Prisonnier du Temps 36

Chapitre Trente-Six : C'est comme tu veux



Le bandeau noir qui avait servi à cacher les yeux de Yan Tuo était tombé hors de vue à un moment ou à un autre mais le nid était trop sombre. Il s'était fait tourmenter et était exténué et tombait de fatigue, encore plus nerveux à cause des gens qui étaient venus dans le trou de ver. Du coup, il n'avait pas vu distinctement à quoi ressemblait Shi Jian quand il s'était partiellement transformé en Zerg.

Ce ne fut que là, lorsque Shi Jian reprit sa forme humaine et qu'il eut sa prise de conscience, qu'il le prit dans ses bras et le berça tendrement jusqu'à ce qu'il s'endorme.

La température dans le nid était plaisante et tout était très agréable, exceptées les ténèbres. Près de lui se trouvait le corps chaud et l'odeur familière de Shi Jian. Yan Tuo se détendit soudain. Il était bien trop fatigué pour se disputer avec sa future princesse alors il s'endormit dans ses bras.


À son réveil, il eut l'impression que tout n'était qu'une illusion. Au départ, quand il fut projeté dans le nid, bien qu'il avait constaté qu'il pouvait voir la vaste étendue de l'univers et des étoiles, son esprit avait vite été distrait par d'autres choses alors il n'avait pas pu l'apprécier pleinement. Mais à son réveil, il se sentait en très grande forme. Il redressa la tête des bras de son amant et en levant les yeux, il fut frappé de plein fouet par la vue de la mer infinie d'étoiles scintillantes — le trou de ver se trouvait au-dessus du nid, un peu en diagonale. Juste au-dessus, ils pouvaient voir l'Univers comme s'ils se trouvaient allongés sur une mezzanine qui avait vue sur tout l'Univers.

Des myriades d'étoiles passèrent au-dessus de leurs têtes et Yan Tuo se perdit dans la contemplation de la merveilleuse mer d'étoiles. Son esprit fut entièrement pris par cette scène sublime pendant un bon moment. Il ne remarqua même pas quand Shi Jian pencha la tête pour embrasser son lobe d'oreille et murmurer doucement :

« Votre Altesse Impériale, vous vous êtes bien reposé ? »


Yan Tuo émit une réponse vague et il ramena son attention à Shi Jian et lui posa la question qui le taraudait depuis un moment :

« … Shi Jian, comment peux-tu être un Zerg ? »

C'était le point qu'il n'arrivait pas à comprendre. Ce fut une coïncidence que Shi Jian et lui se rencontrent tous jeunes. Il connaissait l'histoire de la famille de Shi Jian et aussi clairement l'identité de ses parents, alors il ne pouvait pas deviner pourquoi Shi Jian était tout à coup devenu un Zerg — Il soupçonnait même qu'il y avait eu un accident durant la guerre ou bien que Shi Jian avait fait des expériences sur lui-même et que son corps avait muté.

« Votre Altesse Impériale, vous m'acceptez ainsi ? » demanda Shi Jian à voix basse tout près de lui.


Comment pourrais-je ne pas t'accepter ? songea Yan Tuo d'un ton d'ennui. Il se dit qu'il n'était pas le genre d'homme à abandonner sa femme et ses enfants. Il avait déjà déclaré au monde entier qu'ils allaient se marier alors il n'allait pas laisser une chose pareille les séparer. En plus, il avait été à moitié forcé de coucher avec l'autre homme dans ce nid pendant si longtemps et ce n'était que maintenant que Shi Jian lui demandait s'il l'acceptait ou non. Il était clair que Shi Jian était du genre à agir d'abord, informer ensuite donc cela ne ferait aucune différence que Yan Tuo donne son accord ou pas.

« Bien sûr, cela n'a pas d'importance pour moi, fit Yan Tuo en feignant la grandeur d'âme. Je voudrai toujours de toi, peu importe ce que tu es, mais les autres ne doivent pas savoir. »

Shi Jian le serra contre lui et sourit tendrement.

« Bien entendu.

– Tu n'as toujours pas répondu à ma question : pourquoi tu es devenu un Zerg du jour au lendemain ? » demanda Yan Tuo avec insistance à l'autre homme.


Shi Jian proposa à Yan Tuo de s'installer plus confortablement dans ses bras et commença à lui raconter l'histoire de sa mère dans l'obscurité.

À la connaissance de Yan Tuo et de tous, la mère de Shi Jian n'était qu'une ombre vague. Tout ce que savait Yan Tuo, c'était qu'elle étudiait à la base dans une université de la capitale impériale et qu'elle avait eu une aventure avec le père de Shi Jian, qui étudiait là au même moment, et avait ensuite donné naissance à un enfant illégitime. L'épouse du père de Shi Jian ne le vit que comme un oméga non menaçant et, dans l'espoir que Shi Jian puisse servir les intérêts de la famille Shi en faisant un beau mariage une fois adulte, elle lui permit de vivre avec eux mais il ne fut pas bien traité du tout. La mère de Shi Jian tomba malade et mourut deux ans après que son fils soit allé vivre dans la famille Shi.

Cette histoire banale s'était produite maintes fois dans de nombreuses familles.

Cependant, dans son nid sombre, Shi Jian raconta à Yan Tuo une autre version, une version complètement différente.


Il existait un grand nombre de races Zergs dans tout l'Univers et les Zergs, une espèce biologique radicalement différentes des créatures de la galaxie, s'étaient également divisés en différents niveaux d'évolution. C'était juste que les Zergs des différents niveaux partageaient quelques caractéristiques et comportements similaires.

La mère de Shi Jian était un Zerg de très haut niveau venant d'une galaxie très lointaine qui n'était pas accessible aux humains avec leur niveau actuel de technologie. Il n'y avait que très peu de Zergs de ce niveau, mais leur sagesse et leurs pouvoirs étaient extrêmement développés. Les Zergs qui combattaient régulièrement les humains étaient pour eux comme des fourmis de classe inférieure.


La mère de Shi Jian était une chercheuse très enthousiaste qui faisait l'équivalent d'une recherche scientifique dans sa société. Elle espérait étudier toute une série de situations dans la galaxie où résidaient les humains, alors elle avait fait ce long chemin et s'était déguisée en humaine ordinaire pour rassembler des données et des échantillons au beau milieu de la société humaine de la galaxie.

Durant ses recherches, elle conçut une nouvelle idée. Elle voulait savoir ce qui se produirait si un Zerg et un humain s'accouplaient. En plus du modèle habituel mâle-femelle, il y avaient les trois genres ABO des humains qui l'intriguaient au plus haut point. Après une série de recherches et de criblages, elle choisit le père de Shi Jian comme sujet d'expérience.


Sans surprise, le père de Shi Jian ne sut résister à sa tentation et eut une aventure avec la mère de Shi Jian tout en sachant déjà qu'il allait bientôt se marier. Il fit de son mieux pour cacher à sa fiancée et son amante l'existence de chacune... Toutefois, la mère de Shi Jian s'en moquait bien. Elle espérait seulement concevoir un enfant sain pour ses recherches. En fait, elle ne nourrissait pas trop d'espoir. Après tout, la différence de structure physiologique entre les Zergs et les humains était bien trop importante. En théorie, c'était presque impossible qu'ils puissent concevoir une progéniture.

Cependant, à sa grande surprise, elle réussit à tomber enceinte et donna naissance à Shi Jian, mais la situation de Shi Jian dépassa totalement toutes ses prévisions. C'était peut-être parce que le père de Shi Jian et elle n'avaient pas le même niveau d'évolution, en tout cas les gènes maternels furent trop puissants et dominants, ce qui fit que le bébé qu'elle mit au monde n'avait absolument aucune caractéristique humaine — Shi Jian était un pur Zerg, c'était aussi un empereur né dans une position de domination absolue dans la société Zerg.


C'était un résultat digne d'être étudié mais en tant que Zerg, Shi Jian n'avait que peu de valeur pour ses recherches. En plus, la présence dominante d'un empereur Zerg provoquait un sentiment d'oppression chez un Zerg ordinaire. La mère de Shi Jian ne désirait pas vivre avec son fils ou sacrifier son précieux temps de recherche pour lui. Par conséquent, comme elle connaissait déjà toutes les règles de la société humaine, elle fit passer son fils pour un oméga, ce qui était le plus pratique pour se faire accepter de la famille Shi, et l'envoya chez les Shi. Pour les Zergs de haut niveau, il était extrêmement facile de se déguiser sous l'un des trois genres ABO sans jamais se faire repérer.

Quelques années après, la mère de Shi Jian, qui allait rentrer dans sa galaxie d'origine pour publier le résultat de ses années de recherches, le consulta et lui demanda s'il voulait rentrer avec elle. Après le refus de Shi Jian, elle cessa de se soucier de son fils, mit en scène sa mort et rentra seule sur sa planète d'origine.


Yan Tuo ne dit rien pendant un long moment après avoir entendu le récit, et ensuite il fit :

« Elle te manque ? »

Si elle me manque ? Shi Jian ne s'était jamais posé la question. Il embrassa les yeux de son bien-aimé, secoua la tête et fit :

« Vous êtes le seul qui m'ait jamais manqué, je n'ai jamais pensé à un autre. En plus, je ne ressens rien pour mes parents. »

Yan Tuo se dit que vu la vie et la situation de Shi Jian, ce n'était pas étonnant qu'il soit comme ça.

Cependant, il y avait une chose que Shi Jian ne lui avait pas dite et c'était un sentiment indicible en lui : il existait dans ce monde mais n'en faisait pas partie, ce monde n'était qu'une partie de son contrôle.

Par conséquent, il ne pouvait rien laisser en ce monde, une descendance par exemple. Il était également difficile pour lui d'avoir des liens et ses sentiments pour qui que ce soit en ce monde, à l'exception de Yan Tuo.

Alors même si le prince était un oméga si doux et attirant, peu importait le nombre de fois qu'ils s'accouplaient dans son nid, peu importait ses instincts, il ne pouvait pas avoir d'enfant.

Shi Jian ne pouvait pas expliquer comment il pouvait savoir ça. Il le savait, c'était tout.


Yan Tuo se sentit encore plus désolé pour son amant. Il avait cru que la vie originelle de Shi Jian était déjà bien assez misérable et tortueuse comme, il ne serait jamais attendu à ce que la vérité soit encore pire que tout ce qu'il aurait pu imaginer — Shi Jian avait été conçu à des fins expérimentales et n'avait jamais reçu le moindre amour de la part de l'un ou l'autre de ses parents. Même s'il était de toute évidence un extra-terrestre, il avait dû faire semblant d'être humain pendant toutes ces années et garder soigneusement ses véritables secrets.

En fait, Yan Tuo noircissait de trop la situation de Shi Jian. Même ce dernier ne ressentait pas les choses de manière aussi tortueuse et douloureuse : après qu'ils se soient rencontrés, en particulier, il avait été heureux chaque jour. Une fois que leur relation se fit plus intime, ce fut encore mieux et chaque jour fut rempli de fantaisie infinie et d'espoir pour le lendemain.


Shi Jian remit de l'ordre dans leurs vêtements, prit son communicateur et fit à Yan Tuo :

« Votre Altesse Impériale, nous devons rentrer. Apparemment, nous sommes recherchés pour une raison importante. »

Yan Tuo acquiesça et Shi Jian le prit dans ses bras et rejoignit d'un bond le trou de ver d'où ils venaient.

En se dirigeant vers la sortie, Shi Jian lui fit doucement :

« Votre Altesse Impériale, je dois encore vous dire quelque chose. Mon problème n'est pas totalement réglé. Tant que nous n'aurons pas d'enfant, je serai poussé par mon instinct chaque printemps et automne. Je ne pourrai pas m'empêcher de vouloir vous conduire dans mon nid pour une longue période d'accouplement, comme ce que nous venons de faire. »

Et puisqu'ils ne pourraient pas avoir d'enfants...


« Bon, fit Yan Tuo après réflexion et il se consola, ce n'est que le printemps et l'automne, alors ce n'est pas grave. Je peux m'arranger à l'avance pour t'accompagner. »

Il était encore plongé dans sa compassion et son amour débordant pour son amant, alors il ne pouvait pas refuser la moindre demande de la part de Shi Jian.

Shi Jian baissa les yeux et pressa son avantage tandis que son apparence restait calme. Il fit :

« À l'avenir, me transformer partiellement en Zerg ne suffira pas pour assouvir complètement mes instincts, il faudra que je prenne ma forme complète. »

Yan Tuo y réfléchit encore et se dit qu'il ne devait y avoir trop de différence entre une forme partielle et une forme complète, non ? Dans tous les cas, ce serait toujours Shi Jian alors peu importait.

Ce fut ainsi qu'il se vendit à son amant sans la moindre hésitation :

« Bon, c'est comme tu veux. »






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !