Prisonnier du Temps 43

Chapitre Quarante-trois : Action


Il y avait une règle pour les prophéties du miroir : tant qu'il était un des acteurs de la prophétie, il ressentirait la scène dans le miroir comme s'il la vivait en vrai.

Ainsi Yan Tuo put clairement sentir les lèvres un peu froides sur les siennes et son visage se mit à lui brûler.

Heureusement à la fin du baiser, l'illusion dans le miroir cessa bien vite. Le visage du prince resta rouge, il fixa le miroir d'un regard sérieux et troublé et ne comprenait pas ce qui n'allait pas avec son miroir aujourd'hui !

Il fallait savoir que ces deux dernière décennies, le miroir lui avait toujours diligemment rapporté les problèmes futurs possibles. Il était toujours exact, que ce soit pour dire qui le professeur allait interroger en cours aujourd'hui ou s'il allait pleuvoir le lendemain. Il n'y avait encore jamais eu d'incertitude ou de manque de fiabilité comme aujourd'hui.


Le van s'arrêta rapidement devant les portes majestueuses en gypse noir du Département de Réincarnation, et le groupe descendit du bus l'un après l'autre. Yan Tuo lança inconsciemment un regard en arrière et croisa le regard gris pâle du directeur Shi. Il se rappela aussitôt la scène vue dans le miroir à l'instant : Shi Jian avait aussi le même air calme et indifférent pour lui saisir le menton et l'embrasser férocement...

Soudain, la température du visage de Yan Tuo battit un nouveau record et ses oreilles étaient si rouges qu'on aurait dit que du sang en coulait. Il arrêta de chercher les ennuis, tourna vivement la tête, se racla la gorge et fit mine de ne pas voir le directeur Shi.

Quand il descendit du véhicule, Zhu Yilun vit les joues rouges du prince et s'empressa de demander :

« Votre Altesse, vous allez bien ? Pourquoi vous êtes si rouge ? »

Il y a des choses à dire et des choses à ne pas dire. Lit. tel pot ne devrait pas être ouvert pour mentionner tel pot. (1)


Yan Tuo fit d'un ton qui se voulait sérieux :

« Ça va. Je viens d'affronter ces démons de sang, j'ai fait un peu d'activité physique et mon visage est rouge à cause de ça. Ça ira mieux quand je serai rentré me reposer. »

Jamais il n'avouerait qu'il s'était vu en train d'embrasser Shi Jian dans le miroir et que c'était pour ça qu'il était dans cet état.

Le prince et le directeur Shi étant tous deux présents, le chef Zhu ne se permit pas de les retarder davantage. Après un bref compte-rendu de la mission, il les laissa rentrer chez eux.

Yan Tuo prit son dernière modèle de voiture de sport Ming 9000 des Trois Royaumes dans le garage et rentra au palais. Quand il arriva dans son palais, il jeta les clefs à son intendant et s'enferma tout seul dans sa chambre avec son miroir.


Yan Tuo plaça le miroir sur la table basse sous la fenêtre de la chambre et se déchaîna :

« Tu peux me dire ce que tu m'as fait là ? C'est quoi ce truc que tu m'as montré aujourd'hui ? M'embrasser, c'est considéré comme un malheur ? Je porterais donc malheur... Non ! Le problème est que Shi Jian ne peut absolument pas m'embrasser ! Tu ne vas pas me dire que tu es sénile, que tu es un débutant qui n'y connaît rien à son boulot ou bien que tu déformes volontairement les faits pour tes clients ? Tu ne pourrais pas choisir une scène plus plausible quand tu trompes tes clients ? Même si tu m'avais montré une scène où Shi Jian trébuchait sur une pelure de banane, ça aurait suffi à mon bonheur... »

Shi Jian était le genre de gars glacial qui n'avait aucun sentiment... Comment était-ce possible... comment pouvait-il faire ce genre de choses avec Shi Jian ?!


Le prince passa une demi-heure à éduquer et faire la morale à son miroir sans se soucier de savoir si l'autre pouvait le comprendre ou non, et conclut enfin par cette phrase :

« Je t'accorde une autre chance : montre-moi le prochain malheur de Shi Jian. »

Le miroir émit un rayonnement et Yan Tuo vit à nouveau le beau visage indifférent du directeur dans l'illusion du miroir. L'autre homme se tenait tout près de lui, ses pupilles d'un gris pâle plongeaient dans ses yeux et il leva la main pour caresser ses lèvres de son pouce...

La main du prince Yan Tuo se crispa et il jeta le miroir sur le lit.

Cette fois, la scène était moins intime que le précédent baiser mais son impact mortel avait augmenté. Vraiment, le regard de Shi Jian et la façon dont il avait touché ses lèvres... c'était trop... Amer, Yan Tuo se leva du lit, n'osa plus y penser et alla dans la salle de bains pour se passer de l'eau sur le visage.

Il décréta que son miroir fonctionnait mal. S'il n'arrivait plus non plus à prédire le temps aujourd'hui, il comptait bien l'envoyer au Pavillon de Lingbao Une ville dans l'ouest de la province de Henan. (2) dès demain pour réparation.


L'intendant vint lui annoncer que sa Majesté attendait le prince dans la salle de l'Autre Monde.

Yan Tuo se dépêcha et vit son père assis à la place principale avec une autre personne assise à côté, Shi Jian.

Les pas du prince ralentirent soudain.

Cependant, Yan Qingtian avait déjà aperçu son fils et il agita aussitôt la main et l'appela d'une voix forte :

« Yan Tuo, viens voir. Tu as encore posé problème au directeur Shi aujourd'hui ? »

Yan Tuo ouvrit la bouche mais avant qu'il ne puisse répondre, le directeur Shi fit avec indifférence :

« Son Altesse se comporte très bien au Département de Réincarnation et fait bien son travail. »

On aurait dit une rencontre parents-professeurs.


Avant que Yan Tuo n'ait le temps de se fâcher, Yan Qingtian soupira de soulagement et fit :

« Tant mieux, tant mieux. »

Puis il flatta et complimenta le directeur Shi en disant :

« Merci infiniment de bien vouloir prendre la peine de former mon vaurien de fils, directeur Shi. »

« Mon vaurien de fils devrait être ravi que le directeur Shi prenne le temps de lui enseigner. »

« Qu'il continue d'apprendre auprès de vous, directeur Shi, et ne vous gênez pas pour le corriger si besoin. »

Yan Tuo se retint de rouler des yeux.

Oui, il savait bien que le directeur Shi dirigeait le Département de Réincarnation depuis vingt ans. Il était renommé dans les Trois Royaumes, pourvu d'un talent choquant et d'une superbe habilité, il était difficile pour des gens ordinaires de le voir... mais son père était quand même le Seigneur de ce royaume alors était-il vraiment nécessaire d'enfoncer son fils devant lui ?


Il entendit son père dire finalement au directeur Shi avec sincérité et empressement :

« Directeur Shi, vous devriez également prendre mon vaurien de fils avec vous cette fois afin qu'il apprenne et s'entraîne davantage. »

Shi Jian demeura calme, comme toujours. Il lança un regard à Yan Tuo qui se tenait sur le côté. Il parut hésiter un moment puis objecta :

« Selon le plan convenu, il me manque effectivement quelqu'un pour cette mission. Mais cette opération est trop dangereuse. Je crains de ne pas pouvoir protéger efficacement son Altesse et qu'il éprouve une injustice. »

Yan Qingtian agita aussitôt la main comme s'il n'en avait cure.

« Comment oserait-il parler d'injustice alors qu'il est si dorloté ? S'il se cache derrière vous au moindre danger, comment pourra-t'il accomplir de grandes choses ? Je vais laisser mon vaurien de fils vous accompagner cette fois, directeur Shi, et il aura intérêt à suivre vos ordres. Si cet enfant refuse d'obéir, vous n'aurez qu'à lui donner une bonne correction. »


En son for intérieur, Yan Qingtian savait ce qu'il faisait.

Il connaissait la force de Shi Jian et savait que même si l'affaire était dangereuse, cela ne poserait aucun problème du moment que Shi Jian s'en occupait personnellement. La capture d'un démon était une occasion rare d'acquérir de l'expérience et ce qui était encore plus rare, c'était que Shi Jian s'était personnellement proposé pour arrêter ce démon, alors le facteur risque n'était pas très élevé. Yan Qingtian était désireux de voir son fils devenir un dragon. Alors que Yan Tuo n'avait que huit ans, il l'avait emmené visiter tous les maîtres des Trois Royaumes, avait inscrit le prince dans dix-huit cours du soir alors naturellement, il ne voulait pas que son fils manque cette occasion de s'entraîner.

Voyant que Shi Jian n'avait plus d'objection, Yan Qingtian battit le fer tant qu'il était encore chaud et claironna à Yan Tuo :

« Yan Tuo ! Viens dire merci au directeur Shi ! Quand tu seras en mission avec le directeur Shi, tu devras bien écouter tout ce qu'il te dira. »


Yan Tuo en avait fini avec la puberté depuis longtemps alors il ne pouvait pas s'en prendre directement à son père. Avec réticence, il ne put que s'approcher et lever les yeux vers Shi Jian. Résultat, avant même qu'il ne puisse parler, son visage devint d'un rouge pas naturel face à ces yeux gris pâle et indifférents.

Yan Qingtian eut un léger rire hé hé et fit pour arranger les choses :

« Cet enfant était si courageux quand il était jeune mais plus il grandit, plus il devient timide. Directeur Shi, ne lui en veuillez pas. »

Shi Jian regarda Yan Tuo puis fit au Seigneur de l'Autre Monde :

« C'est bon. J'informerai demain son Altesse des détails. Je vais à présent me retirer. »

Yan Qingtian et Shi Jian échangèrent encore quelques politesses avant que le Seigneur n'appelle ses intendants pour raccompagner.


Yan Qingtian était un brave homme mais sa façon de faire était devenue vieux-jeu avec l'âge. Il était le fils d'un bandit des montagnes mais comme il était juste et humain, il avait souvent aidé les gens en danger ou piégés. Après sa mort, il fut vénéré par les gens du coin comme le dieu de la montagne. Après trois cent ans d'encens brûlé pour son culte, il traversa encore de nombreuses épreuves pour trouver sa voie et devenir le Seigneur de l'Autre Monde. Cependant un Seigneur de l'Autre Monde était un peu comme un bandit des montagnes, par contre il devait avoir plus de fils et de gens capables afin d'avoir de l'avenir.

Mais il n'eut que Yan Tuo après être devenu le Seigneur de l'Autre Monde. Cet enfant était né dans la noblesse et n'avait jamais eu à souffrir. Sa femme et lui l'avaient élevé très précieusement et ne lui avaient offert que les meilleurs vêtements et la meilleure nourriture. D'un côté, Yan Qingtian répugnait à se montrer dur avec son fils mais de l'autre côté, il avait souvent vu avec horreur ce que devenaient les secondes générations de riches. Il craignait que Yan Tuo ne devienne un prince arrogant et perverti, voilà pourquoi il tenait au mieux à l'entraîner et lui faire apprendre. Dès qu'il eut terminé ses études, Yan Tuo fut aussitôt assigné au bas de l'échelle dans le Département de Réincarnation.


Yan Tuo fut laissé en plan, incapable de parler. Une fois Shi Jian parti, il demanda à son père :

« Père, que se passe-t-il bon sang ? Pourquoi tu as demandé à Shi Jian de m'emmener avec ? »

Yan Qingtian caressa sa barbe et prit un air de réminiscence :

« Tu te souviens ? Quand tu avais cinq ans, un groupe de démons s'est enfui des Enfers, onze d'entre eux étant les plus puissants des démons. Après vingt ans, six d'entre eux ont été capturés mais les cinq restants sont encore manquants et cela fait des années que nous n'avons pas eu de piste sur eux. Cette fois, j'ai eu des informations sur le plus rusé et le plus puissant d'entre eux : le démon du vent. Le Département de Réincarnation est prêt à le capturer. »

À ces mots, Yan Qingtian regarda son fils, soupira et fit avec empressement :

« Il est très rare que le directeur Shi intervienne personnellement ces dernières années. Il est rare qu'il soit sur le terrain alors tu vas le suivre pour en apprendre plus, bien écouter ses ordres et garder ton sang-froid. »


Yan Tuo se dit en lui-même : C'est rare que le directeur Shi intervienne personnellement pourtant quand je suis allé combattre les démons de sang aujourd'hui, il m'a bien suivi personnellement. Cependant il ne dit rien.

Le prince Yan Tuo avait beau ne pas aimer son patron, il était jeune et énergique. L'excitation de pouvoir participer à la capture d'un démon rusé suffisait à occulter le fait désagréable de devoir travailler avec Shi Jian. C'était toujours mieux que de travailler aux Affaires Diverses. Il devint vite impatient d'accomplir cette mission et resta même dans la salle de l'Autre Monde à écouter les conseils de son père pendant une demi-heure.

* * *

Quand il se rendit au travail le lendemain, Yan Tuo reçu un ordre de transfert du chef Zhu. L'ordre de transfert avait été rédigé par Shi Jian en personne. Cela disait en gros qu'il y avait une tâche spéciale et confidentielle qui requérait le détachement temporaire du camarade Yan Tuo des Affaires Diverses. La durée du détachement restait encore indéterminée.

Dès que Yan Tuo reçut l'ordre de transfert, il suivit les instructions pour assister à la réunion spéciale du groupe de capture du démon du vent dirigée par Shi Jian en personne. Il arriva en retard alors il se trouva une chaise près de l'entrée et prit place en silence.

Shi Jian était assis à la place principale et en était à la moitié de ses explications. Comme Yan Tuo ne connaissait pas bien le dossier, il ne pouvait pas proposer ses idées à la réunion alors il regarda discrètement les gens présents. Comme il s'y attendait, c'était tous des élites transférées de divers départements. Cette mission semblait effectivement importante et dangereuse.


Ensuite, il écouta Shi Jian commencer à répartir les tâches, désigner les gens et leur expliquer leurs rôles respectifs, puis il fit calmement :

« Son Altesse et moi nous chargerons de l'infiltration. »

Yan Tuo fut aussitôt excité. Pour la première fois de sa vie, il changea d'avis sur le directeur Shi. Il se dit que cet homme était vraiment bien, qu'il respectait vraiment son père pour lui confier un travail aussi capital et essentiel. Il avait cru au départ que même si Shi Jian avait accepté de l'emmener, il lui arrangerait un poste sûr en retrait.

Il reçut plusieurs regards confus.

Le prince était encore embarrassé et confus par le fait qu'il se soit fait pistonner pour cette mission. Il entendit un membre de l'équipe devant lui qui disait :

« Mais... ce... c'est que... l'animal spirituel... est-ce bien convenable pour son Altesse ? »

Yan Tuo releva la tête, confus ; il ne comprenait pas ce dont l'autre parlait.

Il entendit seulement Shi Jian répondre avec indifférence :

« Oui, son Altesse jouera le rôle de mon animal spirituel et m'accompagnera. Il n'y aura aucun problème. »


La parole à l'auteur :

« Xiao Yan, et tes finances alors ? Après avoir été empereur pendant toutes ces années, tu dois être riche, non ?

– … Shi Jian m'a emmené pour lui acheter des lentilles de contact. Quand il change de monde, il doit aussi changer la couleur de ses yeux. Cette fois, il lui fallait deux couleurs, or et gris... Cet homme va me ruiner. »


Notes de Karura :

Bon, papa Yan a enfin droit à un prénom (après deux mondes!). Il semble aussi avoir retenu la leçon et traite bien Shi Jian. N'oublions pas que :

- monde n°1 : papa Yan méprisait l'esclave Vanain et ne voulait pas lui donner son fils en mariage. Résultat : persécuté par des cauchemars pendant des jours jusqu'à ce qu'il cède (très vite!) ;

- monde n°2 : papa Yan craignait le major général Shi Jian à cause de son pouvoir et son influence. Il ne s'opposa pas aux fiançailles avec son fils. Résultat : dans le coma, oublié dans l'histoire.

- monde n°3 : papa Yan couvre de flatterie le directeur Shi Jian et fait tout pour lui donner son fils. Résultat : surprise !


Pour le démon du vent, j'ai longtemps hésité avec la version chinoise Feng Shengmo (démon issu du vent) parce que je ne sais pas si c'est son nom ou sa description. Dans la suite de l'histoire, il ne se présente jamais directement. J'ai donc gardé démon du vent parce que sinon, il porterait un nom qui le trahirait aussitôt !


Notes du chapitre :
(1) Lit. tel pot ne devrait pas être ouvert pour mentionner tel pot.
(2) Une ville dans l'ouest de la province de Henan.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !