soulager, Yan Tuo se sentit nettement mieux.

Cependant il savait que c'était loin d'être fini. Comme Shi Jian avait dirigé au combat l'armée hors de la capitale impériale, il avait dû prendre des inhibiteurs deux mois d'affilée alors la poussée de chaleurs était extrêmement virulente cette fois. Selon son expérience, ces chaleurs allaient durer au moins deux semaines et et ne se finiraient pas facilement.

Ils n'éveilleraient pas les soupçons en restant enfermés chez eux pendant deux semaines sans sortir grâce au statut d'oméga de Shi Jian qui leur fournissait une excellente couverture — bien qu'ils ne se soient pas marqués, le monde extérieur les avait depuis longtemps qualifiés de couple.

Du point de vue des autres, c'était le prince, en tant que bêta, qui soulageait le major général ; jamais ils n'auraient pu imaginer qu'en réalité c'était tout l'inverse.


* * *


Shi Jian porta Yan Tuo jusqu'à la salle de bain pour le laver. Puis il changea les draps et porta le paresseux Yan Tuo jusqu'au lit tout propre avant de prendre le bouillon préparé à l'avance sur la table à côté. Il nourrit un peu Yan Tuo pour que ce dernier reprenne des forces.

La fièvre de Yan Tuo avait un peu baissé pour le moment et il avait assez de force pour parler après avoir mangé.

Il leva les yeux sur Shi Jian. L'homme portait simplement un pantalon et une veste de son uniforme militaire, et il les avait enfilés comme ça pendant que Yan Tuo prenait son bain.

En revenant du champ de bataille, il s'était tellement dépêché de rejoindre Yan Tuo qu'il n'avait même pas pris le temps de se changer.

En fait, à peine trois jours plus tôt, Shi Jian avait gagné la guerre et ce fut alors qu'il avait reçu un message de Yan Tuo lui demandant de revenir au plus vite. En fait, même si Yan Tuo ne l'en avait pas averti, il se serait souvenu que les chaleurs de l'autre homme étaient imminentes et que cela faisait deux mois qu'il n'avait pas pu être avec lui à cause de la guerre.

Alors il ne put même pas assister à la cérémonie de victoire et s'était rué vers la capitale impériale.


Yan Tuo contempla Shi Jian un bon moment, hésita et finalement demanda pour la centième fois :

« Shi Jian, c'est quand que tu as tes chaleurs ? Tu n'as vraiment pas besoin de moi pour t'aider ? »

Que le Ciel et la Terre lui en soient témoins, ce n'était pas qu'il voulait abuser de son ami en retour. Il avait juste le sentiment que Shi Jian était vraiment désintéressé et l'avait aidé pendant tant d'années... il voulait lui rendre la pareille.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !