Le Lecteur et le Héros doivent absolument tomber amoureux 53

Chapitre 53 — Lecteur : L'appel de l'artefact.


Du Ze ouvrit les yeux et ce fut le menton parfaitement taillé de Xiu qui apparut dans son champ de vision. Il était allongé avec la tête sur la cuisse de Xiu et les vêtements qu'il portait de nouveau étaient propres et secs. C'était certainement Xiu qui l'avait rhabillé. Il ne ressentait aucune douleur dans son corps, ce qui prouvait que son point de restauration était passé.

Xiu regardait dans une direction sans bouger, comme perdu dans ses pensées. Du Ze baissa les yeux et vit que le torse du jeune homme blond était bandé avec des taches de sang. Il était clair que la blessure s'était rouverte. Quant à la raison...

Ah ah.

Derniers chapitres parus :
Esprit Malin 25 à 27
Cent façons de tuer un prince charmant 12 et 13
La Renaissance du Suprême Immortel 26 à 30
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 63 et 64
Le Prince Solitaire 2 07
Ancient Gods Sanctuary 24
Esprit Malin 22 à 24


En songeant à la scène tout sauf harmonieuse de la veille, un certain adorable idiot voulut se cacher. Il venait de coucher avec le seigneur Meng. Non seulement ils étaient dans la nature mais en plus Xiu était blessé. Il avait beau retourner ça dans tous les sens, c'était de la folie et de la perversion. Mais même s'il pouvait revenir en arrière, Du Ze dut admettre en se lamentant qu'il ne refuserait toujours pas la requête du seigneur Meng d'unir leurs corps.

Parce que Xiu lui donnait l'impression suivante : cette personne avait un fort sentiment d'insécurité.

Chaque mot du seigneur Meng frappait le talon d'Achille du fanboy, alors le lecteur adorable et stupide ne pouvait que rester gentiment allongé et se faire submerger.


Du Ze leva sa tête des genoux de Xiu qui fut tiré de ses pensées. Ce dernier observa de ses yeux d'un bleu calme Du Ze tâtonner jusqu'à trouver ses lunettes et ses contours d'oreilles. Face à un tel regard, un certain adorable idiot fut légèrement mal à l'aise. Comme pour échapper à cette atmosphère ambiguë, il figea son visage et entama la conversation :

« Tu regardais quoi à l'instant ?

– Il y a une voix... répondit Xiu d'un ton incertain. J'ai l'impression qu'on m'appelle, tu l'entends ? »

Du Ze secoua la tête mais même s'il n'avait plus l'avantage des spoilers, un certain adorable idiot pouvait compter sur ces années d'expérience dans les romans de YY : ce devait sûrement être l'appel d'un artefact/bête spirituelle/déesse/mentor. C'étaient les quatre éléments sang de chien Mélodramatique (1) d'un scénario de roman YY : sauter d'une falaise sans en mourir, un mentor qui ne payait pas de mine, des beautés qui donnaient plus qu'elles ne recevaient et l'appel d'un artefact.

Ces artefacts/bêtes spirituelles/déesses/mentors étaient restés seuls pendant des milliers d'années dans des endroits reculés à attendre qu'un héros apparaisse. Ils lui envoyaient alors toute une série d'appels d'amour injectés de sang de poulet Rempli d'énergie. (2) : Viens me voir ~ Héros, aime-moi !


Au moment où l'adorable et stupide lecteur fut rempli de fierté à l'idée d'avoir percé à jour les intentions de l'auteur, il entendit le seigneur Meng dire :

« C'est bruyant. »

Du Ze crut entendre le cœur de verre de l'artefact se briser dans le noir.

« Tu sais ce que c'est ? »

Du Ze ne put que secouer la tête. Il hésita un moment puis décida de tout avouer à Xiu :

« Je ne sais plus grand-chose maintenant. »

Je sais beaucoup de choses, tu peux te servir de moi.

C'était la raison pour laquelle Xiu avait bien voulu le garder à ses côtés au début. Du Ze lança un regard inexpressif à Xiu. De ce qu'il en voyait, l'expression de Xiu restait gentille et le jeune homme blond aux yeux bleus avait même l'air un peu... content ? Du Ze s'était attendu à toutes sortes de réactions de la part de Xiu mais il n'aurait pas pu deviner que Xiu réagirait ainsi. Un certain adorable idiot fut perdu. Après avoir entendu que Du Ze ne lui servait plus à rien, pourquoi Xiu était-il content ?


Xiu parut percevoir l'anxiété et la confusion de Du Ze. Il tendit la main et caressa du bout des doigts l'arrière de la nuque de Du Ze.

« Tu n'as plus qu'à rester à mes côtés, c'est tout, fit Xiu en étirant les lèvres. Tu as dit que tu voulais me voir devenir un dieu. »

Je veux te voir devenir un dieu.

Le cœur de Du Ze se mit à battre plus vite et il se souvint de la sensation de son sang en ébullition au début. Xiu allait devenir le dieu suprême, Du Ze en avait toujours été convaincu. Puis un certain adorable idiot fut frustré de ne pas avoir lu suffisamment de chapitres de "Sang Mêlé" parce que seul Yi Ye Zhi Qiu savait ce que cet enfoiré avait prévu. Les informations concernant les dieux n'étaient que la partie émergée de l'iceberg, jamais il n'avait été fait mention de la manière dont on pouvait devenir un dieu. Du Ze songea soudain à une certaine personne : Cet enfoiré de Dan toujours habillé de vert avec un livre à la main, ce n'est pas un dieu pur et dur ?! Putain, respect, Yi Ye Zhi Qiu, ce marchand sans scrupule sert justement pour ce moment !


Après avoir bien réfléchi, Du Ze suggéra à Xiu :

« Tu peux faire appel à Dan, il sait comment on peut devenir un dieu. »

Après ses paroles, Xiu réfléchit un moment puis acquiesça et accepta son idée. Au lieu de prendre la note pour invoquer Dan, il fit simplement à voix haute :

« Dantalion. »

Du Ze en fut ébahi : comment Xiu connaissait-il le véritable nom de Dan ?

« La dernière fois dans les Ruines Gnomiques, afin d'ouvrir la Roue du Temps, j'ai invoqué Dan pour demander son aide, fit Xiu en dissipant tous les doutes de Du Ze. Il m'a dit son nom avant de partir. »

C'était quand il avait été aspiré par la Roue du Temps ? Du Ze se rendit soudain compte qu'il avait manqué beaucoup de choses. Il n'avait pas ressenti grand-chose dans la Roue du Temps mais en voyant Xiu y repenser comme un mauvais souvenir, Du Ze réalisa soudain que pour lui-même, ce n'était qu'une courte période de quatre ans mais que pour l'autre homme c'était inoubliable.


* * *


Dans une ville de l'Empire de la Lune, un marchand vêtu de vert referma son livre d'un air ennuyé, avec des grandes et petites boîtes devant lui. Les gens allaient et venaient avec précipitation, tous les visages étaient paniqués et personne ne remarquait Dan qui avait monté son stand.

« Il paraît que les Hommes Bêtes ont franchi la ligne de défense des Terres Sauvages...

– Par le Dieu de la Lumière, ces bêtes sauvages sont protégées par leur dieu...

– Pas seulement protégées, quelqu'un a vu des traces de la présence du Dieu des Hommes Bêtes, voilà pourquoi la ligne de défense a cédé si vite...

– Comment pourrait-on combattre un dieu ? Dieu de la Lumière, vas-tu abandonner tes humbles adorateurs... »


Des murmures provenant de toutes les directions pénétrèrent dans les oreilles de Dan. Il regarda les deux lunes dans le ciel qui seraient bientôt remplacées par le soleil brillant. À cet instant, les deux lunes, l'une violette et l'autre jaune, se superposaient, chacune cachant la moitié de l'autre. Dan se tapota le visage avec le livre, masquant ainsi son expression.

Cela allait bientôt être le bordel sur le Continent du Chaos.

Dan abaissa soudain le livre. Il entendit un appel qu'il n'avait plus eu l'occasion d'entendre depuis longtemps, cependant il ne pouvait pas aller à cet endroit sous sa forme actuelle.

Quel dommage, il va falloir que j'attende que son excellence sorte de là avant de pouvoir aller m'amuser avec lui, songea Dan. Il ouvrit à nouveau son livre d'un air ennuyé.


* * *


Xiu et Du Ze attendirent un bon moment mais Dan n'apparaissait toujours pas. Un dieu pouvait entendre son nom quel que soit l'endroit d'où était émis l'appel. En la présente, ils ne savaient pas si Dan ne voulait pas venir ou bien s'il ne pouvait pas du tout venir. Du Ze songea à l'océan qui se trouvait au-dessus de leurs têtes et se dit que c'était certainement la seconde possibilité.

Un canyon dans les profondeurs maritimes, Du Ze ne se serait jamais attendu à ce qu'un lieu aussi étrange apparaisse dans "Sang Mêlé". Xiu avait l'air ennuyé par l'insistance de l'artefact divin alors ils en discutèrent un moment et décidèrent d'aller voir ce dont il en retournait — Du Ze eut bizarrement l'impression que Xiu n'allait pas récolter un artefact mais plutôt éliminer la source de nuisance sonore.


Xiu invoqua la licorne et fit monter Du Ze dessus, après que ce dernier ait secouru le gros piaf des bandages. La licorne parvenait désormais à rester calme en présence de Du Ze, au pire elle se contenta de lui lancer un regard morose. Puis l'animal emmena sans se plaindre ses deux cavaliers vers le haut, au sommet d'une falaise. Si près de l'océan, Du Ze put voir quelques créatures maritimes lumineuses : il s'agissait de méduses phosphorescentes avec leurs longs tentacules qui flottaient. Du Ze avait déjà vu la magnificence des Ruines Gnomiques, la forêt enchanteresse des elfes et la splendeur de la Cité du Ciel, néanmoins il fut stupéfait par cette beauté.

La licorne bondit et descendit le long d'un creux au sommet de la falaise. À ce moment elle se transforma en cauchemar. Il sauta d'une paroi à l'autre en défiant les lois de la gravité puis atterrit au fond. La lumière qui tombait directement de l'ouverture au-dessus d'eux ne pouvait éclairer que l'endroit où se trouvaient Xiu et Du Ze. Xiu invoqua donc un sort de lumière et une douzaines d'orbes lumineuses flottèrent et se répandirent dans toutes les directions, ce qui éclaira aussitôt toute la grotte.


Sous l'éclairage des sphères lumineuses, une immense créature noire apparut devant les deux jeunes hommes. C'était un dragon noir avec ses ailes noires étendues et son cou tendu haut, ce qui permettait clairement de voir une lance dragon bleue argentée profondément enfoncée dans son écaille inverse — tous les dragons avait une écaille inverse blanche de la taille d'une paume sous leur cou. C'était le talon d'Achille des dragons.

Le dragon noir tout entier semblait figé en plein mouvement. Ses écailles noires reflétaient la douce lueur des orbes de lumière et il avait l'air vivant, sauf que la lance dragon profondément enfoncée dans le dragon noir prouvait qu'il ne pouvait plus être en vie.


Cette scène était à la fois choquante et palpitante. Du Ze examina le dragon noir : ses pattes avant étaient tendues comme pour attraper quelqu'un et ses muscles contractés montraient sa colère et son refus de se résigner. Les yeux de Xiu tombèrent sur la lance dragon bleue argentée : c'était ça qui n'arrêtait pas de l'appeler.


Xiu aida Du Ze à descendre du cauchemar et ils s'avancèrent tous les deux vers le dragon. En se rapprochant, ils se rendirent compte que le corps du dragon était bien plus large que la normale. Une fois que Du Ze fut à ses pieds, il ne faisait que la moitié de la taille de ses griffes. Il toucha les écailles du dragon noir qui étaient aussi dures qu'une armure. Xiu grimpa sur les pattes avant du dragon noir et il se tint juste devant la lance dragon bleue argentée.

L'appel mental se fit plus fort et Xiu posa une main sur sa tempe, fronça les sourcils puis agrippa la poignée de la lance dragon.

La voix bruyante se calma aussitôt. Xiu baissa la main sur sa tempe et saisit à deux mains la lance dragon.

Il eut l'impression d'une fusion sous sa paume au niveau de son sang, comme si la lance dragon était devenue une partie de son corps. Xiu en fut légèrement surpris : cette lance dragon le connaissait ou plutôt connaissait une partie du sang dans son corps.


Avant de s'en rendre compte, Xiu avait déjà retiré la lance dragon. Plus bas, Du Ze sentit soudain que les écailles noires sous sa main n'avaient plus du tout l'air d'acier froid. Elles devenaient chaudes et ondulaient légèrement comme si le dragon était... en vie. Avant que Du Ze ne puisse réagir, il fut porté par Xiu qui avait bondi d'en haut et ils s'éloignèrent en courant.

« Hilda — »

La voix tonitruante résonna dans la caverne et Du Ze vit avec choc le dragon revenir à la vie et étendre ses ailes au maximum — le dragon noir était encore en vie ?! Xiu fixa l'écaille inverse du dragon noir : il n'y avait aucune blessure là. La lance dragon qu'il tenait lui en avait déjà révélé la raison : ce n'était pas la matière que coupait la lance dragon bleue argentée mais le temps. La précédente propriétaire avait enfoncé la lance dragon dans le dragon noir non pas pour le tuer mais seulement pour le sceller.


Après que le dragon noir ait appelé ce nom, il regarda autour d'un air confus comme s'il ne savait pas pourquoi il se trouvait là. Quand son regard tomba sur Xiu et Du Ze, ses pattes avant s'enfoncèrent lourdement dans le sol en pierre, il tendit son long cou et regarda d'un air furieux les deux personnes en-dessous.

« Où est Hilda ? Dites-moi où se trouve Hilda ! »

Du Ze se rendit compte que le dragon noir était aveugle d'un œil et qu'une longue cicatrice marquait son œil gauche. En voyant de son unique œil la lance dragon dans les mains de Xiu, l'expression du dragon noir devint féroce.

« Tu peux la manier ? Quelle est ta relation avec Hilda ? Tu es son nouveau chevalier dragon ?! »

Le dragon noir ouvrit sa bouche furieusement comme pour engloutir Xiu.

« D'abord un elfe et maintenant un humain ! Pourquoi faut-il que Hilda signe toujours un contrat avec vous autres, minuscules créatures ?! Elle m'a même attaqué ! Tu n'es pas assez bien pour Hilda, elle est à moi ! »


Du Ze avait cru au départ que cette Hilda était l'ennemie du dragon noir parce que le premier cri du dragon noir à son réveil était rempli de fureur. Cependant, plus il l'entendait parler, plus il se rendait compte de son erreur. Cette Hilda était apparemment une dragonne, le dragon noir était amoureux d'elle et il fut scellé ici par Hilda après une querelle.

Face au rugissement du dragon noir, la voix de Xiu était très calme.

« Je ne connais pas cette Hilda.

– Seule la famille de Hilda et leurs chevaliers dragons peuvent toucher cette lance dragon ! »

Le cœur de Du Ze s'emballa. Xiu n'était pas un chevalier dragon alors il devait avoir un lien de parenté avec Hilda. À en juger par ce que venait de dire le dragon noir, Hilda semblait avoir été avec un elfe — ce devaient être l'elfe et le dragon que le seigneur Meng avait vu sur la fresque dans le Couloir du Temps !

Xiu parut également songer aux fresques dans le Couloir du Temps. Il ne put s'empêcher de regarder la lance dragon qu'il tenait. La dragonne nommée Hilda était sa Son arrière-grand-mère (cf ch. 10) (3)...


Voyant que Xiu ne répondait pas, le dragon noir était sur le point d'exploser quand il entendit un battement d'ailes au-dessus de lui. Un dragon doré rétracta ses ailes et atterrit. Il contempla le dragon noir et plissa les yeux. Ce n'était que le commencement : l'un après l'autre, plusieurs dragons géants de différentes couleurs surgirent des airs. Du Ze n'aurait jamais cru un jour voir autant de dragons. Ces immenses dragons occupaient le moindre espace dans la grotte. Ils replièrent leurs ailes, saisirent fermement de leurs pattes arrières les reliefs de la grotte et ils entourèrent le dragon noir.

« Alors comme ça tu n'es pas encore mort, Muir, » fit le dragon doré qui était arrivé le premier.

Le dragon noir lui lança un regard rapide puis continua à interroger Xiu :

« Où est Hilda ? »

Le dragon doré fut irrité de se faire ignorer par le dragon noir alors il fit plus fort :

« Hilda est morte ! »


Ce fut au tour du dragon noir d'être enragé et il rugit tel le tonnerre :

« La ferme ! Comment Hilda pourrait mourir ?!

– Hilda est morte, Muir. Quand tu as aidé le dragon rouge à dévorer son chevalier dragon, tu l'as conduite dans une impasse. »

La voix du dragon doré se fit moqueuse :

« Juste après que Hilda ait enfoncé la lance dragon dans ton corps, elle est partie rejoindre l'elfe.

– Si tu continues à dire n'importe quoi, je te déchiquetterai la gorge ! »

Le dragon noir lança un regard féroce au dragon doré et ce dernier lui renvoya un regard furieux.

« Hilda est morte, je l'ai vu de mes propres yeux ! Elle s'est arrachée son écaille inverse. Elle a saigné pendant trois jours et trois nuits, pleurant auprès du corps mutilé de l'elfe et personne ne pouvait s'approcher ! »


Sans hésiter, le dragon noir se jeta sur le dragon doré et plusieurs autres dragons qui étaient proches du dragon doré se joignirent à la mêlée. Même attaqué par plusieurs dragons, le dragon noir ne se laissa pas submerger : fou furieux, il continua à poursuivre le dragon doré pour le mordre — même si le prix à payer serait d'avoir les ailes mordues et trouées par les autres dragons, il devait blesser le dragon doré.

La bataille des dragons se répandit dans toute la grotte, et Xiu porta Du Ze afin d'éviter les débris et le feu des dragons. Avant un bang, le dragon doré fut soudain projeté violemment contre la paroi rocheuse au-dessus d'eux et le sang écarlate du dragon les aspergea directement. Il y avait du sang rouge sur les lunettes de Du Ze aussi ne put-il pas voir que le dragon noir avait presque mordu le dragon doré en un éclair. La paroi rocheuse se mit à trembler et toute la montagne s'effondra.


Boum—

La haute falaise s'effondra en morceaux et les dragons sortirent l'un après l'autre de la pile de débris. Protégés par leurs écailles dures, ces pierres ne pouvaient pas du tout leur faire de mal. Le dragon doré couvert de cicatrices se redressa parmi les débris. D'un regard il aperçut le dragon noir tout aussi scarifié non loin et qui regardait fixement dans une certaine direction. Même lorsque le dragon doré lui mordit le cou, le dragon noir ne détourna pas le regard.

Le dragon doré plissa les yeux et une lueur argentée apparut dans son large champ de vision. Un dragon argenté pointait la tête hors des gravats. Il avait une arête dorsale rigide, ses yeux étaient comme des agates rouges précieuses et ses écailles argentées exquises luisaient. Le dragon doré relâcha involontairement ses crocs et s'écria avec choc :

« Hilda... ? »


Le dragon argenté se tourna vers le dragon doré puis continua à se relever doucement des gravats. Ses mouvements avaient la maladresse d'un dragon nouveau né et incapable de bien contrôler son corps. Quand le dragon argenté retira enfin tous les gravats de son corps, les autres dragons purent voir qu'il protégeait soigneusement un humain aux cheveux noirs sous son corps.

Le dragon doré resta un moment figé puis se reprit : bien que cet autre dragon ressemblait énormément à Hilda, ce n'était pas elle. Au moment où le dragon doré allait de nouveau mordre le cou du dragon noir, il entendait une voix âgée retentir faiblement :

« Stop. »

Un dragon améthyste se laissa tomber du ciel. Il était très âgé et tremblait tellement qu'on aurait cru qu'il pouvait s'effondrer à tout moment. Tous les dragons manifestèrent un profond respect envers le dragon améthyste. Bien que le dragon doré répugnait à arrêter, il ne continua pas le combat.


Le dragon noir reprit enfin ses esprits. Il se tourna vers le dragon améthyste, le regard rempli de supplication et d'espoir.

Le dragon améthyste regarda attentivement le dragon noir et sa voix était presque un soupir :

« Muir, Krell a bien dit vrai : Hida est morte. »

Le dragon noir regarda le dragon doré puis se tourna vers le dragon améthyste, son œil rempli de désespoir.

« Hilda... est morte... ?

– Tu l'as tuée ! »

Le dragon doré cracha un caillot de sang, prêt à se venger. Sous le regard désapprobateur du dragon améthyste, le dragon doré cessa de parler mais son visage exprimait son mécontentement.

« Tu peux aller la voir à la Tombe des Dragons, fit le dragon améthyste en soupirant. Puisqu'elle ne t'a pas tué, elle t'accordera sûrement son pardon. »


Le dragon noir n'hésita pas, ouvrit ses ailes ensanglantées et s'envola vers la Tombe des Dragons. Il vola très vite pour arriver le premier à la Tombe des Dragons et ainsi prouver que ce n'était qu'un mensonge.

Le dragon doré avait dit que Hilda était morte mais le dragon noir refusait d'y croire.

Le dragon améthyste avait dit que Hilda était morte mais le dragon noir refusait d'y croire.

Mais quand le dragon noir vit le corps familier, il ne put qu'y croire.

C'était comme l'avait dit le dragon doré : la dragonne argentée était suspendue dans les airs près d'un cadavre écarlate brisé, le temps figé pour toujours en cet instant. Le dragon noir contempla tout cela avec hébétude. Il aimait Hilda, il l'avait aimée depuis l'enfance mais que ce soit le passé ou le présent, il ne pourrait jamais s'interposer entre Hilda et cet elfe.

Le dragon noir à un œil baissa la tête et pleura tristement.


* * *


Du Ze avait enfin fini de ressuyer le sang de ses lunettes avec du mal. Il vit ensuite qu'il était dans les bras d'un immense dragon argenté et le cerveau d'un certain adorable idiot eut aussitôt un bug. Xiu plissa les yeux en direction de Du Ze qui le regarda avec choc. L'odeur du sang des autres dragons sur son corps était désagréable.

Le dragon argenté pencha la tête et au moment où il allait tirer la langue pour effacer les odeurs, il entendit un dragon s'approcher d'eux.

Le dragon améthyste s'avança vers Xiu et Du Ze. Il contempla Xiu, agréablement surpris.

« Mon enfant, tu es revenu sur l'Île des Dragons. »


La parole à l'auteur :

Le dernier chapitre a reçu des messages de félicitations de toutes les provinces. lol

Dans le prochain chapitre, cet auteur pourri va perdre toute intégrité morale... ah... il paraît que les dragons ont deux... keuf... pistolets.


Notes du chapitre :
(1) Mélodramatique
(2) Rempli d'énergie.
(3) Son arrière-grand-mère (cf ch. 10)






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !