Prisonnier du Temps 75

Chapitre Soixante-quinze : Un prince


Plusieurs hommes en uniformes noirs entourèrent le petit garçon, l'impuissance et la panique évidentes sur leur visage.

Derniers chapitres parus :
Cent façons de tuer un prince charmant 1 à 3
La Renaissance du Suprême Immortel 1 à 5
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 53 et 54
Prisonnier du Temps 88 et 89
Le Prince Solitaire 2 02
Ancient Gods Sanctuary 19
Prisonnier du Temps 87
Esprit Malin 11 et 12

À ce moment, un jeune homme grand et dynamique vêtu de blanc arriva. Il regarda l'homme qui était de toute évidence le chef et plissa le front avec mécontentement.

« Pourquoi An Ru est en train de pleurer ? »

Avant même qu'un des hommes puisse ouvrir la bouche, le garçon avait couru vers le jeune homme comme s'il venait de voir son sauveur. Il désigna Shi Jian du doigt en sanglotant et en se plaignant :

« Il m'a frappé, cet homme m'a frappé ! »

Tout en parlant, il montra son poignet au jeune homme. Shi Jian avait bien serré son poignet pour qu'il lâche le chaton. Même s'il n'avait pas fait usage de toute sa force, le poignet du garçon était vraiment rouge.


Le jeune homme jeta un regard indifférent au garçon, recula discrètement d'un pas et rappela d'un ton léger :

« An Ru, surveille tes manières. »

Le petit garçon qui pleurait depuis un moment entendit ces paroles extrêmement froides. Il sanglota deux fois et cessa de brailler mais il ne put cesser ses larmes et ses sanglots comme si c'était la première fois de son existence qu'il avait connu une telle injustice.

Le jeune homme se tourna ensuite vers Shi Jian qui tenait son chaton dans ses bras. Il fronça les sourcils et s'enquit :

« Tu as touché mon frère ? »

Il n'employa pas le mot frapper car il comprenait bien que ce n'était rien de grave ; il ne demanda pas non plus la raison d'un tel geste car il connaissait aussi le tempérament du garçon. Tout cela n'était pas le problème. Le problème, c'était qu'un être inférieur qui vivait dans ce genre d'endroit s'était permis de toucher un des siens, quand bien même il s'agissait de ce petit-frère qu'il n'appréciait vraiment pas. Il était mysophobe à l'extrême, c'était comme si son nom de famille An au-dessus de sa tête venait de se faire souiller par ce jeune homme.


Les yeux du jeune homme se posèrent sur l'uniforme de l'académie que portait Shi Jian.

« Tu appartiens à la Première Académie ? »

Cette découverte apaisa un peu sa mysophobie. Les étudiants de la Première Académie étaient un peu mieux que les autres habitants inférieurs de cette planète, et la souillure de son nom An en paraissait amoindrie.

Shi Jian garda les yeux baissés et ignora totalement l'autre personne. C'était le garçon qui s'en était pris à son chat en premier lieu. Avant qu'il ait eu le temps de régler ce problème, l'autre personne était intervenue de manière inattendue en lui posant toutes ces questions, ce qui était ridicule.

Il était une sorte de rebelle : bien qu'il ait grandi dans un orphelinat en ruines sur une planète lointaine, il n'avait jamais craint ou admiré les puissants comme s'il était au-dessus de tout ça et négligeait ces existences insignifiantes. Bien sûr qu'il pouvait voir que la famille de ce garçon n'était pas ordinaire, contrairement aux gens du commun ou aux nobles de la planète Mutian, mais cela ne changeait en rien son attitude.


Après avoir confirmé que Shi Jian était bien un étudiant de la Première Académie Militaire Fédérale, il se dit que le tempérament et l'apparence de ce jeune homme étaient remarquables. Du coup l'inconfort à l'idée que le nom An ait été souillé disparut grandement. Il décida de se montrer clément.

Néanmoins il ne pouvait pas laisser partir comme ça quelqu'un qui avait osé toucher un An. En plus, le dédain et le fait que l'autre l'ignore l'agaçait un peu. Alors il regarda Shi Jian et fit :

« Voici ce que je te propose : puisque tu étudies à la Première Académie, nous allons nous affronter. Si tu gagnes, tu ne seras pas tenu responsable de ce qui s'est passé aujourd'hui. Si tu perds, tu devras te prosterner trois fois et implorer le pardon des An. »

Si l'autre s'était montré plus amiable, il l'aurait même laissé partir sans chercher plus loin. Mais son attitude lui donnait à présent envie de lui donner une bonne leçon et de l'obliger à reconnaître sa défaite et à renoncer à son air de fierté et de dédain — jamais personne ne s'était comporté ainsi devant lui.

Il donna donc une chance à son adversaire tout en sachant que ce serait impossible pour lui de gagner.


Yan Tuo écouta les propos sans queue ni tête de l'autre et ne put s'empêcher de rouler des yeux discrètement — bien que lui-même provenait d'une famille très distinguée, jamais il n'aurait osé se comporter de manière aussi rude, l'autre ne manquait pas d'air.

Ces gens étaient tout bonnement anormaux. Quel genre d'endroit pouvait produire des gens qui ne se prenaient pas pour de la merde ? Lui qui était le seul et unique prince impérial n'aurait jamais osé adopter une attitude si indigne de "ne pas tenir la victime pour responsable", c'était tout bonnement du grand délire.

De plus même sans considérer le futur statut de Shi Jian, il était pour le moment un humain de son entourage... et même l'humain choisi par le prince de l'Empire pour le servir. L'autre homme était tout bonnement en train de provoquer son autorité !


Yan Tuo en fut si furieux qu'il miaula dans les bras de Shi Jian. Ce dernier crut qu'il était blessé alors il le tâta rapidement des pieds à la tête. Il fut légèrement soulagé de ne rien trouver mais décida néanmoins d'emmener son bébé à l'hôpital au plus vite.

Tout en y songeant, il embrassa le chat à la base de sa queue puis hocha froidement la tête en direction de l'autre homme pour accepter sa proposition.

Yan Tuo en trembla de rage. Il tapota le torse de Shi Jian avec ses petites pattes pour lui ouvrir les yeux — c'était de toute évidence une proposition honteuse, pourquoi acceptait-il ?!


Shi Jian crut que le chaton avait eu très peur tout à l'heure et qu'il agissait ainsi comme un bébé pour réclamer son attention. En effet pour lui, les douces pattes du chaton étaient comme une légère caresse sur son corps alors il ne voyait aucune autre explication pour ce comportement, à part que son chat faisait le bébé.

Shi Jian se dépêcha d'embrasser la petite tête du chaton et lui promit :

« Ne t'en fais pas, bébé. Je ne te quitterai plus jamais des yeux désormais. Même si je ne peux pas te voir pendant un moment, je trouverai un moyen de te garder en sécurité. Bébé, je te promets que ce genre d'incident n'arrivera plus jamais. »


* * *

Bien entendu, l'affrontement mentionné était un combat entre mechas. Un tel combat devait avoir spécialement lieu sur un terrain d'entraînement de mecha. Alors le jeune homme en blanc se rendit avec Shi Jian au dernier étage du centre commercial où il y avait un tel terrain — le centre commercial choisi par Shi Jian était l'un des plus complets de la planète Mutian alors bien évidemment il y avait un terrain d'entraînement pour mecha au dernier étage.

Les gens qui n'avaient pas leur permis de mecha ne pouvait pas piloter en privé mais dans ce genre de salle d'entraînement officielle qui avait l'approbation du gouvernement, les simples citoyens de seize ans ou plus pouvaient apprendre à piloter un mecha avec un instructeur et les étudiants des académies militaires pour y louer un mecha pour s'entraîner sans supervision.


Il y avait d'autres académies militaires autour de la planète Mutian en dehors de la Première Académie Militaire Fédérale. Beaucoup d'étudiants choisissaient de payer un abonnement pour s'entraîner régulièrement dans ce genre de terrain en dehors des campus. Des adolescents qui souhaitaient intégrer une académie militaire venaient également pour apprendre en avance à piloter un mecha. La demande était en plein boom alors il y avait plein de salles d'entraînements comme celle-ci sur la planète Mutian.

Pour justifier de leurs identités, Shi Jian présenta sa carte d'étudiant et le jeune homme présenta son permis de mecha, ce qui prouvait que ce dernier était aussi un étudiant militaire ou bien qu'il avait fait ses études dans une académie militaire voire même qu'il était un officier militaire en fonction. Après avoir vérifié leurs identités, l'employé leur réserva rapidement un terrain de combat et leur demanda diligemment s'il leur fallait des mechas de location.

Le jeune homme agita la main pour indiquer que non mais Shi Jian acquiesça à l'adresse de l'employé. Ce dernier passa rapidement la commande sur l'écran dédié à la réservation de mechas.


Le terrain d'entraînement était situé au dernier étage du plus complet des centres commerciaux de la planète Mutian. Naturellement les installations étaient plus qu'acceptables à tout point de vue et le coût de la location d'un mecha était plus élevé que sur un terrain d'entraînement ordinaire. Même s'il avait de l'argent désormais, le besoin d'économiser et de subvenir aux besoins de son chat était profondément gravé dans le cœur de Shi Jian alors il n'hésita pas à choisir le moins cher des mechas.

Les deux adversaires prirent place chacun de leur côté du terrain. Comme Shi Jian allait se battre, évidemment il ne prit pas le risque d'amener son bébé chat dans le dangereux cockpit alors il souscrivit un service de "dépôt de bien précieux" pour qu'un membre du personnel surveille son chat.


Yan Tuo jeta un seul regard aux deux mechas et une sueur froide coula le long de son dos — la différence entre les deux était bien trop importante.

Pour être honnête, les mechas de ce terrain d'entraînement étaient plutôt en bonne condition. Même le moins cher des mechas valait toujours mieux que les mechas d'entraînement dont Shi Jian se servait à l'école ou encore le mecha gris piloté lors des combats clandestins, mais cela n'était rien comparé au mecha blanc du jeune homme.

En tant que prince de l'Empire, Yan Tuo avait déjà vu de rares mechas de très haut niveau. Il dut reconnaître aussi que ce mecha blanc était sûrement un cran en dessous du mecha qu'il possédait autrefois. Même si Shi Jian était très fort, il ne faisait guère le poids face à son adversaire avec des conditions matérielles si inégales.


Il miaula en direction du terrain et alla même jusqu'à se coucher sur le dos avec les quatre pattes en l'air pour jouer les mourants et attirer ainsi l'attention de Shi Jian. Il devait rappeler cet homme, la différence était trop grande, il n'avait aucune chance de gagner et il risquait même de se faire blesser face au puissant système d'attaque du mecha ennemi.

Un gentilhomme obtiendra toujours vengeance même si cela lui prend dix ans. Inutile de te battre pour moi maintenant.

Yan Tuo s'agita désespérément mais Shi Jian était déjà assis dans le cockpit et ne prêtait aucune attention au chaton qui était allongé sur le tabouret en miaulant et en prétendant être à l'agonie.

Yan Tuo ne put qu'observer le début du duel — les deux adversaires avaient déjà signé un contrat de duel avant de commencer. C'était un contrat habituel dans la galaxie pour des combats de mechas. Il était stipulé que les adversaires ne devaient pas employer des méthodes mortelles durant le combat. De plus, si la vie d'un des adversaires était volontairement mise en danger ou s'il subissait de graves blessures qui affecteraient sa vie future, l'autre partie en assumerait l'entière responsabilité ; toutefois en ce qui concernait les blessures qui ne rentraient pas dans ces deux catégories ou les blessures graves accidentelles, les deux parties étaient absoutes de toute responsabilité.


Quand Shi Jian avait signé ce contrat avec l'autre jeune homme, il avait aussi accepté la condition sur les excuses et la non-responsabilité mentionnée par l'autre.

Yan Tuo devint furieux en y songeant. L'autre partie profitait honteusement de son mecha avancé pour tyranniser les gens et Shi Jian avait réellement accepté les conditions de l'autre. Sans riposter, il avait signé un contrat complètement déraisonnable à la demande de l'autre homme — si Shi Jian gagnait, il ne serait pas tenu pour responsable ? C'était clairement évident que c'était eux qui avaient martyrisé son chaton les premiers alors c'était plutôt eux qui devraient être tenus pour responsables !

C'est vraiment... de l'abus de pouvoir, il n'a rien du tout d'un prince, songea furieusement le chaton en agitant sur ses quatre pattes en l'air.







Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !