Prisonnier du Temps 41

Chapitre Quarante-et-un : Le mystère du miroir



Un an après son accession au trône, Yan Tuo épousa officiellement Shi Jian.

Shi Jian s'était fait passer pour un oméga pendant plusieurs années et comme il avait bénéficié de la bourse d'étude réservée uniquement aux omégas, c'était évidemment une infraction aux lois et aux règlements. Mais personne n'osa l'en accuser. Au final, Yan Tuo signala à ses fonctionnaires de mener l'enquête et Shi Jian dut payer une amende.

À cause des stéréotypes, les gens croyaient encore qu'un oméga était dépendant de son alpha. Même s'ils pouvaient mener une carrière, ils ne pouvaient pas assumer les responsabilités d'Empereur. De plus, le partenaire de Yan Tuo était Shi Jian, le plus puissant amiral alpha de tout l'Empire. Alors les gens croyaient que Shi Jian dirigeait tout.


Toutefois Yan Tuo avait reçu une éducation de prince depuis sa venue au monde. Il était un Empereur exemplaire dans la gestion des affaires de l'état. Shi Jian ne faisait que son travail et n'interférait jamais dans les affaires politiques, alors au fil du temps tout le monde se mit à traiter le jeune Empereur en tant que tel et les gens finirent même par oublier qu'il était le premier Empereur oméga de tout l'Empire.

Parallèlement, sous l'influence subtile de Yan Tuo, le statut des omégas dans l'Empire se mit à évoluer petit à petit et ils jouèrent des rôles importants dans tous les domaines de l'Empire. Sans que Yan Tuo et Shi Jian ne le sachent, ils étaient considérés par les gens de l'Empire comme un couple modèle qui se soutenait mutuellement, s'encourageait et n'abandonnait jamais.

Il y avait tout de même des rumeurs "calomnieuses".


Par exemple, Yan Tuo et Shi Jian n'eurent toujours pas d'enfant après trois ans de mariage. C'était très rare dans un couple alpha-oméga. Alors cela engendra des rumeurs comme quoi l'empereur paraissait heureux en surface mais était en fait très malheureux parce qu'il n'avait pas pu donner d'héritier à l'amiral et était par conséquent souvent sollicité par l'amiral, même en dehors de ses périodes de chaleur. Certains jurèrent qu'un servant du palais était tombé par accident dans la salle du trône sur la scène de l'Empereur obligé d'avoir des rapports avec l'amiral.

D'autres rumeurs étaient plus proches de la vérité.

Par exemple, au printemps et à l'automne de chaque année, Shi Jian emmenait Yan Tuo dans son trou de ver pour un certain temps, sous le prétexte d'une inspection des frontières. Cependant, dans la lignée des rumeurs disant que "l'amiral force l'Empereur à faire l'amour avec lui tous les jours," on racontait qu'en fait l'Empereur était retenu durant ce temps dans un endroit secret près de la frontière et devait se consacrer uniquement à la reproduction jusqu'à ce que l'amiral décide de le libérer.

Malgré tout cela, Yan Tuo n'était jamais tombé enceint — Shi Jian était condamné à ne pas pouvoir avoir de descendant. Même s'il était un oméga avec une constitution particulière, il ne lui était naturellement pas possible de concevoir un enfant pour eux deux.


Afin que les gens arrêtent de se focaliser sur ce sujet, Yan Tuo sélectionna des enfants du clan impérial pour les préparer à devenir ses héritiers. Il déclara qu'il était difficile pour lui de concevoir car il avait été déjà âgé lorsqu'il fut identifié comme un oméga.

Cependant, plusieurs de ces enfants créèrent progressivement leur propre faction et se mirent à se battre pour la couronne. Yan Tuo avait lui-même expérimenté la lutte pour le trône et durant ses quelques années de règne il avait également eu des ennuis avec le système autocratique de la monarchie. Par conséquent il n'était pas satisfait de la situation actuelle mais il n'agit pas trop vite. Il laissa lentement bouillir la grenouille dans l'eau froide Un proverbe classique en Chine : si on approche la grenouille de l'eau bouillante, elle va se débattre. Si on la met dans l'eau froide et qu'on chauffe peu à peu, elle ne va se douter de rien jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Cruel pour l'animal, terriblement vrai dans la vie. (1) et procéda peu à peu à la réforme du système politique de l'Empire : il réduisit le pouvoir de la famille impériale et de la noblesse et encouragea plutôt le développement de l'éducation dans l'Empire et l'accès à tous aux grandes études.


Ses réformes menacèrent directement les intérêts des grandes forces de l'aristocratie et cela donna lieu à une série d'offensives et de contre-offensives. Comme Shi Jian et son armée le soutenaient fermement, cela empêcha les forces de l'opposition d'obtenir gain de cause.

Ce fut dans cette situation que l'Empereur célébra le cinquième anniversaire de mariage avec son Impératrice.

Ces dernières années, l'Empereur avait suivi avec diligence les préceptes de sa famille cf chapitre 32 où Yan Tuo voit dans le miroir ce que donnerait leur premier anniversaire de mariage ! (2) et, en plus du fait qu'il était très occupé à organiser la succession au trône, Shi Jian et lui n'avaient jamais fêté leurs anniversaires de mariage en grandes pompes.


Peu de temps auparavant, Shi Jian avait mené son armée pour terminer la guerre contre des envahisseurs extra-terrestres. Cela ne faisait que peu de temps qu'il était revenu à la capitale impériale et il avait été très pris par diverses affaires militaires. Yan Tuo était désolé qu'il ait autant de travail et Shi Jian lui manquait alors il avait décidé de profiter de cette occasion pour faire plaisir à son amant et l'aider à se détendre.

Les cadeaux qu'il avait prévus pour Shi Jian étaient un jeu de ceintures, des boutons de manchette et des gants dont il avait lui-même fait le design. Afin de faire plaisir à Shi Jian et qu'il se détende, l'Empereur avait aussi préparé un bouillon et fait lui-même des nouilles, il avait aussi appris une technique de massage en vogue à la Cour. Il attendait simplement que Shi Jian rentre.


Le rugissement d'un vaisseau spatial se fit entendre dans la cour.

Aucun vaisseau n'était autorisé à atterrir dans le palais sauf si l'Empereur ou l'Impératrice s'en servaient pour voyager, donc ce devait être Shi Jian qui était de retour.

En effet, les portes de la chambre du palais s'ouvrirent peu après et un homme en uniforme noir entra, apportant avec lui la fraîcheur d'un hiver précoce.

Il fit signe aux autres intendants de partir et bientôt les portes du palais se refermèrent de nouveau, ne laissant que Shi Jian et Yan Tuo à l'intérieur.

Shi Jian ne retira pas son manteau, il rejoignit directement Yan Tuo et le prit dans ses bras. Il posa la tête sur son épaule et fit :

« Votre Majesté, que faites-vous ? »


Ses vêtements portaient la froideur de l'hiver et ils se collèrent à la fine tunique en soie de Yan Tuo. Le froid se transmit au corps de Yan Tuo. Il frissonna involontairement, repoussa Shi Jian puis se tourna pour déboutonner lui-même l'uniforme militaire noir.

Appréciant ce geste rare de soin de la part de son partenaire, Shi Jian baissa la tête, et fit en souriant :

« Votre Majesté, j'ai entendu une nouvelle rumeur cette fois.

– Ah ? »

Yan Tuo ne leva pas la tête et émit simplement un son nasal.

« On raconte que vous vous jouez de moi en me séduisant au point que je suis prêt à mourir pour vous. »

Shi Jian tendit la main pour caresser le front doux de son amant.

« … Je trouve ça bien. Ça vous dit d'essayer ?

– Ne fais pas l'idiot, répliqua Yan Tuo. Pourquoi tu n'es pas rentré ces derniers jours ? Qu'est-ce qu'il y a de si intéressant au département militaire ? »

Il avait lu les rapports de ces derniers jours et, sauf le compte-rendu de la guerre, il n'avait rien vu de bien intéressant.


« Le Neuvième Département étudie une nouvelle méthode d'entraînement pour que les combattants de haut niveau puisse prédire les dangers à venir sur une courte période afin de les éviter, expliqua simplement Shi Jian.

– Prédire le futur ? »

Yan Tuo repensa soudain au miroir qu'il avait reçu il y avait quelques années puis se souvint que Shi Jian lui avait révélé que son trou de ver était un espace indépendant dans l'Univers. Comme un œil au-dessus de l'Univers, il pouvait voir le passé et aussi refléter le futur. C'était juste qu'avant, il n'avait jamais fait le rapprochement entre ce miroir et Shi Jian.


Shi Jian hocha la tête.

« Le futur dans un espace restreint et un laps de temps réduit est inextricablement lié à son passé et son présent, alors il est traçable et peut être prédit. Par exemple, le Neuvième Département est maintenant en mesure de prédire le danger dans le champ de perception d'un soldat sur le champ de bataille dans un intervalle de trente secondes, et en évitant ce danger on réduit énormément les pertes.

– Et comparé à ton trou de ver ? »

Yan Tuo aida Shi Jian à retirer son manteau et le posa sur le canapé, prétendant être naturel.

« Mon trou de ver est plus puissant, bien entendu. Le futur que peut voir mon trou de ver n'est pas limité par le temps et l'espace. Comment est-ce que des simulations informatiques de prédiction faites par des humains pourraient se comparer à moi ? » répondit fièrement Shi Jian.


Yan Tuo acquiesça, emmena son amant dans le petit bureau, désigna le miroir sur le mur et fit :

« Alors l'année de nos fiançailles, c'est toi qui m'a offert ce cadeau d'anniversaire ? »

Maintenant qu'il y repensait, seul Shi Jian aurait pu déposer un miroir si étrange dans son palais sans se faire repérer.

Yan Tuo s'était servi de ce miroir plus d'une fois. La curiosité humaine était vraiment difficile à refréner. Même une fois monté sur le trône, il ne pouvait s'empêcher d'utiliser le miroir pour voir le futur de Shi Jian et de lui. Au bout du compte, quand Shi Jian l'emmenait chaque année pour batifoler dans le nid du trou de ver, il sentait que cela n'était rien en comparaison des scènes vues dans le miroir.


Shi Jian comprit aussitôt l'allusion de Yan Tuo et, en se souvenant de ce qu'il avait fait avec ce miroir, il se sentit aussitôt coupable et s'expliqua bien vite :

« Ce miroir peut en effet voir le futur... pour les autres. Ils peuvent voir ce qui va leur arriver dans une courte période. Mais pour vous... le miroir ne montre pas votre futur mais votre désir.

– Mon désir ?! »

Yan Tuo ouvrit de grands yeux incrédules et regarda son amant.

Ce serait donc mon désir de me faire culbuter par Shi Jian ? Il s'était toujours considéré comme un Empereur appliqué à son travail et ne se serait jamais cru du genre à se laisser envoûter par la beauté de l'Impératrice et à songer nuit et à jour aux différentes choses licencieuses qu'il pourrait faire avec l'Impératrice.


Les mains de l'Empereur Yan Tuo se mirent à trembler et ce qui l'embarrassa encore plus fut qu'il avait l'impression que c'était normal de dire qu'il était une personne si débauchée qui appréciait de faire l'amour avec l'Impératrice — tout le palais savait à quel point il aimait Shi Jian.

« Votre désir, c'est bien ça, fit Shi Jian en toussant légèrement. Le miroir a été créé à partir de mon pouvoir alors à chaque fois que vous vous en servez, je peux le sentir... J'y insuffle alors mon conscience et ensemble nous bâtissons des scènes de la vision dans le miroir. »

Pour être plus précis, toutes ces scènes avaient été bâties par Shi Jian tout seul.

Ses véritables intentions étaient à la fois simples et magnifiques.

Il espérait connaître ainsi les souhaits et désirs de son amant grâce au miroir et en même temps il était déterminé et confiant que s'il s'agissait du souhait de Yan Tuo, il pourrait le réaliser.


Ainsi, tous les désirs de Yan Tuo devenaient des "choses qui se produiraient dans le futur" et il se servait de son propre pouvoir pour créer une fonction "voir le futur" pour le miroir.

Il s'était douté que la prudence naturelle de Yan Tuo le pousserait sûrement à vérifier que le miroir fonctionnait et qu'il n'était pas dangereux. Du coup, quand d'autres personnes s'en servaient, ils voyaient réellement l'avenir proche. Ce n'était que lorsque Yan Tuo s'en servait qu'il voyait ses propres désirs.

Mais le désir de Yan Tuo était très simple : à chaque fois qu'il avait tenté de voir le futur, son seul désir était de rester avec son amant.

Shi Jian était heureux et satisfait. Il n'avait pu alors s'empêcher d'ajouter sa conscience à l'illusion de Yan Tuo dans le miroir pour réaliser son désir d'"être avec son amant" tout en profitant de l'occasion pour satisfaire tous ses propres désirs...


Shi Jian l'avait donc déjà tourmenté une fois dans l'illusion et il sentait que ce n'était pas nécessaire de recommencer dans la réalité, alors ces choses qui s'étaient déjà produites une fois dans l'illusion du miroir ne se reproduiraient pas en réalité...

Ainsi avec le temps, ce miroir qui avait à la base un puissant pouvoir de prédiction avait dû exercer un effet totalement différent pour Yan Tuo, passant de prédiction à réaliser les désirs.

Si ce miroir était vivant, il aurait sûrement ressenti de la honte, un peu comme si un professeur éminent de l'Académie des Sciences était contraint de changer de métier pour devenir réalisateur de films porno. Dans le texte originel, le mot employé est "vieille outarde". Une outarde est un oiseau qui en Chine est relié à la prostitution et la débauche suite au roman "Un voyage vers l'Ouest". Comme ce n'est pas traduisible en français, j'ai dû adapter. (3)


Notes de Karura : Le deuxième arc est terminé !

Alors pour le moment nous savons que :

- Shi Jian et Yan Tuo mènent toujours une heureuse vie de couple ;

- ils ont aussi une vie sexuelle très active (et comme Shi Jian manipule le temps pour rallonger leurs séances déjà très longues, imaginez un peu ! Si cela se produisait pour de vrai, le pauvre Yan Tuo serait obligé de porter des couches !) ;

- ils sont férocement protecteurs et possessifs l'un de l'autre ;

- Yan Tuo est prêt à tout accepter de Shi Jian !


À force de voir les taquineries de Shi Jian, on comprend mieux ce qui se passe dans le prologue : c'est comme quand Vanain a retenu Béphélius dans l'Arbre de la Vie et du Temps et comme Shi Jian a retenu Yan Tuo dans le trou de ver. Sauf que Yan Tuo n'avait pas ses souvenirs d'avant donc pour lui, c'était une véritable torture et angoisse. Nous verrons dans la conclusion ce que Yan Tuo en pensera une fois qu'il connaîtra leur passé commun.


Pour ceux qui se disent que les deux premiers arcs sont un peu répétitifs, le prochain va vous intéresser : dans le monde des Enfers, une division spéciale combat les démons. Yan Tuo et Shi Jian en font évidemment partie mais ils – ne – sont – pas – ensemble ! (pas encore)



Notes du chapitre :
(1) Un proverbe classique en Chine : si on approche la grenouille de l'eau bouillante, elle va se débattre. Si on la met dans l'eau froide et qu'on chauffe peu à peu, elle ne va se douter de rien jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Cruel pour l'animal, terriblement vrai dans la vie.
(2) cf chapitre 32 où Yan Tuo voit dans le miroir ce que donnerait leur premier anniversaire de mariage !
(3) Dans le texte originel, le mot employé est "vieille outarde". Une outarde est un oiseau qui en Chine est relié à la prostitution et la débauche suite au roman "Un voyage vers l'Ouest". Comme ce n'est pas traduisible en français, j'ai dû adapter.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !