La Renaissance du Suprême Immortel 1

Volume 1 : Le Tournoi des Cent Familles


Chapitre 1 : Le souvenir de sa vie précédente


« Dix — »

Lin Xuanzhi ne put voir que des taches de lumière brillantes. Des scènes de son passé défilèrent rapidement sur un écran en face de lui.

« Neuf — »

Il se tenait dans un donjon sombre, froid et nauséabond. En regardant attentivement l'adolescent pas encore adulte et qui avait été abominablement torturé, il ne put retenir ses larmes.

Yan Tianhen ouvrit une paire d'yeux qu'on avait rendus aveugles et le fixa de ses pupilles vides. D'un ton insistant, il ne cessa de supplier :

« Tue-moi... Si tu m'as un tant soit peu aimé un jour... tue-moi. »

Derniers chapitres parus :
Esprit Malin 25 à 27
Cent façons de tuer un prince charmant 12 et 13
La Renaissance du Suprême Immortel 26 à 30
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 63 et 64
Le Prince Solitaire 2 07
Ancient Gods Sanctuary 24
Esprit Malin 22 à 24


« Huit — »


« Xuanzhi, Yan Tianhen est le meurtrier de ton père et ton ennemi. C'est aussi l'Étoile du Malheur néfaste qui est née avec une constitution Yin. Le fait que tu le nourrisses est déjà une grande preuve de charité. Tu veux vraiment garder cet oiseau de malheur avec toi et l'élever ? Si encore il était avenant, il pourrait être un régal pour les yeux et un bon chauffe-lit. Mais il est tellement moche et il boite d'une jambe. On ne parle même pas de chauffer le lit, il donne envie de vomir rien qu'en le regardant. Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu t'occupes encore de lui. »


Le fils d'un homme puissant du Continent Ouest agita son éventail, le mépris et la moquerie se lisant sur son visage. L'objet de ses railleries baissa simplement la tête et ramassa le pendentif en jade que l'autre avait jeté par terre.

Lin Xuanzhi se tenait près de lui et reconnut d'où venait ce pendentif.

C'était un bout de jade ordinaire qu'il avait donné comme ça au garçon plusieurs années en arrière.

À sa grande surprise, Yan Tianhen l'avait gardé sur lui depuis tout ce temps.


« Sept — »

« Ton frère pratique les arts de la Secte des Démons. Il a tué le jeune maître de la Secte du Nuage Céleste, a absorbé son qi et raffiné son âme Il me semble que cela veut dire qu'il transforme l'âme de sa victime et la condense pour s'en servir comme arme, pilule, matériau, etc. La victime ne peut plus se réincarner suite à ça. (1). Il est extrêmement vicieux et malsain. Désormais tous les sectes du Continent Est ont envoyé leurs disciples à sa poursuite et elles offrent même une récompense de trente mille pierres spirituelles de haute qualité. Si tu sais où il se cache, tu ne dois pas le soutenir et te taire. Il s'agit d'éradiquer une calamité de ce monde. »


« Six — »

« Lin Xuanzhi, à ton avis, pour qui il est allé aussi loin ? Tout le monde peut le haïr, le mépriser et même vouloir le tuer mais toi, tu es le seul qui n'en as pas le droit ! »


« Cinq — »

Le visage sombre, il grinça des dents à chaque mot et demanda lentement et d'un ton froid :

« Yan Tianhen, je ne te le redemanderai pas : as-tu tué Leng Jixue ? »


«  Quatre — »

« Puisque mon grand-frère dit que oui, alors je l'ai fait. Tu as déjà choisi la réponse dans ton cœur, alors pourquoi t'embêter à me poser la question ? »

Le dos de Yan Tianhen resta droit, comme un cyprès de mille ans qui était froid et fier, entêté et solitaire.

Il n'avait jamais offert la moindre explication, pas une seule fois.

Par conséquent il laissait toujours les autres le traîner dans la boue.


« Trois — »

« Quand Yan Tianhen est excité ou qu'il utilise son qi, un sceau se dessine sur son ventre, au niveau de son nombril. C'est exactement le même sceau que vous m'avez montré, Maître, alors Yan Tianhen est sûrement celui que vous cherchez. »

Non, tu ne dois en parler à personne. C'est le plus grand secret du corps de Yan Tianhen. Si tu en parles, tu lui causeras de gros ennuis !

Cependant dans ses souvenirs de sa vie passée, Lin Xuanzhi ne pouvait pas le moins du monde modifier ses choix.

Impuissant, il se vit en train de révéler ce secret qu'il était certainement le seul au monde à connaître à un hypocrite qui avait de sombres desseins en tête.


« Deux — »

« Grand-frère... tu as dit une fois que tu me promettrais une chose... »


« Un — »

« Tue-moi... Si tu m'as un tant soit peu aimé un jour... tue-moi. »



Le compte à rebours s'acheva, ce qui signifiait que le vainqueur de ce combat avait été déclaré. Cela ne voulait pas dire pour autant que le combat était fini.

Les règles de la Salle Martiale du Tyran Céleste avaient toujours été abusives. Si le perdant d'un combat ne se prosternait pas pour implorer la pitié de son adversaire avant la fin du compte à rebours ou si personne ne venait avec assez d'argent pour le racheter, alors le vainqueur avait le droit de lui exploser la tête —

De la sorte, le vainqueur gagnait encore plus d'argent.

De toute évidence, l'opposant de Lin Xuanzhi comptait bien toucher cet argent.


L'autre homme avait le poing brandi bien haut, les veines de son bras musclé ressortaient et ses muscles étaient impressionnants. On pouvait entendre ses articulations craquer et se frotter.

L'atmosphère devint tout à coup très tendue. Le public regardait passivement cet ultime coup de poing qui allait fracasser la tête de Lin Xuanzhi...

« Attendez ! Ne frappez pas, ne frappez pas ! Je vais vous donner l'argent, j'ai l'argent ! Arrêtez, les gars, ahhhhhh ! »

Un cri rude et désagréable à l'oreille parvint de l'entrée. La voix était comme un éclair qui s'abattait sur le sol. Il retentit parmi la foule et se fit particulièrement remarquer.

Néanmoins le coup meurtrier fut stoppé et le vainqueur desserra le poing.


Le public se mit à discuter —

« Oh, quelqu'un est vraiment venu apporter l'argent.

– C'est encore ce garçon moche, ah ! Putain, il est vraiment trop moche.

– C'est plus que moche. Si jamais on l'envoyait au bordel, personne ne paierait pour lui.

– Je n'aurais jamais cru que le jeune maître de la famille Lin qui a chuté du ciel à la fange aurait encore quelqu'un pour le servir. C'est vraiment amusant.

– Qui a fait que ce jeune maître Lin soit si beau ? Dans toute la ville de Qing, je n'ai encore jamais vu quelqu'un d'aussi charmant que lui.

– Ah ah ah, c'est vrai qu'il est très bandant.

– ... »


Notes du chapitre :
(1) Il me semble que cela veut dire qu'il transforme l'âme de sa victime et la condense pour s'en servir comme arme, pilule, matériau, etc. La victime ne peut plus se réincarner suite à ça.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !