Prisonnier du Temps 54

Chapitre Cinquante-Quatre : N'importe quoi


M. Du se pencha légèrement en avant et fit :

« Allez-y, je vous écoute. »

Shi Jian caressa les oreilles de chat sur la tête de Yan Tuo, eut un léger sourire puis secoua la tête.

« Je veux parler directement à cette personne. »

Il leva les yeux vers l'autre homme.

« Vous savez de qui je veux parler. »

Derniers chapitres parus :
Cent façons de tuer un prince charmant 1 à 3
La Renaissance du Suprême Immortel 1 à 5
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 53 et 54
Prisonnier du Temps 88 et 89
Le Prince Solitaire 2 02
Ancient Gods Sanctuary 19
Prisonnier du Temps 87
Esprit Malin 11 et 12

Yan Tuo ne s'était pas attendu à ce que Shi Jian aborde directement ce sujet.

Il savait naturellement que dans la bouche de Shi Jian, "cette personne" voulait dire le démon du vent mais il aurait plutôt cru que Shi Jian l'emmènerait pour enquêter encore, chercher des indices, discuter des contre-mesures puis trouver une nouvelle approche. Il s'avérait que les méthodes du directeur Shi étaient plus radicales et décisives qu'il ne l'avait pensé.


M. Du plissa les yeux en face d'eux.

Shi Jian conserva son sourire tranquille et caressa les oreilles de Yan Tuo, faisant glisser ses doigts le long des oreilles pour toucher ses lèvres et sa nuque.

Dans ce bras-de-fer silencieux, M. Du fut le premier à parler.

Il reprit sa politesse et les bonnes manières, fit tourner l'anneau en argent à sa main gauche et demanda calmement :

« Votre petite chose me plaît bien. Donnez-le moi et je vous recommanderai. »

Shi Jian ne leva même pas les yeux et agita les doigts devant le visage de Yan Tuo, comme pour le taquiner.

« Il n'a jamais fait partie des négociations.

– Ce n'est qu'un animal spirituel, est-ce donc là votre sincérité ? fit l'homme en croisant les mains, une aura impressionnante se dégageant de lui. Si vous ratez cette opportunité, il n'y en aura pas d'autre. »


Telles étaient ses conditions. Il faisait cela afin de forcer l'autre partie à s'incliner devant lui mais il devait reconnaître qu'il aimait vraiment bien ce petit animal que l'autre homme avait apporté — il ne ressemblait guère aux autres animaux spirituels du club. Il avait conservé sa grossièreté, sa délicatesse naturelle, son côté collant, curieux et malicieux tel un chaton qui ne grandirait jamais. Un animal de première classe comme celui-ci était le rêve de tout maître.

Yan Tuo se dit que M. Du allait être très déçu. D'un calme olympien, le directeur n'avait jamais perdu.

Contre toute attente, Shi Jian baissa la tête après ces paroles, enfouit son visage dans le creux de sa nuque et fit :

« Bébé, et si je t'envoyais à lui ? »


Yan Tuo saisit aussitôt les manches de Shi Jian, leva la tête et le fixa avec de grands yeux. Les pensées défilèrent dans son esprit — le directeur voulait-il en profiter pour l'envoyer dans le camp adverse afin de sonder la situation de leur ennemi ? Mais et si ces gens lui faisaient des choses qu'il ne pourrait pas accepter ? Et s'il ne le supportait pas ? Et s'il trahissait leurs identités ? Est-ce qu'il pourrait rapidement restaurer son énergie spirituelle pour les combattre ?

Shi Jian plia son index droit et lui fit une chiquenaude sur le front.

« Regarde un peu comme tu as peur. Petit chaton peureux. »

Quand il releva les yeux sur M. Du, le directeur Shi avait retrouvé son calme et sa grâce usuels.

« Désolé mais il me semble que quelqu'un qui est prêt à abandonner le petit qu'il a élevé n'est pas digne de faire des affaires ici. Qu'en pensez-vous ? Je suis convaincu que je peux vous apporter énormément à l'avenir sans avoir vous offrir mon petit pour votre faveur. »


Plusieurs émotions défilèrent dans le regard de l'autre homme mais il ne répondit pas tout de suite, comme s'il réfléchissait à quelque chose. Après deux minutes de silence, il fit à Shi Jian en le dévisageant :

« Dans une semaine, à dix-neuf heures au Théâtre du Palais de Yuntian, dans la loge de Tianjia au troisième étage. Si vous venez, je vous présenterai à son Excellence. »

Le Théâtre du Palais de Yuntian se trouvait au dernier étage du club, et seuls les membres avec une carte noire pouvaient y accéder. Pour passer d'une carte violette à argent, il fallait mille points ; d'argent à or, il fallait cinq mille points ; d'or à noir, il fallait dix mille points de contribution. Pour obtenir une carte noire en une semaine alors qu'ils n'avaient qu'une carte argent pour le moment, ils devaient rapidement obtenir quinze mille points de contribution. C'était indéniablement un gros test.

M. Du ne dit plus rien après ça. Les deux hommes en noir qui les avaient fait monter réapparurent alors silencieusement, s'inclinant et écartant les bras pour indiquer à Shi Jian que c'était le moment de s'en aller.

* * *

Ils prirent l'ascenseur pour regagner directement leur chambre au premier étage. Une fois dedans, la première chose que sortit le prince fut :

« Vous avez assez d'argent sur votre compte ? »

Shi Jian lui lança un regard indifférent, ne confirmant ou n'infirmant pas.

« Qu'en pensez-vous ? Votre Altesse espère-t'elle que j'ai assez d'argent ou au contraire que je n'en ai pas assez ? »

Yan Tuo était partagé. Pour faciliter la réussite de leur mission, il valait mieux que le directeur Shi ait assez d'argent pour franchir directement cet obstacle ; mais d'un autre côté il se dit que si le directeur Shi, un cadre supérieur de l'Autre Monde, pouvait avoir une telle somme, il devrait alors demander au camarade Yan Qingtian d'aller chasser le tigre à son retour.


À cet instant, le directeur Shi rit de nouveau, prit le prince dans ses bras et murmura à son oreille :

« Détends-toi, ton homme n'est peut-être pas très riche mais il a suffisamment pour bien t'entretenir. Mais cette fois, je n'ai pas l'intention d'avoir la carte noire uniquement en faisant des achats. »

Yan Tuo le fixa en transe en voyant le sourire du directeur Shi. Dans ses bras, il sentit le souffle chaud lui chatouiller l'oreille et son sang se mit à bouillir. Cela faillit lui faire oublier la manière dont le directeur venait de lui parler.

Honteux ! Je ne sais pas où il a appris ça mais il ose utiliser ce genre de provocations !

C'était l'atmosphère bizarre et maléfique de ce club qui avait perverti Shi Jian !

Le prince tempêta intérieurement mais demanda d'un ton coopératif :

« Alors qu'allez-vous faire ? »


Shi Jian sortit un dépliant de sa manche qui présentait les principales activités de divertissement du club. Il l'avait de toute évidence pris au casino mais même Yan Tuo ne l'avait pas vu le glisser dans sa manche.

« Les points de contribution que l'on peut obtenir en participant aux diverses activités ne représentent pas grand-chose mais à part ça, il n'y a que deux moyens d'obtenir des points de contribution : dépenser de l'argent ou de l'énergie spirituelle. Par contre, l'efficacité de l'échange est différente. Il y a certaines méthodes directes, d'autres indirectes. Acheter est une méthode relativement de bas niveau, peu coûteuse et efficace. Si l'on ne perd pas, les paris sont aussi une activité qui rapporte beaucoup mais le casino aura sûrement des soupçons si l'on gagne sans jamais perdre.

– Alors quel genre d'activités conviendrait ?

– Je ne sais pas encore, fit le directeur Shi en plissant ses yeux gris pâles. Essayons de trouver des activités similaires mais qui rapportent le plus. »

* * *

Au cours de la semaine suivante, les deux hommes essayèrent plein d'activités.

Plus l'étage était élevé, plus l'activité rapportait de points. Par conséquent, avant de pouvoir changer pour une carte or, ils participèrent aux activités du dixième au quinzième étage. Une fois la carte or obtenue, les activités furent du seizième au vingtième étage.

Il y avait en tout vingt-sept étages sans compter le rez-de-chaussée. La carte noire permettait d'aller jusqu'au vingt-cinquième. Quant aux deux derniers étages, ils n'étaient accessibles pour personne.

Yan Tuo se rendit compte que le directeur Shi était très attentionné. Shi Jian semblait percevoir son refus implicite et ne l'emmenait pas donc participer à des activités inacceptables qui gênaient énormément Yan Tuo telle que le maître qui obligeait son animal de compagnie à se donner en spectacle sur scène, etc.


L'activité la plus lucrative qu'ils trouvèrent fut de jouer à des jeux dans la salle d'arcades du vingtième étage.

Les jeux de cet endroit comportaient des sorts et des illusions alors ils étaient bien plus évolués que des jeux en réalité virtuelle. Ils participèrent très souvent à un jeu multi-joueur en ligne appelé "Cœurs à l'unisson". Ce jeu testait principalement l'entente tacite entre un animal spirituel et son maître.

Les maîtres et animaux spirituels participant étaient allongés dans des cabines de jeu puis entraient dans le monde virtuel du jeu avec différents décors. Tout le monde recevait aléatoirement une nouvelle identité et une nouvelle apparence, et il y avait également beaucoup de personnages virtuels dans ce monde pour le rendre plus réel et complet.

Les joueurs ne devaient pas révéler leur véritable identité de quelle façon que ce soit dans le jeu. Ils devaient agir en accord avec leur identité virtuelle. À la fin du jeu, si l'animal spirituel et son maître avaient conservé la même relation qu'en réalité, ils recevaient en récompense des points de contribution. Plus l'intimité était élevée, plus le nombre de points obtenus augmentait. Si le maître et l'animal spirituel ne se reconnaissaient pas et n'interagissaient pas du tout, alors ils n'avaient que la récompense minimum garantie.


La plupart des gens jouaient à ce jeu avec les animaux des autres et aussi longtemps qu'ils le voulaient. Ils s'en moquaient bien de trouver leur propre animal de compagnie. Cependant, le but de Shi Jian et Yan Tuo resta ferme et cohérent : peu importait le statut qu'on leur assignait, ils se retrouvaient très vite et augmentaient ensuite leur intimité par des méthodes diverses et variées.

Les prix du vingtième étage étaient également très élevés. "Cœurs à l'unisson" était un jeu de haut niveau. Une partie coûtait cinq cent mille lingbis. La récompense minimum garantie n'était que de quarante points de contribution et le taux de retour sur investissement était bien bas. Cependant, lorsque Shi Jian et Yan Tuo parvenaient à une intimité totale, ils pouvaient gagner deux cent cinquante points de contribution. Le rapport points/lingbis était cinq fois plus élevé que des achats ordinaires. Même en ne faisant rien d'autre, il suffisait de jouer quarante jeux d'affilée pour amasser suffisamment de points et passer à la carte noire.


Quand Shi Jian avait contacté Tu Ran pour obtenir une carte or, ce dernier avait l'air très surpris. Cette fois, quand Shi Jian le contacta pour une carte noire, il s'était déjà remis de sa surprise ou bien il s'y était attendu.

Les cartes noires devaient être vérifiées et signées par un des managers du club, et le seul manager présent ce mois-ci était apparemment M. Du, alors il fut inévitable que les deux hommes se rencontrent de nouveau sous la houlette de Tu Ran.

M. Du ne fit aucun commentaire après avoir appris la nouvelle, il ne mentionna plus non plus de garder Yan Tuo pour lui. Ce fut seulement au moment de signer que M. Du plissa les yeux vers Yan Tuo puis se tourna vers Shi Jian pour dire :

« Qu'est-ce que vous lui avez fait ? Après à peine une semaine, votre chaton vous lance des regards si tendres que de l'eau pourrait en sortir. C'est une expression chinoise pour désigner quelque chose de très tendre, comme de la peau ou ici des regards. (1) »


Shi Jian conserva son calme mais Yan Tuo sentit tous les faux poils de son corps se hérisser !

Il se dit que le problème venait sûrement des yeux de M. Du ! À force de rester tous les jours dans ce club, il avait fini avec des filtres bizarres sur ses yeux.

Il avait un regard on ne pouvait plus intègre et positif. Même face au directeur Shi, il avait toujours tenté de traiter l'autre homme objectivement et impartialement, sans aucun préjudice. Et là, M. Du avait vraiment dit que quand il regardait Shi Jian, d'où l'eau pourrait sortir ?!

N'importe quoi !



Notes du chapitre :
(1) C'est une expression chinoise pour désigner quelque chose de très tendre, comme de la peau ou ici des regards.






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !