Prisonnier du Temps 24

Chapitre Vingt-quatre : Conditions





Shi Jian versa une autre tasse de lait pour que Yan Tuo s'hydrate. Il fut un peu surpris en entendant ces paroles et murmura avec impuissance :

« Je vous l'ai déjà dit, je n'en ai pas besoin. »

En effet, Shi Jian le lui avait répété plusieurs fois.

La version que Yan Tuo avait toujours entendu de la part de Shi Jian, c'était que ses chaleurs étaient arrivées tardivement et qu'il n'avait connu sa première période qu'après avoir fini l'école militaire et être entré dans l'armée et leur fréquence était très basse, à peine une ou deux fois par an. Qui plus est, elles ne duraient que trois ou quatre jours. Les inhibiteurs pouvaient donc aisément s'en charger alors il n'y était vraiment pas nécessaire de le soulager.



En plus, Shi Jian était tout sauf un oméga ordinaire : tout ce qu'il avait accompli lui avait valu l'admiration et l'envie de tous. Il était le premier oméga de tout l'empire et même de tout le monde interstellaire à avoir reçu le titre de major général. Il avait remporté d'innombrables batailles et avait accompli bon nombre d'exploits depuis qu'il avait rejoint l'armée impériale.

Grâce à sa forte volonté, ses capacités au combat et ses exploits presque inégalés et aussi à cause de son attitude toujours froide, Shi Jian avait reçu le surnom de "neige éternelle de l'Empire" afin de symboliser sa froideur et son calme inébranlable.

Chaque fois que Yan Tuo voyait des reportages ou des louanges sur Shi Jian dans les médias, il souriait de fierté du fond de son cœur ; s'il voyait des nouvelles qui calomniaient Shi Jian ou critiquait son statut d'oméga alors il ordonnait aussitôt qu'on bloque les dits médias et qu'on fasse pression sur eux.



Yan Tuo ouvrit la bouche pour répondre mais sentit à nouveau la fièvre s'emparer de lui. Sa vue se brouilla. Ses yeux furent voilés par une légère humidité et quand il regarda Shi Jian, il y avait là un désir qu'on ne pouvait pas manquer de voir.

Il tendit la main et gémit en direction de Shi Jian, murmurant son nom :

« Shi Jian... »

Shi Jian le contempla un moment sans rien dire puis ensuite s'assit sur le bord du lit pour l'enlacer par derrière, se serrer contre lui et baisser la tête pour embrasser son lobe d'oreille.

Yan Tuo se sentit en forme alors il ne voulait pas se soumettre pour le moment. Il tourna la tête pour éviter le baiser de Shi Jian, s'adossa dans les bras de l'autre avec paresse et dit d'un ton qui se voulait nonchalant :

« … Il y a plein d'excellents alphas et bêtas dans l'armée, n'est-ce pas ? Qui s'entraînent et se battent à tes côtés tous les jours ? »



De toute évidence, Shi Jian ne s'était pas attendu à pareille question. Après une courte pause, il répondit :

« Oui.

– … Il y a quelqu'un que tu aimes ? »

Yan Tuo tenta de donner l'impression qu'il posait la question comme ça, sur un coup de tête, un peu comme quelqu'un qui s'ennuyait et voulait s'enquérir des rumeurs.

« Non, » répondit Shi Jian d'un ton léger.

Yan Tuo fit de son mieux pour retenir un gémissement causé par les chaleurs, enfonça son visage dans l'oreiller et fit :

« … Tu sais, tu es maintenant un major général et tu diriges la plus puissante troupe de l'Empire. Je ne peux pas faire grand-chose pour t'aider et je ne peux encore moins te forcer. Si tu n'aimes pas faire ce genre de choses avec moi alors tu n'y es pas obligé ; je trouverai un autre moyen. »



Le grand-père de Shi Jian fut autrefois un très célèbre général de l'Empire. Même si son père n'avait pas hérité du gène du combat et avait seulement occupé un poste subalterne dans l'armée, il ne fallait néanmoins pas sous-estimer l'influence de la famille Shi.

Mais cela n'avait pas grand-chose à voir avec Shi Jian car c'était un enfant illégitime. La famille Shi l'avait toujours traité comme un étranger et ne lui avait jamais fourni de privilège ou de moyens, jusqu'à ce qu'il ait accompli ses exploits.

Quand Shi Jian avait postulé pour l'académie militaire de l'Empire, Yan Tuo venait juste d'être majeur et avait commencé à avoir ses chaleurs.

La première fois que cela arriva, il avait pris des médicaments pour que cela passe mais quand un oméga démarrait ses chaleurs, le cycle n'était pas stable et l'intervalle de temps pouvait être très irrégulier.

C'est pour ça que, sans aucun avertissement, Yan Tuo connut sa seconde période de chaleurs pendant qu'il mangeait à l'extérieur avec Shi Jian.



Shi Jian le ramena en vitesse au palais et resta avec lui pour prendre soin de lui. Yan Tuo, qui n'avait aucune expérience de chaleurs, ne put se retenir. En pleine confusion, il saisit Shi Jian par la manche et en larmes, il commença à supplier son ami qui était aussi un oméga.

Les instincts d'un oméga étaient plus forts que tout. Il savait que la personne réticente était Shi Jian et que Shi Jian était un oméga mais il s'en moquait bien. Il désirait uniquement que Shi Jian et personne d'autre lui fasse l'amour et souhaitait que l'autre personne le possède complètement et sans retenue... Au final, Shi Jian se conforma précisément à ses désirs.



Comme Yan Tuo se dit après-coup, Shi Jian ne devait pas avoir non plus beaucoup d'expérience dans ce domaine et n'avait aucune idée de comment gérer une telle situation.

Il savait cependant que personne d'autre ne devait découvrir cette affaire, alors il avait fermé les portes et les fenêtres quand il avait ramené Yan Tuo. Cependant, il ignorait où trouver des inhibiteurs ou comment soulager cette situation inconfortable, alors quand Yan Tuo l'avait supplié de lui faire l'amour, il avait dû prendre sur lui...

Yan Tuo n'avait absolument aucun reproche à faire contre Shi Jian. D'après ce qu'il avait compris et imaginé, Shi Jian était blanc comme neige dans cette histoire.

Cependant, ce fut cet incident subit qui fit prendre conscience à Yan Tuo qu'il avait pu laisser Shi Jian accéder à sa cavité génitale et que l'autre avait pu le marquer faussement.



À cause de la constitution particulière des omégas, les écoles militaires n'en recrutaient jamais même s'ils avaient un excellent niveau, alors la candidature de Shi Jian était vouée à être refusée.

Ses demi-frères et sœurs se moquèrent de cet enfant illégitime qui était en plus un oméga. Pour eux, un oméga illégitime dans leur famille ne servait qu'à créer des alliances par le biais d'un mariage avec une autre famille influente.

D'un autre côté, le docteur que Yan Tuo était allé consulter en secret découvrit que son cycle de chaleurs était plus actif que la moyenne et que l'intervalle inter-cycle serait très court et donc ne pourrait pas être complètement réprimé par des médicaments.



Le jeune prince fut de nouveau assailli par ses chaleurs. Quand il apprit que son ami avait postulé pour l'académie militaire, il avait saisi cette occasion. Il proposa à son ami un marché qu'il ne pouvait refuser : il se servirait de ses relations pour faire entrer Shi Jian à l'école militaire et en échange, ce dernier devrait le soulager durant ses chaleurs.

Comme il l'avait escompté, Shi Jian n'hésita pas avant d'accepter et leur relation s'était ainsi poursuivie jusqu'à maintenant : depuis que Shi Jian était entré à l'académie militaire, à la fin de ses études, quand il avait intégré l'armée, et même maintenant que Shi Jian était devenu major général de l'Empire avec des exploits extraordinaires derrière lui.



Mais Shi Jian n'était plus le jeune oméga qui avait couché avec lui afin d'entrer dans l'école militaire. Désormais, le pouvoir de Shi Jian avait grandi au point que même le père de Yan Tuo, l'Empereur actuel, devait le traiter avec respect.

Tout au fond de son cœur, Yan Tuo avait toujours eu le sentiment qu'il avait fait pression sur l'autre homme quand il était dans une position difficile et qu'il faisait du tort à Shi Jian en le laissant poursuivre ainsi. Shi Jian avait enduré dix années à le soulager consciencieusement et soigneusement pendant ses chaleurs. Yan Tuo craignait fort que ce soit à cause de leur arrangement mais aussi plus par amitié.

Alors si un jour Shi Jian n'était plus d'accord, il ne le forcerait pas — pour être honnête, il n'avait plus aucun moyen de pression sur le major général Shi Jian.



Après avoir entendu les paroles de Yan Tuo, Shi Jian ne répondit pas tout de suite. Il dit pas non plus s'il souhaitait toujours poursuivre leur relation. Au lieu de ça, il demanda d'un ton indifférent :

« Quel autre moyen son Altesse Impériale compte trouver ? Trouver quelqu'un qui se contrôle mieux que moi, faire ce genre de choses avec lui et le laisser vous marquer faussement à ma place ? Ou bien tout simplement trouver un alpha de je ne sais où pour vous marquer une bonne fois pour toutes, et ensuite chercher un moyen de vous débarrasser de cette marque ? »

Il n'avait pas retiré son uniforme militaire et les boutons en métal touchaient le dos de Yan Tuo, le faisant un peu frissonner.



Yan Tuo n'aimait pas le froid et tout ce qui était froid. Il se tordit pour éviter cette sensation mais cela donna l'impression qu'il voulait se libérer de l'étreinte de Shi Jian. Les yeux de Shi Jian s'assombrirent et il tendit les bras pour resserrer son étreinte sur lui.

Le tissu rêche de l'uniforme militaire, la boucle glaciale de ceinture en métal et la peau un peu froide se pressaient fermement contre lui en même temps. Yan Tuo gigota, mal à l'aise, et quand il s'aperçut qu'il ne pouvait pas se libérer, il renonça et se retrancha de son plein gré dans les bras de l'autre homme.

Son corps tout entier devenait de plus en plus chaud et Yan Tuo pouvait en ce moment sentir sa dépendance et son désir envers Shi Jian. Il fut torturé par une nouvelle vague de désir et ne se rendit pas compte du danger potentiel et du grand mécontentement dans le ton froid et familier de l'autre homme.



Cela faisait dix ans que Shi Jian le marquait faussement. Même s'il n'y avait pas de vraie marque, son corps se souvenait toujours spontanément de l'autre personne et savait que cette odeur familière était l'antidote qu'il désirait.

Quand la bouffée de désir le saisit à nouveau, Yan Tuo ne put que se retourner pour serrer Shi Jian contre lui, ses dents s'enfonçant dans l'épaule de l'autre afin de résister à ce malaise et cette faiblesse indescriptibles dans son corps.

« … Hum... non... je n'y ai pas encore réfléchi... fit-il en haletant de manière désordonnée à cause de la fièvre tandis qu'il mordait l'épaule de Shi Jian. Mais il y a forcément un autre moyen si tu ne veux pas... te forcer. »

Shi Jian grogna quand Yan Tuo le mordit, son expression s'améliora un peu mais ses yeux s'assombrirent. Il baissa la tête et mordilla les lèvres de Yan Tuo avant de dire :

« Je ne me force pas. Je n'aime pas ces alphas, bêtas et omégas. Je n'aime faire ça qu'avec vous, Votre Altesse Impériale. »



Il souleva légèrement le corps de Yan Tuo, libéra les lèvres rougies qu'il avait mordues et saisit doucement entre ses dents la chair à l'arrière de la nuque de Yan Tuo au-dessus de ses épaules pour la mordiller et la lécher doucement.

Par moments, la boucle de ceinture en métal et les décorations de l'uniforme militaire glissaient le long de la peau chaude du prince, faisant que Yan Tuo serrait encore plus l'autre homme.

Il y avait une glande importante à la base de sa nuque. Normalement, c'était là qu'un alpha marquait son oméga.

Intellectuellement, Yan Tuo savait que Shi Jian, qui était aussi un oméga, n'était pas en mesure de le marquer, toutefois les actions de Shi Jian le rendaient inconsciemment nerveux comme avant de se faire marquer.



L'atmosphère qui s'était allégée involontairement grâce aux paroles de Shi Jian s'alourdit de nouveau parce que la glande de Yan Tuo se faisait embrasser et mordiller.

Yan Tuo s'efforça de repousser légèrement Shi Jian et appela l'autre par son nom :

« Shi Jian, Shi Jian, c'est bon... hum... ne touche pas à ça... ça me met mal à l'aise. »

Shi Jian le mordit légèrement une dernière fois avant de libérer la nuque de Yan Tuo.

Il aimait quand Yan Tuo l'appelait par son nom. Quand la bouche de Yan Tuo prononçait ces deux mots ordinaires, ils en devenaient presque magiques.

Surtout dans des moments pareils, quand il l'appelait avec envie, exigence, désir et la coquetterie d'un amant, il lui était alors difficile de refuser quoi que ce soit.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !