Prisonnier du Temps 62

Notes de Karura : Allez savoir pourquoi mais ce chapitre et le suivant n'ont pas de titre. Les titres reviennent ensuite.


Chapitre Soixante-Deux


Avant de sombrer dans l'inconscience, Yan Tuo serra le bras de sa nouvelle épouse et demanda avec hébétude :

« Qui es-tu... ? Comment peux-tu être ainsi... ? »

Après avoir été tourmenté dans tous les sens par le directeur Shi sous sa forme de démon, il s'était rendu compte qu'il y avait un problème avec son amant. En tout cas, Shi Jian n'était définitivement pas celui qu'il avait prétendu être.

« Bébé, tu m'as déjà vu, fit Shi Jian en embrassant le sommet de son crâne puis ajouta d'une voix sombre : Quand tu étais petit, tu m'as vu dans le miroir. »


Suite à ses paroles, une image floue et distante apparut dans l'esprit de Yan Tuo : une vision du ciel qui s'effondrait, la brèche dans les Enfers et d'innombrables monstres qui en sortaient. Parmi eux se trouvait une silhouette grande et fine avec six ailes qui recouvraient le ciel et le soleil.

C'était la prophétie qu'il avait vue dans le miroir vingt ans plus tôt. Ensuite, à cause de sa prédiction, Yan Qingtian avait renforcé les défenses et la plupart des démons furent refoulés dans les Enfers, seule une poignée put s'enfuir.

« Tu es... un démon ? murmura Yan Tuo, choqué.

– Oui, répondit Shi Jian sans cesser de l'embrasser. Je suis un démon assez spécial : je n'ai aucun désir ou bien c'est que je ne l'ai pas trouvé. Le jour où j'ai quitté les Enfers pour arriver dans l'Autre Monde, j'ai compris que je devais rester ici. Je pouvais sentir une sorte de lien dans l'Autre Monde qui m'attirait alors j'ai accepté l'offre de mon beau-père et je suis resté dans le Département de Réincarnation mais je n'ai jamais trouvé la source de ce sentiment.


« Ce ne fut pas avant le danger que tu as couru durant ton test de fin d'études que ce sentiment est soudain devenu très fort et je l'ai suivi jusqu'à te trouver. Plus tard, quand mon beau-père t'a emmené au Département de Réincarnation pour me voir, j'en ai eu la certitude. »

Ses yeux devinrent sombres et profonds.

« Tu es la source de mon désir, la seule chose que je veux posséder en ce monde. »

Yan Tuo ne put rien dire de plus parce que les immenses ailes le retinrent de nouveau prisonnier sous le démon jusqu'à ce qu'il soit vidé et qu'il plonge aussitôt dans le sommeil.

* * *

Après un certain temps, Yan Tuo émergea enfin de son profond sommeil et sa conscience lui revint peu à peu. Il commença à se rappeler de sa longue nuit de noces et aussi de ce qu'avait dit Shi Jian. Son visage changea plusieurs fois de couleur et il tourna prudemment et lentement la tête vers l'homme qui le retenait toujours dans son étreinte à côté.

Shi Jian avait repris son apparence humaine, les yeux calmement fermés, comme s'il était redevenu le directeur ascète et indifférent du Département de Réincarnation. Il n'y avait plus aucune trace du démon féroce, tyrannique, paranoïaque et possessif de la nuit précédente.

S'il n'y avait pas des traces embarrassantes sur lui, Yan Tu aurait pu se dire que ce qui s'était passé la veille n'était que le fruit de son imagination.


Il ne put s'empêcher de tendre la main pour toucher les yeux et les sourcils de sa nouvelle épouse, se sentant un peu perdu pour l'instant — il ne savait pas comment faire face à l'autre homme ni ce qu'il devait faire. Même à présent qu'il connaissait la vérité, il était... réticent à l'idée de divorcer.

Oui, s'il divorçait à peine marié, il perdrait la face en tant que prince de l'Autre Monde. Yan Tuo trouva très vite cette raison et raya aussitôt l'option divorce.

Même si son épouse était un peu malicieuse et avait caché son importante identité, Shi Jian n'avait commis aucun mal contrairement au démon du vent et il ne serait pas comme les autres démons qui pouvaient provoquer des désastres dans les Trois Royaumes parce qu'ils n'arrivaient pas à refréner leurs désirs innés et qu'ils agissaient sans scrupule. Yan Tuo pouvait s'habituer progressivement. Il était le désir de Shi Jian et au pire, il devrait redoubler d'effort mais ce ne serait rien d'insurmontable.

Le prince se dit cela comme s'il avait déjà oublié son apparence pitoyable tandis qu'il avait pleuré et demandé grâce la nuit précédente sans se faire entendre.


À ce moment, les paupières de Shi Jian s'agitèrent et il ouvrit les yeux — ses yeux était aussi redevenus gris pâles au lieu de la couleur or lubrique de la veille.

« Votre Altesse, vous avez bien dormi ? »

Il se pencha pour déposer un baiser sur les sourcils de Yan Tuo tout en tendant la main pour le serrer dans ses bras et lui caresser gentiment le dos.

Tout cela était très naturel, comme si la nuit de noces agitée ne s'était jamais produite, qu'ils n'étaient que des jeunes mariés comme les autres et que Shi Jian était un compagnon modèle, gentil et élégant.

Yan Tuo ne put s'empêcher de gémir et à cette réaction, il se mordit la lèvre inférieure et repoussa la main de Shi Jian.

« Reste tranquille... J'ai une question à te poser. »

Shi Jian émit un léger "En" mais le mouvement de ses mains ne cessa pas et en même temps, il ne cessait de déposer des petits baisers sur ses oreilles et sa nuque.


Yan Tuo baissa les yeux, redressa le cou et continua à demander avec une pointe de réticence :

« D'après ce que tu as dit hier... tout ce qui s'est passé dans le club spirituel... tu avais tout prévu d'avance ? Tu m'as menti ? »

Shi Jian s'immobilisa un moment et il leva légèrement les yeux pour voir l'expression incroyablement attirante de son amant. Ses yeux se teintèrent peu à peu de doré mais il répondit calmement :

« Bien sûr que non. »

Yuan Tuo n'insista pas. Si Shi Jian refusait fermement d'admettre, ses questions ne donneraient rien.

Alors il changea de sujet et fit doucement :

« Tu as dit que j'étais ton désir alors tu m'as approché, séduit, tu as accepté de m'épouser et fait toutes ces choses avec moi juste dans le but de posséder et de satisfaire ton désir... pas vrai ? »

Le coin de ses yeux était rougi par l'irritation mais ses yeux noirs et ronds étaient remplis d'une ombre de tristesse.


Shi Jian cessa tout mouvement, prit Yan Tuo dans ses bras, l'embrassa sur le front et murmura d'un ton séducteur :

« Bien sûr que non... Certains démons désirent la fortune et je ne les ai jamais vus coucher avec des pierres précieuses ou épouser un coffre-fort. J'ignore pourquoi mais j'ai toujours eu le sentiment que je n'appartenais pas à ce monde et que tu étais mon seul lien ici. »

Le directeur Shi prit la peine de prononcer ces mots d'amour mais se rendit compte que son amant était toujours morose dans ses bras, alors il eut recours à son atout — le secret qu'il ne comptait pas révéler si vite à Yan Tuo car il avait eu l'intention d'en profiter encore à cet avantage.

« Bébé, quand tu es né, tu avais un miroir de prédiction, n'est-ce pas ? Ce miroir a été conçu par mon pouvoir et je peux le contrôler, » fit Shi Jian.

De crainte que l'autre homme ne le croit pas, il tendit la main et invoqua le miroir. Le miroir que Yan Tuo avait posé sur la table de nuit apparut devant eux. Cela n'avait rien d'exceptionnel. Après tout, Shi Jian était un puissant démon et il lui était facile d'invoquer de force l'arme magique d'un autre. Ce qui choqua Yan Tuo fut que le miroir qui avait toujours prédit au mieux le futur pour lui selon ses souhaits rejouait actuellement les scènes de la veille ! Cela n'était encore jamais arrivé !


En regardant les scènes dans le miroir, le visage du prince devint rouge.

Shi Jian toussota et son amant devint furieux et embarrassé à la fois. Il coupa rapidement l'image du miroir.

« Tu me crois cette fois ? C'est ton arme magique innée mais je peux facilement la contrôler parce qu'elle est composée de mon pouvoir. La caractéristique de mon pouvoir, c'est que je peux contrôler le temps, y compris prédire le futur ou revoir le passé. Alors bébé, même si toi et moi ne le savons pas ou ne nous rappelons de rien, nous avons un lien profond.

« Quand tu es venu au monde, tu as pris une partie de moi. Non seulement ce miroir représente mon pouvoir... mais aussi mon cœur.

« Voilà pourquoi je n'avais vraiment aucun désir avant de te rencontrer. Voilà pourquoi tu es le désir qui m'était destiné. »


Yan Tuo était complètement abasourdi, allongé dans les bras de Shi Jian, avec des yeux et des joues rouges. Il n'aurait jamais cru que l'indifférent et impitoyable directeur Shi le tiendrait un jour comme ça, lui racontant une telle histoire d'amour pour lui expliquer désespérément qu'il était son désir et pas juste un simple désir.

Yan Tuo ne put s'empêcher de lever la tête, prit l'initiative de passer ses bras autour du cou de Shi Jian, l'embrassa sur les lèvres, ferma les yeux et murmura :

« D'accord, je vois. Je prendrai mes responsabilités quoi qu'il arrive. Même si tu es un démon et que tu m'as caché plein de choses, je ne fuirai pas mes responsabilités envers toi... Mais puisque tu es déjà à moi, tu vivras avec moi désormais. Tu n'as pas le droit de t'en aller et de faire des vilaines choses comme le démon du vent, et tu n'as pas le droit d'enfreindre les préceptes de ma famille... »

Plus il parlait, plus il se perdait et au bout du compte son discours devenait de moins en moins logique. Le directeur finit par ne plus pouvoir en supporter davantage et il baissa la tête pour l'embrasser avec ardeur et ainsi faire taire le prince.

* * *

Après ça, Yan Tuo vécut vraiment la vie de couple idéale montrée par le miroir prophétique. Il garda secret le fait que Shi Jian était un démon parce qu'il se disait que tant que son amant ne faisait rien de mal et au contraire faisait le bien, son identité et ses origines n'étaient pas importantes. Si au contraire son identité de démon était révélée au grand jour, cela leur apporterait plein d'ennuis, en tout cas ce ne serait pas facile pour son père, Yan Qingtian, de l'accepter.

Les Immortels et les habitants de l'Autre Monde pouvaient également mourir. Soit c'était parce qu'ils avaient commis un crime odieux et subi un châtiment divin ou bien parce qu'ils avaient subi une calamité naturelle ou causée par l'homme et ainsi perdu leur âme. Soit parce qu'ils n'avançaient plus dans leur cultivation et que les cinq signes de déclin On dit que bien que la vie des êtres célestes soit longue, quand ils meurent, il y a cinq signes, à savoir, des vêtements gras, des fleurs fanées sur la tête, un corps sale, de la sueur sous les aisselles et des gens malheureux. (1) apparaissaient et que la personne mourait naturellement. Chacun pratiquait selon sa propre voie. En gros, à long ou à court terme, quand ils sentaient qu'il n'y avait plus aucun progrès dans leur cultivation, afin d'éviter le sort des cinq signes de déclin des hommes et des dieux, ils préféraient rejoindre le cycle de réincarnation et chercher de nouvelles perspectives et avancements dans leur prochaine vie.


En tant que seigneur de l'Autre Monde, Yan Qingtian avait de nombreux mérites et il n'était pas du genre à perdre facilement son pouvoir mais il était plus ouvert d'esprit que les gens ordinaires. Il ne se souciait guère de la gloire et la fortune et à ses yeux, régner sur l'Autre Monde était plus une responsabilité. Après que Yan Tuo et Shi Jian se soient mariés, il régna sur l'Autre Monde pendant encore mille ans et Yan Tuo devint un prince oisif Un titre dans la Chine ancienne : en gros, Yan Tuo est prince mais ne va pas hériter du trône donc il profite de tous les avantages ! (2) pendant ces mille ans. Puis Yan Qingtian céda la position de seigneur de l'Autre Monde à la plus vertueuse et capable des personnes et, avec la mère de Yan Tuo, fit ses adieux à son fils et Shi Jian et se prépara à entrer de nouveau dans le cycle de réincarnation afin de se rendre compte des affaires de la vie humaine.


Shi Jian avait toujours eu le sentiment qu'il n'appartenait pas à ce monde. Après que Yan Qingtian leur ait fait ses adieux, sachant que Yan Tuo n'avait plus aucun profond intérêt pour le monde, il proposa de l'emmener ailleurs.

Ainsi ils se rendirent tous les deux dans les profondeurs des Enfers. Shi Jian reprit son corps originel de démon, enveloppa son amant dans ses ailes et le conduisit aux tréfonds des abysses que nul ne pouvait atteindre — il faisait noir là-bas, de la lave rouge coulait du ciel, il n'y avait aucune vie et même le temps semblait figé.

Dans ce lieu sans la moindre interruption, comme s'ils étaient les deux derniers êtres au monde, le directeur Shi embrassa son amant pour une durée inconnue, jusqu'à ce que les deux hommes décident de quitter ce monde.


Note de Karura : Pour une fois, Yan Tuo n'hérite pas du trône et préfère se la couler douce avec son amant. Est-ce vraiment une fin heureuse ? En tout cas, Shi Jian est ravi d'avoir son Yan Tuo pour lui tout seul !

Le prochain arc se déroule dans un monde futuriste et je dois vous dire que c'est mon arc favori (et le plus long de tous) ! Encore une fois, l'auteur change de scénario. À savoir que non seulement Shi Jian et Yan Tuo ne sont pas ensemble mais ils ne se connaissent pas sinon de nom et même après leur rencontre, il n'est pas question de tomber amoureux ou de coucher ensemble parce... Miaou. 😁


Notes du chapitre :
(1) On dit que bien que la vie des êtres célestes soit longue, quand ils meurent, il y a cinq signes, à savoir, des vêtements gras, des fleurs fanées sur la tête, un corps sale, de la sueur sous les aisselles et des gens malheureux.
(2) Un titre dans la Chine ancienne : en gros, Yan Tuo est prince mais ne va pas hériter du trône donc il profite de tous les avantages !






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !