Prisonnier du Temps 71

Chapitre Soixante-et-Onze : Fortune


Shi Jian décida donc de se trouver un travail qu'il pourrait accomplir chez lui, de sorte que tout en jouant avec son chat et en prenant soin de son bébé, il ne nuirait pas pour autant à son grand projet de gagner de l'argent afin de subvenir aux besoins de sa famille.

Derniers chapitres parus :
Cent façons de tuer un prince charmant 1 à 3
La Renaissance du Suprême Immortel 1 à 5
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 53 et 54
Prisonnier du Temps 88 et 89
Le Prince Solitaire 2 02
Ancient Gods Sanctuary 19
Prisonnier du Temps 87
Esprit Malin 11 et 12

De nos jours la science et la technologie étaient très développées : contrairement à l'ère primitive, des tâches basiques comme la comptabilité pouvaient être faites pour vous par les ordinateurs. Quand il y avait besoin d'embaucher des humains, c'était pour des métiers artistiques qui nécessitaient de l'émotion, de la communication, de l'adaptabilité et un sens créatif. Des métiers simples qui ne nécessitaient aucune compétence ou qualification particulière étaient difficiles à trouver.

Cependant Shi Jian avait trouvé quelque chose et attendait la réponse de l'autre personne.


Ces dernières années, la Fédération avait incorporé de nombreux astéroïdes marginaux sous sa bannière. La plupart de ces astéroïdes avaient développé leur propre culture spécifique et ils possédaient aussi de nombres œuvres littéraires et artistiques de valeur. La majorité de ces œuvres n'étaient pas protégées par des droits mais elles étaient écrites dans la langue propre à l'astéroïde. Une maison d'édition de la Fédération y avait vu une bonne opportunité commerciale et espérait être la première à traduire et publier ces œuvres.

Cependant il y avait bien trop de textes et beaucoup incluaient des références culturelles que seuls les autochtones des astéroïdes pouvaient comprendre. Afin de réduire le coût et, plus important, de ne pas laisser filer cette occasion, la maison d'édition avait décidé de trouver des étudiants en provenance de ces astéroïdes et qui fréquentaient actuellement des écoles de la Fédération afin de traduire et d'annoter les textes. Ensuite la maison d'édition trouverait quelqu'un pour affiner le travail de traduction. C'était le mieux à faire en terme de coût et de temps.


Shi Jian avait vu l'annonce de recrutement dans la section de recherche d'emploi du forum de l'académie. Cela disait qu'ils voulaient recruter des étudiants qui venaient de l'étoile de Shuishuiya ou qui parlaient bien le langage de cette planète pour une traduction. Shi Jian ne venait pas de là mais il connaissait un peu la langue alors il avait essayé de traduire le texte d'essai et l'avait envoyé. La maison d'édition venait juste de lui répondre et il était engagé.

Il négocia le montant du salaire avec la maison d'édition et reçut le manuscrit ainsi qu'une avance après la signature du contrat. Shi Jian fit rapidement le calcul : s'il traduisait suffisamment vite, il pourrait gagner bien plus qu'en travaillant au café tout en travaillant la même durée. Le plus important était que ce travail lui permettrait de tenir son chat dans ses bras et de jouer avec lui tout en travaillant.

Il décida donc d'accepter ce travail de traduction et de chercher en même temps des boulots similaires.


À ce moment, la maison d'édition lui envoya un message :

« Désolé de vous déranger. Connaissez-vous des étudiants qui viennent de ces astéroïdes ou qui en connaissent la langue et la culture ? Nous avons d'autres textes à traduire. »

S'ensuivait le nom de plusieurs astéroïdes marginaux.

Pour être honnête, cela faisait six mois que Shi Jian était entré à l'académie et il avait passé tout son temps libre à travailler alors il ne connaissait pas vraiment ses camarades. Cependant il jeta un regard au chaton qui dormait sur ses genoux, fatigué d'avoir joué. Il hésita puis répondit :

« Je connais beaucoup de gens qui viennent de ces astéroïdes donc on traîne souvent ensemble. Mais je ne suis pas sûr qu'ils correspondent à vos attentes. Envoyez-moi les textes d'essai à traduire et je le leur transmettrai séparément. S'ils vous conviennent, je pourrai signer un contrat général avec vous. Cependant comme il y a beaucoup de gens, vous allez devoir attendre plus longtemps. »

La maison d'édition voulait seulement trouver les bonnes personnes au plus vite. En recevant ce message, ils acceptèrent rapidement et envoyèrent aussitôt les textes d'essai.


* * *

Quand Yan Tuo se réveilla, il vit Shi Jian très occupé sur son ordinateur apparemment très concentré.

Il se leva sur les genoux de Shi Jian, se dressa sur ses pattes arrière et tendit ses pattes avant afin de voir ce que faisait l'autre homme. Mais c'était trop difficile pour lui de se tenir debout sur deux pattes seulement alors il résista un moment avant de retomber sur les genoux de l'homme.

Le prince resta allongé un moment, marinant dans la frustration, puis il se releva et changea de stratégie. Il se retourna, leva à nouveau ses pattes avant puis les posa sur l'abdomen de Shi Jian. Il essaya de s'agripper à ses vêtements afin d'escalader. Malheureusement l'abdomen de Shi Jian était aussi dur qu'un mur. Il fit plusieurs tentatives mais ne parvint pas à ses fins. Il resta debout contre Shi Jian sans tomber puis il se mit à miauler.


Shi Jian tendit la main pour le soulever, le serra contre lui et le cajola :

« Pas de bêtise, bébé. Je jouerai avec toi plus tard et quand j'aurai fini, je t'achèterai des gâteaux, d'accord ? »

Il posa Yan Tuo sur la table puis se reconcentra sur son ordinateur.

Il avait remarqué que Yan Tuo s'était réveillé mais il avait laissé le petit gars s'agiter sur ses genoux sans l'intention de s'occuper de lui. Qui aurait deviné que ce petit gars ferait de plus en plus de bruit au point de perturber sa concentration et d'être agaçant ?

Quand Yan Tuo fut posé sur la table, il courut droit à l'ordinateur avec ses deux paires de petites pattes et tendit son minuscule cou pour mieux voir. Son but avait été de voir ce que faisait Shi Jian ; maintenant qu'il était arrivé à ses fins, il se tiendrait tranquille.

Shi Jian tapota ses petites fesses et le gronda en riant :

« Vilain curieux, tu veux absolument tout savoir. »

Il cessa ensuite de faire attention à lui et le laissa regarder.


Yan Tuo vit deux documents ouverts sur l'ordinateur portable de Shi Jian. À gauche le texte était écrit dans la langue de l'astéroïde que Yan Tuo ne pouvait pas lire tandis qu'à droite c'était dans la langue commune. Shi Jian donnait des instructions à son portable pour qu'il cherche toutes les informations sur cette astéroïde. Il y avait une tonne de documents à ce sujet sur son portable et l'ordinateur rangeait automatiquement les moins utiles dans un dossier temporaire.

Yan Tuo en resta ébahi. Pas étonnant que Shi Jian avait l'air si occupé et concentré. Il était en train d'apprendre en autodidacte la culture et la langue d'une douzaine d'astéroïdes avec quelques enregistrements, tout ça en traduisant en même temps des extraits d'anciens livres de ces planètes !

Ce n'était pas impossible en théorie mais il fallait en général au moins plusieurs mois pour apprendre la culture et la langue d'une petite civilisation. Cependant Shi Jian en avait appris plus d'une douzaine en une journée et qui plus les avait appris au point de pouvoir faire des traductions précises. Apparemment il avait déjà fini six ou huit études. Pendant que Yan Tuo avait dormi, Shi Jian avait déjà achevé la moitié de son travail...


Une fois les essais de traduction terminés, Shi Jian se détendit et s'étira les bras. Il souleva ensuite Yan Tuo qui était collé contre l'ordinateur et le disputa :

« Tu ne dois plus rester si près d'un ordinateur. J'ai vu des gens dire sur le Starnet que ce n'était pas bon pour un chaton d'être trop près d'un écran. »

Son air alarmiste fit soudain penser Yan Tuo à son grand-père.

Il souffla, roula paresseusement dans les bras de Shi Jian puis se retrouva sur le dos avec les quatre pattes en l'air. Il étira sa taille puis se figea, exposant son doux petit ventre.

Shi Jian caressa doucement son doux ventre puis le remit sur le lit. Il fit :

« Tu as faim, bébé ? Joue un peu le temps que je te fasse à manger. »


Shi Jian avait retenu la leçon cette fois : de crainte que le chaton le repère à nouveau en train de manger des nutriments et lui fasse des histoires, il se fit simplement un velouté de citrouille avec de la citrouille géante fraîche, un peu de farine, du sucre et du lait frais.

La citrouille géante était une sorte de potiron mutant typique de la planète Mutian. Elle poussait très rapidement et atteignait une taille immense en peu de temps. Elle contenait peu de nutriments et le goût était plutôt fade, mais elle n'était pas chère et elle remplissait l'estomac. Quand Shi Jian était allé au centre commercial la veille au soir, il était tombé sur une promotion sur les citrouilles géantes alors il avait acheté une tranche pour se la préparer.

Il prépara aussi deux petite gâteaux au lait pour chaton en suivant la recette sur Starnet. Il se dit que cela devrait suffire à son chaton sauf qu'une fois qu'il eut préparé la nourriture et tout servi sur la table, le chaton montra un vif intérêt pour son velouté de citrouille. Shi Jian le cajola pour qu'il mange les deux gâteaux au lait puis le laissa boire la moitié de son bol de velouté à la citrouille. Le chaton lapa si joyeusement que les poils blancs autour de sa bouche étaient devenus jaunes.


Shi Jian le nettoya, finit de débarrasser la table puis se rendit dans la cuisine pour boire en secret la moitié d'un sachet de nutriment. De retour, il découvrit son chaton allongé sur le dos sur la table. Quand l'animal le vit, il leva la tête et miaula misérablement dans sa direction.

Shi Jian s'approcha et découvrit que l'animal avait mangé de trop. Ce petit gars ne semblait pas du tout connaître son appétit. Aujourd'hui quand il avait vu le délicieux velouté de citrouille, il l'avait simplement lapé sans réfléchir. Shi Jian avait cédé à son caprice : ce petit être pouvait se montrer si difficile en matière de nourriture alors pour une fois qu'il aimait manger quelque chose, Shi Jian n'avait pas voulu le priver de ce plaisir. Résultat, le chaton s'était empiffré de trop.


Shi Jian se sentit angoissé en voyant à quel point le chaton n'était pas dans son assiette. Il toucha son ventre rond qui était bien plus rond qu'avant le repas. Il soupira, souleva le petit être et le posa sur ses genoux. Tout en continuant de taper sa traduction de la main droite, il frotta doucement le ventre de son chaton de la main gauche. Après avoir travaillé tout l'après-midi, il avait pris de l'expérience et calcula qu'en continuant de travailler à ce rythme, il pourrait finir les traductions et les envoyer à la maison d'édition avant de se coucher ce soir.


Quand Shi Jian acheva tout le travail et se préparait à se laver avant d'aller au lit, il se rendit compte que le petit gars avait l'air très confortable de se faire frotter le ventre par lui. Il s'était gentiment endormi sur ses genoux à un moment donné. De temps en temps il faisait des petits bruits très légers en rythme avec le mouvement de sa main. Sa petite patte était posée sur sa cuisse et il la pétrissait de temps en temps. Allez savoir de quoi il rêvait pendant son sommeil.

Shi Jian eut un léger sourire. Il prit le chaton dans ses bras et le posa sur le lit. Après s'être lavé, il se coucha à son tour en serrant le chaton contre lui et s'endormit.


* * *

On était lundi le lendemain et Shi Jian devait aller en cours à l'académie militaire. Bien entendu, il était inquiet à l'idée de laisser le chaton seul dans l'appartement alors il prévoyait de l'emmener avec lui à l'académie.

Dans la matinée il reçut une réponse de l'éditeur qui avait approuvé l'essai de traduction et décidé de signer un contrat avec lui.

Shi Jian soupira discrètement de soulagement. Bien que c'était difficile de traduire autant de textes, avec l'argent que cela lui rapportait il n'aurait plus besoin de travailler pour le moment ou de participer à des combats de mechas clandestins. Ainsi le chaton n'aurait pas besoin d'être transbahuté partout avec lui. Il pourrait rester tranquillement à l'appartement à se faire cajoler par Shi Jian, sans parler du fait que le chaton s'inquiétait pour lui et refusait même de bien manger.

Mais Shi Jian avait bien conscience que ce ne serait qu'un début et que c'était temporaire. S'il voulait que son bébé mène la vie insouciante qu'il voulait pour lui, il devait faire encore plus d'effort et trouver le moyen de gagner une fortune.







Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !