Ancient Gods Sanctuary 14

Chapitre Quatorze : Les nouveaux dieux


Il semblait que le départ précipité de Myst Nail n'avait pas été remarqué car quand les trois dieux revinrent à Babelhu avec leurs chevaliers, personne n'accourut à leur rencontre. Sans un mot, le roi des dieux conduisit les deux déesses à ses appartements. Les chevaliers s'empressèrent de leur servir des rafraîchissements mais à part Hane Lath, personne n'y toucha. Assis dans un fauteuil de velours gris clair, Myst Nail estima que le silence avait assez duré et il se tourna vers Shao Paï.

Derniers chapitres parus :
Esprit Malin 25 à 27
Cent façons de tuer un prince charmant 12 et 13
La Renaissance du Suprême Immortel 26 à 30
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 63 et 64
Le Prince Solitaire 2 07
Ancient Gods Sanctuary 24
Esprit Malin 22 à 24

« Dis-moi tout ce que tu as appris, » ordonna-t'il de fort mauvaise humeur.

Shao Paï soupira

« Ce sont bien les nouveaux dieux. Apparemment ils viennent tout juste d'arriver. Nous en avons rencontré deux, les autres étaient leurs chevaliers...

– Ils ont aussi des chevaliers ? s'étonna Hane Lath. Comme nous ?

– Oui, réalisa soudain Shao Paï, quelle curieuse coïncidence... »


Son regard suspicieux s'attarda sur les chevaliers présents. Il était clair que son impression de complot venait d'être renforcée. Elle renifla de mépris avant de poursuivre :

« La femme s'appelle Héra, et son époux Zeus. »

En prononçant ce nom, elle guetta la moindre réaction sur le visage de Myst Nail mais n'en vit aucune.

« S'ils ne sont que deux, intervint Hane Lath avec un sourire, ils ne seront pas bien dangereux.

– Il n'y a pas qu'eux, rectifia Shao Paï. Zeus m'a dit qu'ils étaient tout un groupe.

– Combien ? demanda Myst Nail, la mine sombre.

– Il ne me l'a pas dit.

– Où se trouvent-ils ?

– Tu penses bien qu'il ne m'a pas révélé cela. »


Hane Lath renifla soudain et croisa les jambes.

« Ne me fais pas croire que c'est tout ce qu'il t'a dit, accusa-t'elle. Votre discussion a duré bien plus longtemps que cela, je l'ai bien vu ! »

Shao Paï la foudroya du regard.

« Dis donc, pour quelqu'un qui défendait chèrement sa vie, tu as eu drôlement le temps de nous observer.

– Ne détourne pas la conversation et dis-nous plutôt ce qu'il t'a dit à la fin. »

Shao Paï tourna la tête.

« Je ne vois pas de quoi tu parles.

– Tu sais bien, précisa la reine des déesses avec un sourire mielleux, quand il s'est penché vers toi pour t'embrasser. »


Shao Paï se raidit tandis que Myst Nail écarquillait les yeux.

« Il n'a pas fait ça ! » répliqua-t'elle aussitôt.

Hane Lath resta imperturbable.

« Quoi donc, se pencher vers toi ou bien t'embrasser ? »

Tout en fulminant, Shao Paï serra plus fort le verre qu'elle tenait comme si c'était la nuque fragile de l'insupportable déesse qui lui faisait face. Cela n'aidait pas que Myst Nail entendait tout sans réagir immédiatement. Elle ne le savait que trop bien : quand la colère prenait le temps de couver en lui, elle n'en sortait que plus terrible. Mieux aurait valu qu'il explose d'un coup. De ce fait, ce n'était guère le bon moment pour formuler sa requête mais puisque cette peste d'Hane Lath ne lui laissait pas le choix...


« Il m'a proposé de le rencontrer à nouveau... ce soir.

– Non, » répliqua aussitôt Myst Nail avec virulence.

Shao Paï s'était attendue à ce refus et malgré le court délai, elle avait pu préparer quelques arguments.

« Ce serait là une excellente occasion d'en apprendre plus sur les nouveaux dieux, argua-t'elle.

– Non.

– Ce Zeus me semble plutôt bavard. Je crois qu'il n'y aura aucun problème à le faire parler... le problème sera plutôt de le faire taire ! Mais au moins, ce ne sera pas difficile de lui soutirer des informations.

– Non.

– Puisque nos chevaliers n'ont pas su protéger les précieux manuscrits dont ils avaient la charge, nous avons perdu là une source d'informations précieuses.

– Non.

– Ce serait stupide de ne pas profiter de cette occasion. »


Étant donné qu'elle ignorait ses réponses répétées, Myst Nail tapa des poings sur la table basse pour attirer son attention. Hane Lath sursauta tandis que Shao Paï tourna la tête vers lui. En la fixant droit dans les yeux, il fit fermement :

« Non. »

Elle plissa les yeux.

« Cesse de te comporter comme un enfant, fit-elle d'un ton hautain. Que comptes-tu faire : te terrer à Babelhu en attendant qu'ils nous attaquent ? »

Il grinça des dents. Effarée, Hane Lath s'attendait presque à ce qu'il se rue sur l'autre déesse afin de la déchiqueter à mains nues. En tout cas il paraissait à deux doigts de le faire : jamais elle ne l'avait vu dans un tel état de rage et d'un côté, cela la rassurait que ce soit dirigé contre Shao Paï. À la place de l'autre déesse, elle serait littéralement morte de peur.


« Je t'écoute, reprit Shao Paï, pas du tout impressionnée. Dis-nous tes intentions, ô sage roi des dieux ? »

Les deux doigts se réduisirent à un cheveu. Les yeux écarquillés, osant à peine respirer, Hane Lath fixa son compagnon avec terreur.

« Il va la tuer, » songea-t'elle.

Mais au prix d'un terrible effort de volonté, Myst Nail se ressaisit. Respirant bruyamment et profondément, il détourna les yeux de Shao Paï pour fixer un point du mur de pierre qui aurait pris ses jambes à son cou s'il en avait.


Au bout d'un long moment, il reprit la parole d'un ton plus posé.

« C'est moi qui irai à ce rendez-vous. »

Shao Paï réagit aussitôt :

« Très mauvaise idée !

– Pourquoi ça ?

– Euh... je ne pense pas que Zeus se montrera aussi bavard avec toi. En plus il semblait tenir à ce que ce soit moi qui vienne et personne d'autre.

– Ah ? »

Une menace se dissimulait dans le ton neutre du dieu.

« Il aurait donc une raison de souhaiter ta présence en particulier ? »


Shao Paï grimaça mentalement et prit une gorgée d'eau claire.

« Eh bien, cela fera partie des choses que je lui demanderai cette nuit ! éluda-t'elle.

–Tu n'iras pas. »

La déesse aux longs cheveux noirs bouclés fit claquer sa langue avec irritation.

« Nous sommes en train de parler de la sécurité des nôtres, spécifia-t'elle. Nous ignorons tous de ces nouveaux dieux alors qu'ils sont une menace pour nous. À cause de toi, nous manquerions une occasion unique d'en apprendre plus sur eux. Ton entêtement risque de nous coûter cher ! »

Myst Nail ne répondit rien, prenant un air buté. Shao Paï soupira bruyamment en levant les yeux au ciel.

« Que crains-tu qu'il puisse m'arriver ? » reprit-elle.

Hane Lath tressaillit : se pouvait-il que tout cet entêtement ne soit dû qu'à l'inquiétude de Myst Nail pour Shao Paï ? Elle se pinça les lèvres ; cette situation lui plaisait de moins en moins.

« On ne sait pas de quoi ces nouveaux dieux sont capables, » fit lentement le roi des dieux.


Il croisa le regard de Shao Paï.

« Imagine qu'ils puissent également invoquer une sorte de boîte de Pandore ? »

Il fut récompensé en voyant Shao Paï pâlir et fermer brièvement les yeux. Mais elle se ressaisit très vite.

« S'ils en étaient capables, je pense qu'ils l'auraient utilisé tout de suite sur nous deux... ou bien ils attendront un moment plus propice. Je pense sérieusement que Zeus souhaite juste bavarder.

– Tu veux dire, obtenir des informations.

– Évidemment. Je dois juste faire en sorte que cela devienne un échange équitable. »

Myst Nail expira bruyamment, le front plissé.

« Alors... j'irai avec toi, » proposa-t'il finalement.


Shao Paï marqua un temps : du point de vue de Myst Nail, il avait fait un énorme effort pour suggérer ce compromis. Il n'irait pas plus loin. Pourtant sans trop savoir pourquoi, elle n'aimait pas l'idée que les deux dieux se rencontrent tout de suite. Elle croisa les mains.

« Écoute, j'apprécie ton inquiétude mais je préfère le voir seul dans un premier temps. Je n'ai pas besoin en plus de vous surveiller pour éviter que vous ne vous entre-tuiez. »

Vexé, le roi des dieux demanda :

« Que veux-tu dire ?

– Je te connais très bien. Tu ne seras pas capable de garder ton calme très longtemps avec lui. Il est... tout à fait le genre de personne qui t'énerve. »

Myst Nail fronça les sourcils.

« Tu te bases sur les quelques minutes que tu as passées avec lui pour affirmer cela ?

– C'est seulement une intuition, mais crois-moi. »


Sentant que chacun allait rester campé sur ses positions, la déesse soupira.

« Allez, fit-elle d'un ton amical, au fond de toi tu sais pertinemment que je dois prendre ce risque. Je te promets de me montrer extrêmement prudente et de ne pas engager le combat. De plus, à la seconde même où je me sentirai en danger, je reviendrai tout de suite.

– Tu ne vas pas changer d'avis ? demanda Myst Nail.

– C'est important, » répondit-elle en secouant la tête.

Un lourd silence s'ensuivit puis Myst Nail soupira à son tour.

« Alors je n'ai pas le choix : tu peux y aller. »

Hane Lath, qui avait écouté en silence jusque là, n'en crut pas ses oreilles. Elle ne parvenait pas à comprendre comment Shao Paï avait convaincu Myst Nail. C'était... comme un tour de magie ! Elle aurait donné cher pour connaître son secret.


~*~


Plus tard dans la nuit, Shao Paï se transporta à l'endroit indiqué par Zeus. Comme il l'avait dit, elle n'euT qu'à évoquer l'image transmise dans son esprit pour s'y retrouver aussitôt. C'était là une application de leurs pouvoirs à laquelle elle n'aurait jamais pensé. L'endroit en question était une vaste clairière où l'herbe verte, parsemée de fleurs violettes et bleues, s'agitait sous l'effet d'une douce brise nocturne. Le ciel était clair, la lune n'en était qu'à son premier quartier mais sa lueur était suffisante, en plus de deux torches plantées dans la sol pour éclairer le centre de la clairière. Shao Paï cligna des yeux en voyant qu'une table y était dressée, couverte de fruits et de gâteaux. À côté Zeus l'attendait avec un grand sourire.


Il s'avança à sa rencontre, lui prit la main et la porta à ses lèvres.

« Je suis ravi que tu aies pu venir, Shao Paï, l'accueillit-il. Si tu veux bien prendre place... »

Avec galanterie, il la conduisit à la table et ils prirent place chacun de leur côté.

« Je te sers du vin ? proposa-t'il.

– Je veux bien, » accepta-t'elle en entrant dans son jeu.

S'il voulait jouer la cordialité, cela ne regardait que lui.

« Ce vin est excellent, » nota-t'elle après en avoir pris une gorgée.


Elle regarda autour d'elle.

« Tu n'as invité personne d'autre ? demanda-t'elle en feignant l'ignorance. Je croyais que tu voulais me présenter les autres dieux. »

Zeus eut un léger rire.

« Bah, pour ce soir je voulais un tête-à-tête. En plus les autres sont bien trop occupés à découvrir le vaste monde. Je ne voulais pas gâcher leur plaisir.

– Tu as même laissé tes chevaliers ? s'étonna-t'elle.

– Tu avais l'air de ne pas trop les apprécier. D'ailleurs, toi aussi tu es venue seule.

– Eh bien, tu n'avais pas précisé si je pouvais amener quelqu'un d'autre. »

Le dieu aux cheveux bruns sourit.

« Qui aurais-tu souhaité pour t'accompagner ? Myst Nail ? »


Un léger rire s'échappa des lèvres de la déesse.

« Tu es donc si pressé que cela de le rencontrer ? Tu ne devrais pas. Il ne vous apprécie pas beaucoup.

– Pourtant il ne nous connaît pas, répliqua Zeus en faisant la moue.

– Il vous voit comme des envahisseurs, des ennemis. Personne n'aime ça. »

Le dieu soupira et prit un peu de raisin.

« Encore cette histoire de prophétie, fit-il. Je suis bien content de voir que cela n'affecte pas ton jugement en tout cas. »

Shao Paï plissa les yeux.

« Disons que j'attends d'en savoir plus avant de me faire une opinion sur vous.

– Je m'en doutais un peu. »


Le visage de Zeus s'illumina soudain de malice.

« Jouons à un jeu, proposa-t'il. On se pose des questions à tour de rôle. »

Shao Paï le fixa avec surprise tandis qu'il poursuivait :

« Interdiction de mentir, ce ne serait pas amusant sinon. Par contre, le jeu se termine quand l'un de nous refusera de répondre à une question.

– Quel est l'intérêt ?

– Tu es venue pour te renseigner sur nous, pas vrai ? Je t'avouerai que je suis également assez curieux à votre égard. Plutôt que tourner autour du pot toute la nuit, allons droit au but !

– Et je peux te demander tout ce que je veux ? s'enquit Shao Paï avec circonspection.

– Absolument tout ce que tu veux... mais dans ton intérêt, ne pose aucune question à laquelle je n'aurai pas envie de répondre. Il en sera de même pour moi. »


La déesse prit un moment pour réfléchir : elle ne percevait aucun piège dans la proposition de Zeus, seulement une sincérité déconcertante. Elle devait juste faire attention à ne pas en dévoiler de trop dans ses réponses.

« Bien, fit-elle en hochant la tête. Qui commence ?

– Tu viens de le faire, répondit Zeus avec malice. La réponse est : toi. Maintenant c'est à mon tour !

– Eh oh ! s'indigna-t'elle. Ce n'est pas juste ! »

Zeus sourit et agita un doigt.

« Tu viens bien de poser une question alors tu as usé ton tour. »

Vexée de s'être fait berner dès le début, elle fronça les sourcils mais ne répliqua plus.


Zeus put alors poser sa question :

« Pourquoi tu ne veux pas que je rencontre Myst Nail ? »

La déesse tressaillit ; elle ne s'attendait pas à cela comme première question.

« Hum.. Myst Nail est très prompt à s'emporter. Étant donné que vous nous avez attaquées, Hane Lath et moi, il vous considère comme une menace et n'hésitera pas à vous combattre. Au fait, pourquoi tu nous as attaquées ?

– C'est juste une diversion : je voulais te parler seul à seul alors j'ai demandé à Héra de distraire ton amie. Ce n'était pas bien méchant.

– C'est toi qui le dis. Dans votre situation, attaquer dès la première rencontre ne pouvait que nous donner une mauvaise image de vous.

– Maintenant que tu le dis, c'est vrai. Mais de toute façon il y avait déjà ces prophéties dont tu m'as parlé. Tu pourrais m'en dire plus sur elles ? »


Shao Paï hésita : n'était-ce pas une information trop importante ? D'un autre côté Zeus pourrait facilement se renseigner parmi les mortels alors il était encore trop tôt pour mettre un terme à ce jeu de questions.

« Plusieurs textes sacrés chez les mortels font référence à de nouveaux dieux qui sont censés nous détruire, nous les anciens dieux. »

Zeus éclata spontanément de rire.

« Je n'ai pas encore eu l'occasion de fréquenter les mortels mais je les trouve déjà bien stupides ! »

Il la fixa dans les yeux en reprenant un air sérieux.

« Shao Paï, je peux t'assurer que ni moi, ni les miens n'avons l'intention de vous détruire. Nous sommes tous des dieux et ce monde est bien assez vaste pour nos deux familles.

– C'est intéressant comme mot, nota la déesse en haussant un sourcil. Vous vous considérez comme une famille...

– Pourquoi, ce n'est pas le cas pour vous ? »

Shao Paï leva un doigt vers lui, un sourire au coin des lèvres.

« C'est mon tour, » répliqua-t'elle.

Zeus laissa échapper un léger rire mais ne protesta pas.


Shao Paï se décida à aborder des sujets plus importants. Après tout Myst Nail allait lui faire subir un vrai interrogatoire par la suite et il voudrait des réponses concrètes et utiles, pas du batifolage.

« Combien êtes-vous ? s'enquit-elle.

– Hum... »

Zeus prit un moment pour compter.

« Presqu'une quarantaine, répondit-il. Tu me pardonneras mon manque de précision, je n'ai pas encore pris le temps de nous compter un par un. »

Les yeux de Shao Paï s'écarquillèrent devant ce nombre affolant.

« Quarante dieux ? songea-t'elle. C'est bien plus que nous ! Quoique... une petite seconde... »

Elle plissa les yeux et le dévisagea avec circonspection.

« Avec ou sans les chevaliers ? » précisa-t'elle.

Zeus ne répondit pas et lui sourit.

« Mon tour, » la nargua-t'il.

Elle fulmina en silence mais s'inclina.


N'ayant pas oublié sa question précédente, Zeus reprit :

« Alors, vous ne vous considérez pas comme une famille ?

– Non. Avec ou sans les chevaliers ?

– Une petite seconde ! Ta réponse est bien trop courte. »

Shao Paï croisa les bras.

« Il me semble que nous n'avons jamais spécifié la taille de nos réponses.

– Si tu veux jouer les monosyllabiques, libre à toi, mais je ferai alors de même. »

Shao Paï soupira sous l'œil réprobateur de l'autre dieu.

« Il n'y a vraiment rien de plus à dire, Zeus. Qu'entends-tu par... »


Réalisant qu'elle était sur le point de poser involontairement une question, ce qui pourrait lui faire perdre son tour, elle se reprit et changea ce qu'elle voulait dire :

« Si tu entends le mot famille au sens des mortels, alors la réponse est non. Nous sommes un groupe de dieux, pas une famille. »

Zeus baissa les yeux et joua avec un morceau de pomme.

« Je trouve cela plutôt triste, » commenta-t'il.

Shao Paï se sentit obligée d'apporter des précisions.

« Nous sommes liés entre nous, fit-elle. Nous ne sommes pas des étrangers mais... nous ne sommes pas une famille au sens propre du terme. »

Bien que ce soit son tour de poser une question, elle hésita. La curiosité la poussa à continuer dans cette voie :

« Parce que vous, vous vous considérez comme une famille ?


Zeus redevint plus joyeux.

« Bien sûr ! Héra et moi sommes les parents de tous les dieux... de notre famille bien sûr, nous ne sommes pas vos parents à vous !

– Mais ce sont des liens de parenté inventés, » argua la déesse.

Bien que ce ne soit pas une question, Zeus y réagit.

« Quelle importance que ce soit vrai ou non ? Tu crois que les mots ne signifient rien, pourtant ils veulent tout dire. Quand tu appelles quelqu'un ton enfant, il finit par se voir tel quel et les liens qui se créent entre vous ne sont pas les mêmes que si tu l'appelles simplement ton ami ou ton compagnon. »

Shao Paï en resta dubitative. Pour elle, les liens d'amitié valaient mieux que des liens de sang inventés. Mais ce n'était guère le moment de débattre à ce sujet.


C'était au tour de Zeus.

« En parlant des autres dieux, comment ont-ils réagi à l'annonce de notre arrivée ? Inutile de me faire le détail, donne-moi juste le sentiment général. »

Shao Paï soupira.

« Ils n'en savent rien, avoua-t'elle. Ils ignorent tout de cette histoire de prophétie car nous ne voulions pas les inquiéter sans en savoir davantage. Vous êtes apparus plus tôt qu'on ne l'aurait cru alors on n'a pas vraiment eu le temps de les mettre au courant.

– Pourtant, Hane Lath avait l'air d'être au courant, elle, » fit Zeus en se tapotant le menton d'un doigt.


Shao Paï plissa le front, ne comprenant pas le sens de sa remarque.

« Bien sûr qu'elle est au courant, répliqua-t'elle, c'est la reine des déesses, après tout.

– Quoi, c'est elle votre reine ?! Et qui est votre roi alors ? » bondit Zeus.

Shao Paï s'étonna de la brusquerie de ses questions. Il paraissait sincèrement ébahi.

« Ça fait deux questions de trop, nota-t'elle. Si tu veux vraiment que j'y réponde, il te faudra m'accorder trois questions de suite. »

Il hocha la tête sans même prendre le temps de réfléchir.


Shao Paï leva trois doigts pour lui rappeler sa promesse et répondit :

« Hane Lath est bien notre reine et Myst Nail est notre roi. Nous aussi, nous avons notre couple royal.

– Parce qu'en plus c'est sa femme ?! »

Son incrédulité était troublante. C'était comme s'il s'était attendu à ce que quelqu'un d'autre soit reine et l'épouse de Myst Nail.

« Ils ont toujours été ensemble, expliqua Shao Paï. Les choisir comme dirigeants s'est fait très naturellement, bien que je n'étais pas là lorsque cela s'est officiellement décidé.

– Ah, c'est pour ça, soupira Zeus en se rasseyant. Mais tu aurais pu protester depuis. »

Shao Paï fronça les sourcils.

« Il n'y avait rien à protester. Peu m'importe qui dirige les dieux car je suis mon propre maître. »

Zeus eut un léger rire comme si cela ne l'étonnait guère de sa part. Le froncement de sourcils de Shao Paï s'accentua mais elle préféra revenir à ses questions.


« Combien de dieux êtes-vous ? » demanda-t'elle enfin.

Elle aurait dû formuler sa question ainsi depuis le début.

« Douze, répondit Zeus plus calmement. Moi inclus, au cas où tu le demanderais. »

Shao Paï hocha la tête, rassérénée. Eux-mêmes étant treize, la supériorité numérique jouait en leur faveur.

« Vous avez toujours eu des chevaliers ? » demanda-t'elle avec suspicion.

Zeus écarta les bras.

« Nous sommes apparus aujourd'hui en ce monde, et nos chevaliers avec nous. Alors oui, nous avons toujours eu des chevaliers. »

Shao Paï se risqua à poser sa troisième question.

« D'où venez-vous ?

– Du même endroit que vous, répondit brièvement Zeus. À mon tour, pourquoi... »


Mais Shao Paï était restée un moment figée après sa réponse. Incrédule, mille pensées défilèrent dans sa tête en un instant et elle s'écria :

« Que... comment ça, du même endroit que nous ?! »

Zeus croisa calmement son regard.

« Nous sommes tous des dieux, nous venons forcément du même endroit. Je ne comprends même pas pourquoi tu as posé la question. Et j'ai droit à une seconde question. »

Se moquant de ses détails, Shao Paï se dressa, les deux poings sur la table.

« Tu as dit que vous êtes arrivés aujourd'hui. Vous vous souvenez de l'endroit où vous étiez avant ?

– Cela fait trois questions maintenant. Tu es sûre de vouloir poursuivre ? »

Elle tapa du poing sur la nappe blanche et les coupes de fruits vacillèrent légèrement.

« Peu m'importe tes règles ridicules, réponds-moi ! »


Zeus soupira mais s'exécuta :

« Nous ne nous souvenons pas de l'endroit où nous nous trouvions avant. J'ai juste fait des suppositions en disant que nous avions les mêmes origines, c'est ce qui me paraissait le plus logique. Désolé de te décevoir. »

Shao Paï se rassit, inspirant profondément. Zeus reprit avec un sourire taquin :

« Par contre, ta réaction m'a appris beaucoup de choses. Merci, cela m'a fait économiser quelques questions. En parlant de cela, tu m'en dois trois. »

La déesse secoua la tête en signe de lassitude.

« Je t'écoute, » fit-elle malgré tout.

Comme un enfant malicieux, Zeus se lança :

« Pourquoi est-ce que tu n'apprécies pas les chevaliers ? »


La déesse cligna des yeux. Encore une fois, ce n'était vraiment pas le genre de questions auxquelles elle se serait attendue.

« On dirait qu'il se moque bien de connaître nos intentions, songea-t'elle. Il ne se comporte pas du tout comme un ennemi potentiel. Il a l'air bien trop à l'aise, comme s'il savait déjà tout de nous. »

Un toussotement la rappela à la question en suspens.

« Oui, les chevaliers... eh bien, ils sont apparus longtemps après nous alors je ne leur fais pas vraiment confiance. Nous n'avons pas demandé à en avoir, je ne vois pas ce qu'ils viennent faire ici...

– Les autres dieux partagent-ils ton opinion sur les chevaliers ? s'inquiéta Zeus.

- Non, répondit-elle entre ses dents, en général, ils les adorent. »

Le dieu parut soudainement réjoui. Il hocha la tête.

« Les chevaliers sont entièrement dévoués à leurs maîtres, assura-t'il. Tu aurais tort de te méfier d'eux car ce sont tes meilleurs alliés.

– Je n'ai pas besoin d'allié, » marmonna-t'elle.


Zeus retint un soupir avant de lancer sa troisième question :

« Quel est votre but en tant que dieux ? »

Shao Paï se redressa, alerte. C'était la première fois que l'autre dieu posait une question sérieuse, une question qui pouvait dévoiler ses intentions.

« Nous n'avons pas spécialement de but, répondit-elle sincèrement. Nous sommes des dieux, c'est tout. »

Zeus fronça les sourcils.

« Aucun but ? Aucune motivation ? J'ai du mal à y croire. »

Comme Shao Paï gardait le silence, il lui lança un regard interrogateur. Elle sourit soudain.

« Oh, excuse-moi, ces questions m'étaient destinées ? Parce que du coup cela me donne à nouveau droit à trois questions. »

Zeus sourit à son tour.

« J'aurais dû me douter que notre conversation serait aussi passionnante, avoua-t'il. Si j'avais su, j'aurai fixé les règles du jeu pour que nous ayons droit à trois questions à chaque fois ! Mais bon, ce qui est fait est fait. C'est à ton tour, j'attendrai pour poser ces questions. »


Shao Paï hocha la tête et rebondit sur sa question :

« Puisque tu m'y fais penser, quel est votre but en tant que dieux ? »

Zeus eut un léger rire et se cala contre le dossier de sa chaise.

« Notre but... eh bien, ce n'est pas quelque chose de précis. C'est plus une idée vague, un instinct qui nous pousse à agir. J'ai le pressentiment que notre but en tant que dieux est de nous comporter avec dignité et magnificence, de guider les mortels vers un monde meilleur et de protéger la création. »

Shao Paï fronça les sourcils. C'était là un programme bien vaste ! Pourtant une partie d'elle y adhérait pleinement. Zeus dut le sentir car il posa ensuite sa question :

« Ne ressens-tu pas la même chose ? »


Shao Paï tressaillit, comme surprise dans ses pensées. Elle ouvrit la bouche, puis la referma. Son regard se fit lointain.

« Oui... peut-être, répondit-elle vaguement.

– Ce n'est pas vraiment une réponse, argua l'autre dieu.

– Eh bien, ta question n'en était pas vraiment une, fit Shao Paï en soupirant. À vrai dire j'ai tenté autrefois de convaincre les miens de s'impliquer davantage dans le monde des mortels mais...

– Mais ?

– Ils ne m'ont pas écoutée.

– C'est surprenant, fit Zeus. Je suis sûr que tu es capable de les convaincre si tu t'en donnes la peine. »

Shao Paï tiqua. Comme Myst Nail, ce dieu la croyait capable d'imposer ses décisions aux autres. Pourtant ce temps-là était révolu pour elle.


« Je crois que c'est mon tour, fit-elle soudain pour dévier la conversation sur un autre sujet. Quelles sont tes intentions envers nous ? »

Zeus se mit à rire de bon cœur.

« Alors ça y est, les questions sérieuses commencent, » plaisanta-t'il.

Shao Paï cligna des yeux. En ce qui la concernait, elle n'avait posé que des questions sérieuses.

« Je sais que tu as du mal à y croire, reprit Zeus, mais mes intentions ne sont pas belliqueuses. Je compte cependant bien vous sortir de votre carcan et vous obliger à faire face à vos responsabilités en tant que dieux. Je ne renoncerai pas mais cela ne veut pas dire pour autant qu'un de nos camps est voué à disparaître. Non, je ne crois pas en ces prophéties. On peut s'arranger autrement. »


Bien qu'elle aurait aimé y croire, Shao Paï ne pouvait pas se défaire de sa suspicion. Il lui semblait que Zeus ne se rendait pas compte des difficultés qu'il allait rencontrer et qu'il changerait bientôt de discours. Mais pour l'instant elle ne voulait pas briser ses illusions.

« Au fait, quelque chose me revient, fit Zeus. Quand je t'ai vue avec Hane Lath cet après-midi, tu as dit quelque chose qui m'a intrigué. Quelle est cette histoire avec Myst Nail qui doit te libérer ? »

Perdue, Shao Paï tenta de se remémorer la fameuse conversation.

« Hum.. ah, ça. Vraiment, je ne vois pas pourquoi tu t'intéresses à tous ces ragots. »

Zeus croisa les doigts sous son menton.

« J'adore les ragots, avoua-t'il sans aucune gêne. Je me délecte des histoires les plus scandaleuses et les plus sordides. Tu verras quand on se connaîtra un peu mieux.

–Nous n'en sommes pas encore là. »


La déesse se cala contre le dossier de sa chaise en soupirant.

« Bon, je t'ai dit que j'avais tenté de faire bouger les miens par le passé. Cela ne s'est pas très bien passé et cela a dégénéré en conflit. Je me suis retrouvée à me battre en duel contre Myst Nail et j'ai perdu.

– Cela m'étonne beaucoup. »

Suspicieuse, elle lui lança un regard noir.

« Dû à l'intervention déloyale d'Hane Lath, je dois préciser. »

Zeus lâcha un rire moqueur.

« Même en intervenant, elle n'a pas pu faire grand-chose...

– Méfie-toi d'elle, le prévint-elle en serrant les dents. Il ne faut surtout pas la sous-estimer. »

Comme il la regardait d'un air sceptique, elle tiqua mais refusa d'en dire davantage. Après tout la boîte de Pandore pourrait un jour se révéler utile contre les nouveaux dieux — si jamais Hane Lath parvenait à l'invoquer de nouveau.


« Bref, reprit la déesse, suite à cette défaite je suis contrainte de rester avec les autres dieux. Je le considère comme un emprisonnement car je suis obligée de négocier chacune de mes sorties avec Myst Nail et il peut se montrer sacrément têtu à ce sujet.

–Ah, commenta Zeus avec un sourire amusé, c'est parce qu'il aime te garder près de lui. »

Elle lui lança un regard interdit.

« Non ! protesta-t'elle. Qu'est-ce que tu vas raconter ?! Il veut garder tout le monde près de lui. Imagine-le en chien de berger qui veut à tout prix rassembler le troupeau. »

Zeus rit à cette description.


« À mon tour, reprit Shao Paï. Puisque tu reparles de cet après-midi, j'ai moi aussi une question qui me turlupine : comment as-tu su où nous trouver, Hane Lath et moi ? »

Zeus parut soudain réticent. Il se tendit et évita son regard inquisiteur.

« Hum... en fait... »

Elle haussa un sourcil, attendant sa réponse. Il passa une main derrière sa tête, bien embarrassé.

« Je ne pensais pas que tu me demanderais ça, fit-il. Désolé, je vais devoir mettre fin à notre jeu.

– Quoi ?! s'écria-t'elle. Tu n'as pas le droit !

– Si, j'ai bien précisé au départ qu'on ne devait pas mentir et que cela s'arrêterait dès que l'un de nous refuserait de répondre à une question. C'est le cas.

– Mais...

– Je compte bien t'en parler un jour, et les autres dieux le sauront également, mais je trouve qu'il est encore bien trop tôt pour ça. J'ai peur que vous le preniez mal. »


Il se leva soudain et Shao Paï l'imita, encore sous le choc. D'un geste, la table et les chaises disparurent.

« Tu sais, fit soudain Zeus, j'ai une proposition à te faire : ne rentre pas à Babelhu.

– De quoi ?! »

Il s'avança vers elle et lui prit la main. Trop surprise, elle ne réagit pas et croisa son regard gris.

« Deviens l'une des nôtres, lui fit-il très sérieusement. Rejoins-nous et je te promets de te dire tout ce que tu veux savoir.

–Comment peux-tu me proposer une telle chose ? » répliqua-t'elle après avoir recouvert l'usage de la parole.


Il haussa les épaules.

« Tu as dit que tu te sentais prisonnière et que tu n'aimais pas la situation actuelle. Rien ne t'oblige à subir tout cela. »

Elle secoua la tête en reculant.

« Jamais je ne trahirai les miens, » affirma-t'elle farouchement.

Le dieu prit un air désolé.

« Et si nous étions aussi les tiens ? »

Le cœur de Shao Paï cessa de battre. Ses grands yeux noirs s'écarquillèrent.

« Qu'as-tu dit ? » fit-elle dans un souffle.


Il la fixa un moment puis détourna les yeux.

« Si tu choisis de me suivre, expliqua-t'il, nous deviendrons les tiens. »

Elle contrôla sa colère.

« Ma réponse est non. »

Zeus soupira.

« Très bien. Alors je vais te laisser. Transmets mes amitiés à Myst Nail. »

Elle hocha la tête. Leurs regards se croisèrent une dernière fois : ferme et déterminé pour Shao Paï, déçu et triste pour Zeus. Puis il disparut.


Shao Paï soupira et se laissa tomber à genoux. Cette soirée fut très éprouvante, bien plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Elle avait appris tant de choses que sa tête menaçait d'exploser, surtout à cause des non-dits. Malgré tout il lui restait encore de nombreuses questions... et de nombreux doutes.

« Sait-il ? songea-t'elle. Sait-il pour Éden et pour... Père ? »

Elle osait à peine penser ces mots, de crainte que quelqu'un n'apprenne qu'elle avait conservé tous ses souvenirs. Elle pencha la tête et observa les étoiles ainsi que la lune sur laquelle elle avait autrefois tenté de se rendre.

« Zeus, se dit-elle, cet enfant a bien grandi... »


Elle se redressa aussitôt, alertée par cette pensée. Jamais, jamais elle ne devait penser à lui de cette façon, sous peine de se trahir.

« Lui-même ignore notre lien, » se rassura-t'elle.

Quoique... son empressement à la voir, sa déception quand elle ne l'avait pas reconnu, tous ses discours sur la famille et même sa grotesque proposition à la fin... tout cela lui donnait des soupçons.

« Sauf s'il se contente juste de suivre son intuition. Dans ce cas il ne sait vraiment rien et c'est bien mieux comme ça. »

Elle secoua la tête pour chasser ces pensées secrètes. Il était temps pour elle de rentrer à Babelhu avant que Myst Nail ne se lance à sa poursuite. Elle grimaça en songeant au long interrogatoire qui allait l'attendre à son retour. Heureusement que les dieux n'avaient pas besoin de dormir !


~*~


Zeus aussi était attendu : Héra se trouvait dans la clairière où ils étaient apparus le matin même. Ses trois chevalières n'étaient pas bien loin, avec ceux de Zeus. Ce dernier poussa un lourd soupir avant de rejoindre son épouse.

« Cela ne s'est pas passé comme tu le voulais ? » s'enquit-elle.

Allongée dans l'herbe, elle jouait avec une fleur nocturne. Zeus s'assit à côté d'elle.

« Rien n'est comme il le faudrait en ce monde, commenta-t'il. Nos prédécesseurs n'ont pas les bonnes personnes à leur tête, ils ne se considèrent pas comme une famille et ils n'en ont strictement rien à faire des mortels. Tu n'imagines même pas tout le travail nécessaire pour tout remettre en ordre.

– Dans ce cas, suggéra Héra en plissant les yeux, ne serait-il pas plus simple de tout détruire afin de reconstruire ce monde comme bon nous semble ? »


Pour souligner son propos, elle broya la fleur bleue pâle qu'elle tenait dans la main. Zeus la fixa avec effarement.

« Qu'est-il advenu de la douce jeune fille que j'ai épousée ce matin ? se plaignit-il.

–Elle a passé sa nuit de noces seule pendant que son mari en courtisait une autre, fut la réponse implacable.

Courtiser une autre ? Oh ma chère, tu ne pourrais pas être plus loin de la vérité ! »

L'étonnement sincère de son époux ne sembla pas la convaincre. Elle avait eu toute la nuit pour se faire son opinion et elle n'était pas prête d'en changer.


« Je me suis renseignée sur les coutumes des mortels : quand un homme conquiert un autre pays, il aime aussi en conquérir sa reine.

– Premièrement je ne suis pas un mortel. Deuxièmement je ne suis pas venu conquérir ce monde. Et même si c'était le cas, je me serais trompé de déesse : c'est Hane Lath leur reine, celle que tu as combattue tout à l'heure.

– Cette mijaurée ? Comment est-ce possible ? »

Zeus haussa les épaules.

« Cela fait partie des choses qui ne vont pas en ce monde.

– Dans ce cas, reprit Héra avec un sourire enjôleur, c'est à nous de leur montrer ce qu'est un véritable couple royal. »


Le roi des dieux lui prit la main et la baisa galamment.

« Je n'en attendais pas moins de toi, ma chère. Je retrouve l'unique amour de ma vie. »

Héra eut un léger sourire de satisfaction mais elle ne fut pas dupe : les hommes savaient leurrer leurs compagnes avec de douces paroles, et Zeus était un maître en la matière. Il faudrait qu'elle surveille de très près ce beau parleur.





Notes de Karura : Pour ceux qui connaissent la mythologie grecque, vous savez que Héra est toujours furieuse contre Zeus parce qu'il couche à droite à gauche. Cela commence dès le début ici !

Je vous ai fait une liste des dieux grecs comme celle des dieux antiques. Les dieux grecs apparaîtront tous au moins une fois mais je ne promets pas qu'ils auront tous un grand rôle.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !