Prisonnier du Temps 45

Chapitre Quarante-Cinq : Devoir


Yan Tuo prit les documents et les étudia dans le bureau du directeur Shi pendant deux heures tandis que l'autre homme travaillait. Il resta assis à travailler dur pour comprendre comment interpréter un bon animal spirituel, sauf que la phrase de l'autre homme perturbait encore son cœur : « Votre Altesse, ne vous en faites pas. Il y a des maîtres qui raffolent de leurs animaux spirituels. »

Après avoir parcouru trois chapitres, Yan Tuo estima qu'il se faisait tard. Il allait retourner au palais pour continuer à étudier de nuit lorsque Shi Jian l'appela à nouveau juste au moment où il allait partir.

Sur le bas de porte, Yan Tuo se retourna avec surprise. Il vit le directeur Shi retirer ses lunettes, contourner le bureau pour s'avancer vers lui. Il tendit soudain la main pour saisir son menton et il l'embrassa avec une expression calme et sérieuse qui ne tolérait aucun refus.


Le cerveau de Yan Tuo cessa de fonctionner à ce moment, choqué. Il ne songea même pas à se débattre et à résister, il resta immobile et se laissa embrasser. Ce ne fut qu'une fois que Shi Jian eut fini de l'embrasser qu'il réagit : il ouvrit de grands yeux et fixa l'autre homme qui donnait l'impression d'accomplir seulement son devoir.

S'il n'y avait pas eu un voile humide sur les lèvres de l'autre homme, Yan Tuo aurait presque pu croire qu'il ne s'était rien passé.

Avant qu'il ne puisse dire un mot, le directeur Shi prit la parole et d'une voix calme et indifférente lui rappela gravement :

« Il y a encore une chose que vous devez savoir, Votre Altesse. Quand vous jouerez le rôle de mon animal spirituel, d'après les informations vous allez devoir vous montrer intime avec moi, bien plus encore que ça.


« Afin d'éviter de révéler notre couverture, il faut mieux vous y habituer à l'avance, votre Altesse. Si vous ne pouvez pas l'accepter, je peux toujours vous assigner une autre tâche. Votre Altesse, prenez la nuit pour y réfléchir. »

Après ces trois phrases, Shi Jian retourna à son siège, se pencha sur ses documents et ne regarda plus en direction de Yan Tuo.

Le prince avait la tête qui lui tournait. Il retourna au palais avec ses documents et de retour dans sa chambre, sortit son miroir sans réfléchir.

Il y avait eu du soleil et des nuages aujourd'hui. Le miroir avait bien prédit le temps et le baiser prédit s'était aussi réalisé... Cela prouvait que le miroir fonctionnait très bien. Ce n'était donc plus la peine de l'envoyer pour réparation au Pavillon de Lingbao.

Alors... la prédiction était vraie ? C'était pour les besoins de la mission spéciale que Shi Jian avait été obligé de faire ça alors il s'était senti malheureux pendant le baiser ?!


Rien qu'à cette idée, Yan Tuo se sentait en colère et déprimé. Il ne put s'empêcher de se rappeler des paroles de Shi Jian à son départ — "Si vous ne pouvez pas l'accepter, je peux toujours vous assigner une autre tâche. Votre Altesse, prenez la nuit pour y réfléchir." En fait, c'était Shi Jian qui ne pouvait pas accepter cela alors il avait dit ça pour se couvrir et voulait que ce soit Yan Tuo qui décide de renoncer.

Pas question !

L'esprit combatif infini de Yan Tuo s'enflamma. En songeant qu'il pouvait rendre malheureux le directeur Shi qui était toujours calme et ne ressentait rien, Yan Tuo ne put s'empêcher de ressentir une pointe de fierté dans son cœur — Shi Jian voulait qu'il renonce face aux difficultés mais il ne lui donnerait pas satisfaction. Il devait participer à cette opération !


C'était juste se faire un peu toucher par Shi Jian, où était le problème ? Le directeur devait être encore plus malheureux que lui d'être forcé à faire ça. Et ça rendrait Yan Tuo heureux de réussir à rendre malheureux le directeur Shi qui était toujours si impeccable.

Rien qu'à cette idée, le prince ne put s'empêcher de chantonner triomphalement. Il s'allongea sur le lit et parcourut joyeusement les informations sur les animaux spirituels domestiqués. Comme il était de bonne humeur, même ces descriptions qui l'avaient mis mal à l'aise sur le plan physiologique n'avaient désormais plus l'air aussi terrible.

* * *

Le lendemain, Yan Tuo alla au travail tout ragaillardi. Shi Jian se tenait à la porte de son bureau, le regarda des pieds à la tête puis demanda calmement :

« Votre Altesse, vous avez déjà réfléchi à ce que je vous ai dit ? »

Yan Tuo s'était déjà préparé mentalement mais quand il vit les fines lèvres rouges et les yeux gris pâles et calmes de son patron, il se souvint du baiser ravageur qu'il lui avait volé le soir précédent — Ce n'était pas juste une illusion dans le miroir, c'était vraiment arrivé. Il pouvait encore sentir la langue de l'autre homme...

Le prince se mit à rougir.

Il détourna vivement la tête, tout rouge, et se morigéna intérieurement en se disant que ce n'était qu'un 'baiser sans émotion', comment ses pensées pouvaient-elles prendre une tournure aussi étrange ?


Sans doute à cause de sa réaction bizarre, Shi Jian le regarda à deux fois et fit tranquillement :

« Votre Altesse, vous êtes malade en ce moment ? »

Surpris, Yan Tuo ramena son regard sur lui :

« Hein ?

– Son Altesse a toujours le visage rouge ces deux derniers jours, » expliqua Shi Jian.

C'est le fait de te voir qui me fait rougir !

Yan Tuo serra les poings mais ne pouvait pas s'expliquer, alors son visage rougit davantage.

« Peu importe, entrons. »

Le directeur Shi couvrit sa bouche du revers de sa main, toussa légèrement Tu parles, il est mort de rire ! (1) puis prit l'initiative d'ouvrir la porte du bureau pour entrer.


Le bureau du directeur Shi se composait de deux pièces, une à l'intérieur et l'autre à l'extérieur. Il s'agissait d'un espace créé par un sceau magique alors c'était très spacieux. Bien que la pièce extérieure soit allouée au prince Yan Tuo, la pièce intérieure n'était pas trop petite.

Quand Yan Tuo suivit l'autre homme dans le bureau, il découvrit que quelque chose avait changé. Aujourd'hui il y avait un paravent noir à gauche du bureau de Shi Jian qui bloquait une vaste portion de la pièce et empêchait de voir ce qu'il y avait derrière.

Il ne put s'empêcher de jeter des coups d'œil puis vit Shi Jian s'asseoir sur le bureau comme la veille et faire d'une voix calme :

« Votre Altesse, vous ne m'avez pas dit ce que vous aviez décidé. Le temps est compté. Si vous ne pouvez pas accepter ce travail, je dois trouver un remplaçant au plus vite.

– Bien sûr que je l'accepte ! déclara Yan Tuo d'un ton droit en le regardant. C'est naturel de jouer mon rôle, rien n'est inacceptable Yan Tuo, tu creuses ta propre tombe là ! (2) ! »


Shi Jian acquiesça, désigna l'écran à Yan Tuo et s'avança.

« Selon le plan, nous nous infiltrerons dans le club d'animaux spirituels dans trois jours. Si vous n'avez pas d'objection, votre Altesse, nous passerons ces trois jours à vous entraîner soigneusement afin que nous ne commettions ensuite aucune erreur. »

Yan Tuo se pinça les lèvres puis redressa fièrement le menton.

« Bien entendu ! »

Depuis la veille, il avait très attentivement étudié les informations sur le dressage des animaux spirituels et avait même surfé sur le dark web des Trois Royaumes afin de vérifier lui-même de nombreuses informations associées. Il était pleinement confiant qu'aujourd'hui, il pourrait apprendre à ressembler à ces civettes spirituelles domestiqués par les humains et qu'il n'y aurait plus aucun problème après deux jours d'entraînement personnel.


« Parfait. »

Le directeur Shi hocha de nouveau la tête et désigna l'écran du doigt.

« Votre Altesse, veuillez d'abord essayer la tenue et en sentir l'effet. »

Derrière l'écran, il y avait un grand lit avec une épaisse couverture en laine blanche dessus. Un "costume de civette'' tout neuf se trouvait dessus. Les oreilles et la queue étaient blanches et le style ressemblait à ce que Yan Tuo avait vu dans les documents. Cependant en voyant la chose pour de vrai, le prince en ressentit vraiment le fort impact — Je vais devoir porter ce costume qui dévoile tout et être confronté à Shi Jian toute la journée et même l'aguicher ?!

Pitié, que le démon du vent explose sur-le-champ !

Sinon, Yan Tuo sentait que c'était lui qui allait exploser.

Néanmoins le prince songea à la promesse qu'il venait de faire et se dit qu'il ne devait pas abandonner en cours de route et donner à Shi Jian une raison de le mépriser. En plus... Shi Jian allait devenir encore plus aveugle que lui à force de le voir comme ça tous les jours ! Il était toujours intimement convaincu que Shi Jian était celui qui souffrait le plus de la situation !

Yan Tuo prit les oreilles velues dans ses mains et les plaça sur sa tête.

* * *

Le directeur Shi était adossé contre l'écran à l'extérieur, la tête baissée, ce qui ne permettait pas de voir l'expression de son visage.

À un moment, il entendit soudain un petit gémissement en provenance de l'autre côté de l'écran :

« Shi Jian... »

La voix était faible et fragile, avec une pointe de honte, comme si un chaton coincé appelait au secours.

Shi Jian n'avait jamais entendu le prince prononcer son nom et encore moins sur ce ton. Il se redressa vivement et contourna l'écran. Il vit un chaton blanc allongé sur son lit, le visage et le corps rouge, son postérieur légèrement soulevé. Le chaton tenait une fausse queue dans la main droite et tentait de la fixer sur son coccyx en vain.


Quand il l'entendit venir, Yan Tuo tourna la tête, le regarda de ses yeux humides et demanda de l'aide dans un souffle :

« La queue... la queue ne veut pas tenir. »

Quand Yan Tuo vit Shi Jian le rejoindre d'un air calme, il enfouit rapidement son visage dans l'épaisse couverture en laine, honteux, et ferma les yeux pour ne pas le regarder.

Il sentit que Shi Jian prit la fausse queue velue, s'assit au bord du lit, lui tapota doucement la tête avant de se pencher et de lui murmurer :

« Détendez-vous, votre Altesse... »

Les oreilles de Yan Tuo frémirent légèrement. Il ferma fermement les yeux, mordit la douce laine de la couverture sous lui, fit comme si tout cela ne le concernait pas puis se détendit inconsciemment sous le regard attentif de son patron...


Avec l'aide du directeur Shi, le prince put enfin mettre sa queue blanche de chat.

C'était tout bonnement trop embarrassant de porter un tel déguisement, Yan Tuo refusa de lâcher la couverture en laine enveloppée autour de lui, le coin de ses yeux était rouge comme s'il était sur le point de fondre en larmes.

Le directeur s'adossa nonchalamment contre le bord de l'écran, tourna la tête pour ne pas le regarder et fit froidement :

« Votre Altesse, si vous réagissez déjà comme ça, il vaut mieux renoncer tant que c'est encore possible. Autrement nous nous trahirons dès notre arrivée. »

Yan Tuo rejeta aussitôt la couverte, leva la tête et objecta :

« Je ne nous trahirai pas !

– J'espère bien, » fit calmement Shi Jian.

Il alla au pied du lit, ramassa la couverture en laine qui avait été jetée par le prince et caressa d'un long doigt fin la zone humide causée par la salive de Yan Tuo. Il fit d'un ton léger :

« … Votre Altesse, vous avez sali ma couverture. »


Yan Tuo suivit son geste du regard et reconnut aussitôt le morceau de laine qu'il avait mâchonné. Il se sentit gêné et ne voulut pas reconnaître sa faute. Il tourna la tête et marmonna :

« Ce n'est qu'une couverture, je vous en rachèterai trois ! »

En fait, ce n'est pas grave si vous la salissez, songea le directeur Shi en baissant les yeux en silence.

« En, répondit-il en étalant au sol la couverture en laine. Bien, votre Altesse, voyons à présent ce que vous avez appris hier. »

Le directeur du Département de Réincarnation pencha légèrement la tête sur le côté, regarda la petite chose qui lui appartenait et ses yeux s'assombrirent.

« Je suis à présent votre maître. Venez me servir, votre Altesse. »


La parole à l'auteur :

Shi Jian (le visage impassible) : … Je ne peux plus me retenir plus longtemps.

Tuotuo (très chagriné) : … il ne réagit pas. QAQ


Note de Karura : Le texte ne précise rien mais je me demande pourquoi c'est si difficile de mettre la queue et comment elle tient ? Hum ? 😅


Notes du chapitre :
(1) Tu parles, il est mort de rire !
(2) Yan Tuo, tu creuses ta propre tombe là !






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !