Prisonnier du Temps 44

Chapitre Quarante-quatre : Jouer


Comme toujours, tout le monde au Département de Réincarnation fut convaincu par leur directeur.

Si le patron avait dit qu'il n'y aurait aucun problème alors il n'y aurait aucun problème. Du coup, tout le monde retira ses doutes et objections et ils partirent juste après la fin de la réunion par groupes de deux ou trois.

Yan Tuo ne comprenait toujours pas la situation. Jouer le rôle d'un animal spirituel ? C'était quoi ça ? Un animal spirituel, c'était une bête spirituelle que l'on avait domestiquée et qu'on gardait avec soi, non ? Comment un humain pouvait-il prétendre être un animal spirituel alors ?


Rempli de curiosité, il se leva et s'avança vers Shi Jian qui était resté pour rassembler ses documents, et il fit :

« Hum... Je suis arrivé en retard... »

Shi Jian acquiesça et, comme s'il devinait ce qu'il allait dire, lui tendit un dossier. Il fit d'un ton léger :

« Regardez par vous-même et demandez-moi s'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas. »

Sur ce, il prit ses affaires et sortit, laissant Yan Tuo seul dans la salle de réunion avec une grosse pile de documents.

Yan Tuo parcourut les documents deux fois et fut choqué par la quantité d'informations. Il regarda autour et décida de retourner à son poste de travail pour les étudier soigneusement.


Yan Tuo avait été détaché dans ce groupe d'opérations spéciales alors son poste de travail avait été logiquement transféré du Département des Affaires Diverses au bureau de Shi Jian — Shi Jian était à l'intérieur tandis que Yan Tuo était placé tout seul à l'entrée du bureau.

Quand Yan Tuo avait déplacé son poste de travail, il avait trouvé que c'était trop ostentatoire. Bien que tout le monde savait parfaitement qu'il avait été pistonné, cela rendait encore plus évident son traitement de faveur. Cependant, le chef de section Zhu qui l'avait aidé à déménager son poste de travail l'avait rassuré en disant que si le directeur avait une tâche spéciale à discuter avec lui, ce serait plus facile de s'entretenir ainsi, alors Yan Tuo avait accepté cet arrangement.


Yan Tuo était à présent seul et étudiait les informations relatives au démon du vent. Plus il lisait, plus il sentait qu'il y avait un problème.

Le démon du vent était un démon. Tous les monstres naissaient de l'aura maléfique en provenance de la terre et des cieux alors leur personnalité était plus ou moins pervertie : le plus souvent ils étaient antisociaux, anti-Trois Royaumes et avaient des tendances agressives et destructrices. Parmi eux, les démons étaient les plus puissants et possédaient une intelligence plus élevée que le commun des mortels. Ils étaient très souvent rusés. Depuis qu'ils s'étaient échappés des profondeurs des Enfers, ils avaient répandu le mal dans le monde extérieur.


Les renseignements obtenus par le Département de Réincarnation disaient que durant les vingt ans depuis qu'il s'était échappé des Enfers, le démon du vent avait établi un immense empire secret et avait un pouvoir qu'il ne fallait pas prendre à la légère. Le lieu choisi pour sa capture était un club échangiste d'animaux spirituels établi par le démon du vent. Apparemment, le démon du vent aimait beaucoup cet endroit et s'y rendait trois à cinq fois par mois.

Cependant, ce club échangiste d'animaux spirituels n'était pas un simple lieu où les amoureux des animaux pouvaient discuter et échanger des idées ensemble — aucun des animaux spirituels là-bas n'était un vrai animal spirituel mais des gens ou des immortels qui avaient été domestiqués comme des animaux spirituels.


Les membres de ce club étaient des gens qui aimaient traiter des personnes comme des animaux spirituels. Ce club permettait à ces gens d'échanger et de se divertir. Les données indiquaient qu'ils traitaient leurs animaux spirituels sans aucun ménagement et que la condition de ceux qui étaient considérés comme des animaux spirituels n'était même pas aussi bonne que celle des vrais animaux spirituels. Leur vie et leur mort, leur rire et leurs larmes, tout cela dépendait uniquement de l'humeur de leur maître.

Apparemment, s'ils voulaient s'infiltrer et trouver des informations sur le démon du vent, ils allaient devoir prétendre être des amoureux de ce genre d'animaux spirituels.


Je, je, je, je... Après avoir lu ces informations, le prince sentit un chapelet de mots indécents coincés dans sa gorge et fut incapable de dire un mot.

Shi Jian lui demandait de jouer le rôle de son animal spirituel. Au départ, il avait naïvement cru que l'autre voulait qu'il devienne une bête spirituelle qui le suivrait de près afin de passer inaperçu, pour ensuite devenir un combattant surprise. Mais il n'aurait jamais pensé qu'il s'agirait de ce genre d'animal spirituel !

Pourquoi ce n'était pas Shi Jian qui jouerait le rôle de son animal spirituel ?!


Furieux, le prince se rua dans le bureau du directeur avec les documents en main.

Le directeur Shi était en plein travail, une paire de lunettes argentées sur le nez et ses mains qui pianotaient sur le clavier. Il l'entendit entrer bruyamment mais ne leva pas la tête. Il garda le regard sur l'écran de son ordinateur et demanda calmement :

« Qu'y a-t'il ? Quelque chose ne va pas, votre Altesse ? »

En voyant la contenance de l'autre homme, Yan Tuo eut l'impression d'avoir tapé dans du coton. Il se redressa malgré lui et serra le document dans ses mains.

« Non, rien, je voulais juste vous consulter pour un détail... C'est quoi cette histoire de jouer le rôle d'un animal spirituel ? »


Plus il parlait, plus sa voix devenait basse et il commença à perdre tous ses moyens. En tant qu'employé du Département de Réincarnation et fonctionnaire des Trois Royaumes, ce n'était pas grand chose de devoir prétendre être un animal spirituel. Ses prédécesseurs avaient certainement fait des choses plus dangereuses et difficiles—

Ce fut le regard indifférent et strict du directeur Shi qui lui fit réaliser que jamais l'autre personne n'aurait délibérément arrangé tout cela dans le seul but de le persécuter. Bien qu'il n'appréciait pas du tout Shi Jian, il devait reconnaître que ce n'était pas le genre à être malhonnête. Les décisions de cet homme devaient tenir compte de la situation globale et il avait assigné le poste le plus approprié pour chacun.

La colère qui lui avait donné des ailes jusqu'à présent pour parler disparut d'un coup et en songeant à tout cela, Yan Tuo perdit subitement son assurance.


Comme toujours, Shi Jian ne s'attarda pas sur ses balbutiements. Comme s'il pouvait lire dans ses pensées, il fit calmement :

« Votre Altesse, si vous ne trouvez pas cela convenable, je peux vous donner une autre tâche et ce rôle sera attribué à un autre. »

L'autre homme s'était déjà donné du mal pour le faire pistonner, il devait encore fournir une sinécure à cet élément dispensable !

Une alarme retentit dans le cœur de Yan Tuo qui refusa immédiatement :

« Non, je trouve ce travail très bien, ça me convient ! »

Il jaugea discrètement son visage impassible puis tenta de se rattraper en disant :

«  … Directeur, je voulais juste vous demander comment jouer le rôle d'un animal spirituel... Après tout, nous allons agir ensemble. »


Yan Tuo ne voulait pas être délibérément provocateur et adopter une posture de confrontation avec Shi Jian. Il supposait simplement qu'afin de ne pas se faire remarquer, il ne devait y avoir que deux d'entre eux, un maître et un animal spirituel pour s'infiltrer tandis que les autres les soutiendraient et recevraient les informations à l'extérieur. Des deux infiltrés, celui qui serait le maître devrait communiquer avec les autres membres du club et aller à la pêche aux informations, et la moindre erreur serait fatale. Si le démon du vent découvrait que le vent soufflait et qu'il se cachait dans l'herbe mouvante, ce ne serait pas facile de retrouver sa trace. Et pendant ce temps, qui pouvait dire les atrocités qu'il commettrait ?

C'était justement parce que ce n'était pas un travail facile que les employés avaient été strictement sélectionnés pour leurs capacités variées et leur puissance. Comparé à eux, il était beaucoup plus facile de jouer le rôle d'un animal spirituel. Il suffisait de bien s'en tenir au rôle d'animal spirituel bien dressé, d'aider le maître à cacher leurs identités et de fournir de l'aide et du soutien au besoin.


La plus grosse difficulté était sans doute d'interpréter un animal spirituel. Voilà pourquoi Shi Jian lui avait donné ce rôle difficile, important, facile à apprendre de lui et qui lui permettrait de garder tout le temps un œil sur lui. Cela correspondait en tout point aux attentes de Yan Qingtian et on pouvait dire que c'était lui accorder beaucoup de respect.

En songeant à tout cela, le prince ne pouvait naturellement plus dire :

« Changeons, c'est vous qui serez mon animal spirituel. »

Après avoir entendu sa réponse, Shi Jian leva les yeux vers lui, hocha la tête et fit :

« Dans ce cas, je vous ferai part des choses importantes plus tard, votre Altesse. »

Yan Tuo regarda la table en bois noir couverte de deux grosses piles de documents et papiers, et il se rendit compte qu'il avait eu tort de faire irruption dans le bureau de son patron sans le saluer d'abord. Sa bouche se pinça en une fine ligne et il prit congé.

* * *

Après le coucher du soleil, le ciel s'obscurcit un peu. Ce fut la fin de la journée de travail et il y eut de moins en moins de gens dans le Département de Réincarnation. Shi Jian ne sortit pas de son bureau.

À vingt heures, la porte du bureau s'ouvrit enfin. Ses lunettes à la monture argentée dans la main, Shi Jian s'adossa contre la porte en bois noir et fit signe à Yan Tuo de venir.

C'était peut-être le fait d'avoir vu les deux prophéties dans le miroir qui faisait qu'il se sentait un peu coupable en voyant Shi Jian, ou peut-être le fait de savoir que dans les jours à venir il allait suivre Shi Jian pour l'infiltration, bref, depuis son transfert aux opérations spéciales, le prince s'était montré plutôt sérieux. Il suivit Shi Jian dans son bureau très docilement et vit Shi Jian refermer la porte du revers de la main.

« Vous avez lu les informations ? » demanda calmement le directeur Shi en observant Yan Tuo et assis à moitié sur le bureau en bois noir.


En voyant le regard de l'autre homme, Yan Tuo songea inconsciemment au baiser dans le miroir. Il y eut une bouffée de panique dans son cœur. Il hocha vivement la tête et fit :

« J'ai tout lu. »

Shi Jian acquiesça.

« Votre Altesse, vous comprenez aussi le statut de l'animal spirituel que vous aurez à interpréter ?

– … Je comprends un peu, répondit Yan Tuo en détournant légèrement la tête pour éviter le regard de l'autre.

– Bien. »

Shi Jian supposait qu'il avait tout compris. De toute manière, dans le cas contraire il l'aiderait à comprendre lentement.


Après un moment, il poursuivit :

« Ces gens aiment dresser leur animaux en certaines races. Votre Altesse, avez-vous déjà songé au genre d'animal spirituel que vous voulez prétendre être ?

– Un tigre hurlant des montagnes ? » lança Yan Tuo.

Shi Jian le regarda sans rien dire.

« Un lion occidental ? » fit le prince en clignant des yeux et en baissant d'un cran.

Shi Jian ne dit toujours pas un mot.

« Un léopard du mont Kongtong ? » fit Yan Tuo en guise de compromis.

Le directeur décida au final :

« Puisque son Altesse aime tant les chats, prenons un chat spirituel. »


Après ces mots, il lança un regard à Yan Tuo et ajouta calmement :

« C'est plus simple et bien plus convenable pour vous, votre Altesse. »

Avant que Yan Tuo ne puisse protester, Shi Jian lui tendit un épais dossier de documents.

« Ces gens adorent domestiquer les civettes et on trouve plus facilement d'informations dessus. Ces documents expliquent comment domestiquer un animal spirituel en civette. Votre Altesse, vous pouvez allez apprendre comment jouer ce rôle. »

Il s'avérait que les informations sur cette catégorie étaient relativement compréhensibles et faciles à apprendre, voilà pourquoi Shi Jian l'avait choisi.

Yan Tuo se répéta cela en lui-même, ouvrit le dossier qu'il tenait et cessa de se soucier du fait que Shi Jian voulait lui faire jouer le rôle d'un chaton humain.


Cependant après avoir tourné une page, il tomba sur la façon dont ces gens punissaient leurs animaux spirituels et en fut choqué. Il se demanda soudain s'il allait être traité ainsi.

À ce moment, le directeur Shi ouvrit la bouche comme s'il pouvait lire dans ses pensées et une voix grave et calme arriva à ses oreilles :

« Votre Altesse, ne vous en faites pas. Il y a des maîtres qui raffolent de leurs animaux spirituels. »

Yan Tuo leva la tête en l'entendant et se rendit alors compte que Shi Jian se tenait tout près de lui sans qu'il s'en soit rendu compte.

Shi Jian recula naturellement d'un pas et se rassit sur la chaise à son bureau. Il déclara d'un ton indifférent :

« Étudiez bien, votre Altesse. C'est le rôle que nous allons interpréter. »







Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !