Prisonnier du Temps 31

Chapitre Trente-et-un : Le miroir



Cet homme était le colonel Feng Xize.

Feng Xize venait également d'une longue lignée de généraux. C'était un excellent alpha qui avait toujours été un meneur distingué parmi ses camarades à l'académie militaire.

Mais c'était également le cas pour Shi Jian. Depuis le début de ses études dans l'académie militaire jusqu'à son enrôlement officiel dans l'armée pour aller au front après avoir achevé son cursus, Feng Xize avait toujours été éclipsé par Shi Jian, un oméga. C'était très rare pour quelqu'un d'aussi jeune d'accéder au rang de colonel grâce à ses exploits militaires, mais la promotion de Shi Jian au rang exceptionnel de major général, un grade de plus que lui, ternissait son prestige en comparaison.


Étant donné que Shi Jian et Feng Xize étaient les meneurs de la nouvelle génération dans l'armée, ils étaient souvent comparés l'un à l'autre avant que Shi Jian ne devienne une légende, et on les assignait souvent dans la même unité pour qu'ils coopèrent. Comme il s'agissait d'un alpha et d'un oméga, beaucoup se dirent qu'ils étaient faits l'un pour l'autre et les rumeurs ne firent que s'amplifier avec le temps.

C'était des sornettes.

Nonobstant le fait que le major général Shi Jian était à la base l'amant du prince, il était bien connu dans le cercle de la noblesse que le colonel Feng Xize avait toujours eu une bonne impression du prince, sauf que le prince se ruait vers son général major sans avoir conscience des sentiments du colonel.


En général, puisqu'un bêta ne pouvait ni marquer un oméga ni se faire marquer par un alpha, afin d'éviter les ennuis dans la vie, un bêta préférait généralement s'unir à un autre bêta. Mais pour les raisons mentionnées plus haut, les alphas et les omégas préféraient se trouver un amant bêta avant le mariage afin d'éviter tout un tas de problèmes.

Sauf que les bêtas n'étaient pas ouverts à tous les genres. Chaque bêta pouvait avoir ses propres préférences : certains bêtas préféraient les omégas, d'autres les alphas. Alors d'habitude, si un bêta parvenait à maintenir longtemps une relation intime avec un oméga, cela voulait dire qu'il n'était pas du genre à accepter alpha comme amant ou compagnon.

De ce fait, bon nombre d'omégas ou de bêtas avaient une bonne opinion du jeune, beau, élégant et noble prince mais il n'y avait que très peu d'alphas qui estimaient Yan Tuo. Le seul jeune talent dans ce cas était Feng Xize...

Néanmoins Yan Tuo n'en avait absolument pas conscience.


L'une des raisons était que, en tant que représentant de l'élite alpha de la nouvelle génération, portant les espoirs de toute sa famille, Feng Xize avait choisi de rejoindre l'armée. Il y avait Shi Jian qui, bien que n'ayant pas la même force physique que lui, le mettait sous pression et était très difficile à rattraper. La pression était vraiment forte, il n'avait pas le temps de bien se faire voir de son bien-aimé et encore moins de le courtiser. La seconde raison était que tout ce que Yan Tuo savait de Feng Xize venait du scandale de sa relation avec Shi Jian.

Yan Tuo se sentait mal à l'aise à l'idée que l'autre homme était si bien assorti avec l'oméga et qu'il était un alpha capable de vraiment marquer Shi Jian, alors instinctivement il n'appréciait pas l'existence de l'autre homme. Il n'était pas du genre à créer des troubles de manière inconsidérée alors Yan Tuo avait évité son rival pendant des années, ignorant toutes les nouvelles concernant Feng Xize et faisant comme s'il n'existait pas, ce qui le soulageait grandement.


Feng Xize avait naturellement conscience de la légère hostilité et de la résistance du prince à son égard. Il n'était pas stupide. Après y avoir réfléchi, il en avait plus ou moins deviné la raison.

Cette fois, au banquet d'anniversaire de Yan Tuo, il saisit enfin l'occasion. Après des salutations un peu froides, il s'expliqua ouvertement :

« Votre Altesse Impériale, je crois que vous vous trompez à mon sujet. Je n'ai jamais eu la moindre pensée au sujet du major général Shi Jian. Nous sommes simplement des collèges militaires. »

Mais aussi un rival en carrière et en amour, ajouta-t'il en secret dans son cœur.

« Tant mieux. »

Yan Tuo ne comprenait pas pourquoi l'autre homme était soudain venu se justifier mais il trinqua courtoisement avec lui et feignit la candeur :

« Je vais bientôt me fiancer avec le major général. »


Yan Tuo se sentit bien mieux après avoir calmement déclaré sa souveraineté et écrasé son rival, surtout quand il vit les jointures de l'autre blanchir sur son verre de vin.

Il eut un reniflement ironique en lui-même : Et après ça, tu veux encore me faire croire que tu n'as aucune pensée envers ma princesse ? Alors pourquoi tu réagis autant ?

Yan Tuo était sarcastique dans son cœur mais arbora un sourire rare sur son visage. Il trinqua délibérément encore avec Feng Xize :

« Bonne chance, Colonel. »

Il ressemblait en tout point à un fier paon qui venait de vaincre les envahisseurs et de protéger son territoire, mais quand Shi Jian entra dans la salle du banquet, il vit le prince à côté d'un très dangereux alpha. Ils parlaient avec entrain et le prince lui adressait même un sourire suave et séducteur très perturbant.


Shi Jian aurait dû lui dire plus tôt qu'il ne devait pas sourire ainsi à des étrangers. Il fit tssk, ses yeux s'assombrirent et il foudroya en particulier du regard le type antipathique près de Yan Tuo.

Même s'ils avaient été camarades de classe et collègues pendant des années, la seule raison pour laquelle Shi Jian se souvenait de Feng Xize, c'était à cause des regards qu'il lançaient toujours à Yan Tuo et qui, selon lui, ne pouvaient être que mal intentionnés.

Il doit être encore en train de tenter de séduire le prince avec ses phéromones puantes d'alpha, tous les alphas sont comme ça, songea Shi Jian amèrement. Il se remémora le sourire franc de Yan Tuo à l'instant et se sentit victime d'une injustice — Si le prince aimait tant que ça ces phéromones... en fait il pouvait aussi les émettre.


À cette idée, le major général retrouva un peu d'entrain. Il se dirigea droit vers Yan Tuo et n'adressa qu'un léger hochement de tête vers le colonel Feng Xize à côté de lui. Puis il emmena Yan Tuo avec lui en le tenant de manière très intime.

Il faisait ainsi une démonstration en silence à l'autre homme, bien qu'il n'ait jamais pris au sérieux tous ces rivaux. Il avait toujours été confiant et déterminé à ce que le prince n'appartienne qu'à lui seul.

Qui plus est, il connaissait bien Yan Tuo. Depuis l'enfance, le prince avait toujours eu un mauvais caractère. Il ne dirait jamais franchement ce qu'il voulait et aimait, mais si on ne le lui donnait pas alors il deviendrait triste et lésé. Il vous regarderait comme si vous l'aviez martyrisé : troublé mais despotique.


Lorsque Yan était petit, il s'était glissé en douce hors du palais avec lui pour jouer. Il n'avait jamais mangé de bâtonnet de glace à la pastèque en forme de lapin vendue par les marchands dans la rue. Quand il les vit, il fut curieux et avide. Il n'avait pas pris d'argent et il ne savait pas comment acheter la glace. Il devait se comporter avec toute l'élégance et la noblesse d'un prince donc il ne pouvait pas se comporter comme un enfant ordinaire et se contenta de lancer des regards en coin aux bâtonnets de glace d'un rouge transparent, sans rien dire. Quand Shi Jian le tira par la main loin de l'étal, un éclair de déception passa dans ses grands yeux noirs et ronds mais il ne protesta pas et tenta même de dissimuler ses émotions.

Voyant clair dans son petit jeu, Shi Jian déclara qu'il mangerait bien une glace et puis ajouta d'un ton nonchalant :

« Si tu m'appelles Gege Grand-frère. Cela s'utilise aussi entre amis et amants ! (1) et promets de devenir ma femme plus tard, je veux bien t'en acheter une en passant. »

Yan Tuo se débattit intérieurement un moment avant de finalement céder et l'appeler Gege, puis il promit de devenir sa femme en échange d'une glace.


À l'époque, le petit Yan Tuo était plutôt fier de lui et sentait qu'il avait pris la bonne décision. La fin justifiait les moyens et comme lui avait appris sa mère, la méthode importait peu du moment qu'on obtenait le résultat voulu. Puis il mangea joyeusement la glace obtenu en se trahissant et se dit avec écœurement que le goût était sans plus.

Ainsi depuis le début, Shi Jian avait entamé son escroquerie alors qu'il était à peine plus jeune que lui. Il avait continué jusqu'à ce jour, les méthodes étaient bien rodées et vraiment sans scrupule pour atteindre son but...


L'annonce du mariage entre ces deux-là ne surprit personne.

Certain avaient déjà appris la nouvelle, d'autres l'avaient anticipée d'après la situation actuelle à la Cour. Le pouvoir du major général Shi Jian était bien plus influent que ce qu'il était avant, et le prince et lui étaient amants depuis dix ans. Peut-être qu'en ces temps de récolte, il laisserait le major général Shi Jian partir de lui-même pour aller soit soutenir d'autres personnes ou bien rester neutre.

De plus, le prince n'était plus tout jeune. S'il avait choisi une autre épouse là, cela aurait sans nul doute porté un coup à sa relation avec le major général. Au lieu de ça, il se servait du mariage pour lier fermement le major général à sa personne et franchir une étape supplémentaire dans leur relations. C'était un choix intelligent à faire.

Quant au fait que le major général Shi Jian n'était pas vraiment comme les omégas, qu'en général les bêtas et les alphas ne choisiraient jamais un oméga plus fort qu'eux... Le prince et le major général étaient engagés dans une tendre relation amoureuse pendant dix ans, ce qui laissait supposer que le prince aimait sans doute ce puissant oméga.


* * *


Après l'annonce du mariage, Yan Tuo prit son fiancé par la main pour recevoir les félicitations et les toasts de la foule au milieu de la salle, avant de rentrer finalement ensemble au palais du prince.

Yan Tuo était d'excellente humeur du fait qu'il allait épouser Shi Jian et il se sentit encore plus fier d'avoir affronté ses rivaux en amour. À quoi ça vous sert d'être des alphas ou des bêtas ? Il est à moi. Emporté par sa bonne humeur, le prince ne refusa pas les toasts. Il avait une tolérance normale à l'alcool. Après son retour au palais, il avait déjà l'impression que le monde tournait autour de lui et il se laissa convaincre par sa future princesse de lui donner beaucoup de preuves de sa sincérité.

Seulement, Shi Jian avait ses devoirs officiels alors il partit le lendemain matin en le laissant seul.

Dans un état second, Yan Tuo accepta le baiser du matin de l'autre homme avant de se rendormir — aujourd'hui il ne ferait rien. Il avait trop bu au banquet la veille alors il voulait dormir un peu plus et ne put se lever tôt pour tenir compagnie à sa future princesse.


Une fois que Yan Tuo se réveilla pour de bon, il s'assit à table et se mit à trier les cadeaux sélectionnés par Shuangxi — les cadeaux ordinaires pouvaient être directement envoyés dans la réserve mais les cadeaux de gens importants devaient être ouverts par Yan Tuo personnellement.

Yan Tuo les ouvrit les uns après les autres, la plupart étant sans surprise. Tout à coup Yan Tuo se figea après avoir ouvert un paquet. Il leva les yeux vers Shuangxi et fronça les sourcils.

« De qui ça vient ? »

Il avait un petit miroir en argent dans les mains, et une note tapée à l'ordinateur était attachée au cadre, les caractères réguliers d'imprimerie disant : C'est un miroir qui montre le futur. Vous pouvez voir dedans et expérimenter ce qui vous arrivera dans le futur.



Notes du chapitre :
(1) Grand-frère. Cela s'utilise aussi entre amis et amants !






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !