Prisonnier du Temps 58

Chapitre Cinquante-Huit : La prophétie dans le miroir


Comme Yan Tuo minaudait sans cesse pour rentrer et dormir, bien que l'attitude de Shi Jian envers semblait ambiguë — il le caressait ou le grondait tour à tour — il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir son indulgence et la manière dont il le choyait. Alors le démon du vent les laissa partir plus tôt.

De retour dans leur chambre, Shi Jian dut naturellement punir le prince sous le prétexte d'un exercice. Ce n'était vraiment pas facile de ne pas se trahir.

* * *

Dans les jours qui suivirent, le démon du vent traita Shi Jian comme un invité distingué et l'invita même à se distraire avec lui au vingt-sixième étage.

Yan Tuo se lamenta secrètement que le directeur était vraiment expérimenté, il ne perdait pas pied face à un démon rusé et ingénieux de mille ans. Concernant cette affaire, il n'en dit pas plus mais ne laissait pas non plus l'autre partie perdre patience, au contraire il entretenait sa curiosité méthodiquement.

Entre-temps, sous le couvert de l'excuse du "chaton enceint", Yan Tuo se comporta comme un enfant gâté durant leurs négociations et Shi Jian le choya avec impuissance. Quand le groupe se rendit à un spectacle en plein air, Yan Tuo s'enroula dans une douce couverture et dormit sur un banc. Dès qu'il devait marcher, soit Shi Jian le soutenait soit il le portait carrément. Le directeur Shi lui faisait des reproches de temps à autres :

« Fais attention au bébé. »

« Ménage-toi. »

Si Shi Jian était assis, alors Yan Tuo s'installait sur ses genoux comme un chaton dominateur qui avait peur de se faire abandonner par son maître.


Après dix jours comme ça, à force de contacts quotidiens, les gens autour du démon du vent se montrèrent plus confiants — ils trouvaient que M. Si avait une sorte de malignité qui émanait de lui, presque comme chez leur patron. Bien que cela pouvait être difficile à remarquer dans son apparence et son comportement ordinaires, c'était évident si on faisait attention à son attitude et ses méthodes envers son chaton.

Même si M. Si paraissait très attaché à son petit chat, ils avaient passé de nombreuses années dans le club. Alors bien évidemment ils voyaient que même si le chat semblait parfois capricieux, il était très obéissant envers M. Si. M. Si avait donc changé sa manière de tourmenter son chaton de bien des manières et l'avait poussé peu à peu à lui faire confiance et à compter sur lui.

C'était tellement vicieux.

* * *

Cette nuit Yan Tuo dormait seul dans la chambre. Shi Jian avait été invité par le démon du vent à parler de certaines choses et afin de préserver son image d'un "délicat petit chat qui avait sommeil parce qu'il attendait un bébé", il dut rester en arrière. Il alla dormir dans la chambre et attendre son maître.

Il était vraiment de plus en plus fatigué ces derniers temps comme si à force de jouer le rôle d'un chat enceint il s'était lui-même convaincu psychologiquement à dormir davantage.

Le prince se força aussitôt au calme. Même s'il était vraiment enceint... alors sa future princesse et Mme Yan serait aussi responsable... Cependant le directeur Shi ne semblait pas du genre à vouloir assumer ce genre de responsabilité alors si ce n'était vraiment pas possible, s'il ne pouvait vraiment pas le supporter... Bon, après tout il était un homme moderne comme il faut de l'Autre Monde et qui aimait sa femme. De plus on disait que c'était dangereux de porter un enfant à partir d'un certain âge. Mme Yan étant si âgé, il ferait mieux de ne pas lui confier cette responsabilité...


Tandis qu'il était plongé dans ses pensées, le miroir de prophétie relié à son esprit s'agita soudain. Yan Tuo le sentit, regarda autour de lui et ne put s'empêcher de le faire apparaître.

Les sorts de protection et d'illusion permettaient de protéger cette pièce. Sauf si on possédait un pouvoir plus élevé que celui du directeur, il était impossible de détecter le moindre mouvement dans la chambre. Voilà pourquoi Yan Tuo osa sortir son miroir prudemment.


Chaque fois que le miroir vibrait, c'était pour lui dire quelque chose d'important. La première fois, ce fut la catastrophe aux Enfers quand il avait cinq ans et que des démons en avaient profité pour s'échapper. La seconde fois, ce fut la veille de sa remise de diplôme, il avait rencontré un problème durant l'examen final organisé par l'Académie des Trois Royaumes. Il fut cependant sauvé par le directeur Shi qui passait par là, le visage froid. Il ne put s'empêcher d'exprimer sa gratitude à son puissant sauveur qui était apparu d'un coup, mais l'autre partie avait seulement répondu avec indifférence et cela avait été comme si des bassines d'eau froide lui étaient tombées dessus. Mais il n'aurait jamais cru que juste après la fin de ses études, il serait envoyé par son père au Département de Réincarnation pour apprendre, et que son supérieur immédiat serait son sauveur de ce jour-là.

Aujourd'hui, c'était la troisième fois.


Yan Tuo eut la vague sensation que quelque chose d'important allait se produire alors il prit le miroir et plongea dedans comme il l'avait déjà fait tant de fois.

Le temps s'écoula en fragments complexes et Yan Tuo comprit vaguement que la scène apparue dans le miroir datait d'après leur mission et qu'elle durerait un moment.

Il se réveilla un matin très ordinaire. Il avait l'impression d'avoir très bien dormi, il avait les idées claires mais ses membres étaient indolents et refusaient de bouger. Alors il ouvrit les yeux, bougea légèrement le bras et heurta quelque chose de doux et froid autour de lui — c'était le bras du directeur Shi.

Le bras du directeur Shi était posé sur sa taille et il était dans les bras du directeur Shi.

Le prince ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux et fixa l'autre homme comme s'il s'agissait d'un monstre.


À ce moment Shi Jian ouvrit également les yeux. Ses cils gris pâles papillonnèrent un peu et ses yeux au réveil étaient bien plus doux que d'ordinaire. Il y avait une sorte de beauté que Yan Tuo n'avait encore jamais vue dans ces yeux doux et indulgents.

Sous un tel regard, Yan Tuo se mit à rougir inconsciemment.

Le directeur se pencha alors et l'embrassa affectueusement sur la pointe de son nez puis lui demanda d'une voix encore un peu rauque :

« Bébé, qu'est-ce que tu veux manger ce matin ? »

Il lui demanda ça avec naturel, comme si c'était un jour normal et une situation normale.

Yan Tuo cligna des yeux, mit un moment à réagir puis fit bêtement :

« Ce... Ce que... Ce que tu veux.

– C'est bien, tu n'es pas difficile aujourd'hui. »

Shi Jian l'embrassa de nouveau au coin des lèvres.

« Tu vas t'habiller, bébé ? Je vais préparer le petit-déjeuner, il se fait tard. »

Yan Tuo tourna la tête sans un mot.


Le directeur Shi eut un léger soupir d'indulgence, prit une chemise blanche à la tête du lit et l'habilla rapidement avec. Puis il prit une veste et un pantalon de costume fraîchement repassés de l'armoire et les posa devant Yan Tuo. Il enfila une tenue de détente et alla se laver rapidement. Après ça il descendit préparer le petit-déjeuner. Avant de quitter la chambre, il n'oublia pas de dire à Yan Tuo de se laver rapidement — pendant que le directeur Shi l'habillait, Yan Tuo s'était rendu compte qu'il ne portait rien du tout pendant son sommeil et qu'il s'était niché ainsi dans les bras de l'autre homme — la relation intime entre eux deux était plus qu'évidente.

Yan Tuo se rendit dans la salle de bains et remarqua une brosse à dent avec du dentifrice dessus et un gobelet déjà tout prêts sur l'évier. Il y avait à côté un autre modèle de la même couleur. C'était visiblement un set pour un couple.


Le prince en fut un peu choqué. Bien qu'il soit le prince de l'Autre Monde, à cause de l'éducation stricte et soucieuse du Yan Qingtian, il n'avait jamais connu un jour où il n'avait qu'à tendre les bras pour se faire habiller et ouvrir la bouche pour se faire nourrir. Depuis tout jeune il avait toujours tout fait tout seul. Il n'aurait jamais cru mener plus tard une vie où tout serait à portée de main et où on s'occuperait de lui, et l'homme qui prenait si bien soin de lui était Shi Jian, le directeur du Département de Réincarnation, qui était connu pour son indifférence et son détachement.

Sous le choc, Yan Tuo finit sa toilette. En sortant de la chambre, il se rendit compte qu'il ne reconnaissait pas les lieux. Cela ne devait pas être le palais de l'Autre Monde. Autrement dit, il était très probable qu'il vive dans la maison du directeur Shi.


La salle à manger se trouvait au rez-de-chaussée et quand il descendit, il trouva un petit-déjeuner simple mais délicieux qui l'attendait sur la table : un verre de jus de fruit, une petite part de gâteau au melon, une omelette, une petite assiette de fruits et un petit bol de soupe, tout cela à son goût, les portions étaient bien adaptées, c'était varié, et ce n'était pas bien dur de deviner que tout cela avait été fait maison par un certain directeur — jamais il n'aurait pu imaginer que le directeur Shi, qui semblait ne pas toucher à la nourriture du commun des mortels, puisse être si doué en cuisine.

Encore plus choqué, Yan Tuo s'assit en face de Shi Jian et mangea rapidement son repas sans un mot. Il remarqua soudain que le secrétaire Shi portait un anneau argenté simple et élégant à l'annulaire de la main gauche, et lui-même avait un anneau similaire au même doigt de la main gauche.

Des anneaux de mariage...

Shi Jian et lui étaient mariés...

Le directeur Shi était réellement devenu sa princesse, Mme Yan...

Il vivait dans la maison de Mme Yan, apparemment entretenu par Mme Yan...

Mais on dirait qu'ils n'avaient vraiment pas d'enfant...


Le prince resta immergé dans ses souvenirs oniriques jusqu'à ce que le directeur Shi l'emmène dehors après le repas. Le directeur Shi les conduisit au Département de Réincarnation qui était plus que familier pour le prince.

Le prince comprit une nouvelle réalité : apparemment il travaillait toujours au Département de Réincarnation et bien qu'il soit sa princesse, le directeur Shi était toujours le big boss du Département de Réincarnation, son supérieur.

Après avoir passé la journée de travail dans un état second, Shi Jian le ramena chez eux. Il y avait de la nourriture en réserve dans le réfrigérateur et le secrétaire le changea personnellement pour des vêtements d'intérieur puis descendit cuisiner comme un grand virtuose. Après qu'ils aient tous les deux dîné, le directeur continua à travailler et Yan Tuo trouva un amusement pour passer le temps. Quand le directeur finit son travail et alla se coucher, il regagna leur chambre et ils passèrent naturellement à des activités normales de couple...

* * *

Une fois que Yan Tuo s'était effondré de fatigue, la prophétie dans le miroir s'acheva. Il revint à la chambre du club protégée par le pouvoir de Shi Jian mais le directeur Shi n'était pas encore revenu.

Le prince se redressa et s'assit stupidement au bord du lit. En se souvenant de ce qu'il avait vu dans le miroir, ses joues se mirent à rougir violemment...

Il se dit... que cette vie-là n'était pas mal du tout.

Puisque ce n'était pas mal, ne serait-ce pas une bonne idée de faire en sorte que cela se réalise ?

Rien qu'à cette idée, le prince s'agita et attendit avec impatience le retour du directeur Shi.

Il estimait qu'il devait se montrer responsable — par exemple en mettant au programme du jour une demande en mariage.







Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !