Prisonnier du Temps 87

Chapitre Quatre-vingt-sept : Très satisfait


Le lendemain matin.


Yan Tuo s'assit sur le lit en serrant la couverture avec horreur et regarda son corps qui portait les traces évidentes de ce qui s'était passé durant la nuit, et apparemment cela avait été des plus intenses. Avec le recul, il réalisa que la nuit précédente il avait sans doute procuré à son oncle le parfait allié sans le vouloir. À en juger par les traces restantes, cette Excellence avait définitivement pris du bon temps.

Pourtant les rumeurs disaient toutes qu'il était du genre froid et sans émotion, un commandant de glace à la volonté de fer attiré ni par les hommes ni par les femmes et quasiment sans aucune faiblesse. De ce qu'il en avait vu, Shi Jian était effectivement conforme aux rumeurs pourtant il avait fait apparemment une exception avec Yan Tuo et s'était bien amusé. Est-ce que Shi Jian serait si content de son cadeau qu'il allait envoyer une flotte pour aider son oncle à se rebeller et à chasser père et fils ?

Derniers chapitres parus :
Esprit Malin 25 à 27
Cent façons de tuer un prince charmant 12 et 13
La Renaissance du Suprême Immortel 26 à 30
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 63 et 64
Le Prince Solitaire 2 07
Ancient Gods Sanctuary 24
Esprit Malin 22 à 24

Yan Tuo réfléchit intensément et quelques fragments de souvenirs de la veille lui parvinrent — il se souvint qu'il avait eu anormalement chaud et que rien ne semblait pouvoir le soulager. De plus l'autre homme n'avait pas réagi comme prévu et ne l'avait pas chassé sans pitié de sa chambre. Au contraire il l'avait mis au lit et l'avait pris dans ses bras... et lui s'était accroché à l'autre homme sans pouvoir se contrôler et lui avait clairement demandé du plaisir. Après ça, bien qu'il pouvait encore se rappeler du reste, il ne voulait plus jamais y penser...

Selon les règles de cette ère intersidérale, il était en âge de se marier mais à cause de sa grande perspicacité, il avait vécu jusqu'à ce jour sans se laisser aller à des histoires d'amour. Bien qu'il y avait une foule de gens prêts à se jeter dans ses bras ou qui exprimaient un intérêt, il n'avait jamais ressenti d'émotion forte pour qui que ce soit, sans parler d'avoir des rapports intimes. Il n'aurait jamais cru que la première fois de sa vie où il briserait ce principe, ce serait avec quelqu'un d'aussi particulier et difficile...

Yan Tuo fronça les sourcils et grogna. Il décida de profiter de la première occasion venue pour se sauver.


Pendant qu'il songeait à son plan d'évasion, l'homme était déjà sorti de la salle de bains en ne portant qu'un pantalon de pyjama, pas de haut. Son corps était encore mouillé par endroit et ses cheveux noirs dégoulinaient un peu. Apparemment ils avaient été ressuyés en vitesse et pas séchés convenablement.

Yan Tuo ne remarqua que maintenant qu'il était lui-même propre et rafraîchi. Apparemment on avait pris soin de lui.

L'autre homme s'approcha de lui d'un air naturel et avec familiarité. Il s'assit près de lui, l'enlaça par derrière et mordilla son oreille en disant :

« Bébé, tu as été si bon hier. »

Après avoir goûté à ce plaisir, Shi Jian ne pouvait qu'en redemander. Aussi loin que remontait ses souvenirs, il n'avait jamais connu une si merveilleuse expérience. Le plus important était que celui qui s'était pressé contre lui et l'avait aimé était le tendre bébé qui était la paume de sa main La prunelle de ses yeux. J'ai gardé l'expression chinoise comme dans un précédent chapitre parce qu'il y a un truc avec Yan Tuo et la paume de Shi Jian ! 😄 (1). Alors quand Shi Jian l'avait vu tenir la couverture misérablement sur le lit, dévoilant ses épaules et sa clavicule, il ne put se retenir davantage et se mit à mordiller et embrasser l'oreille de Yan Tuo.


Yan Tuo gémit doucement et posa instinctivement la main sur l'épaule de l'autre homme.

À en juger par la situation actuelle, son identité n'avait pas encore été découverte mais il ne comprenait pas pourquoi Shi Jian semblait si satisfait de lui. Il était à présent complètement sous le contrôle de l'autre homme donc il ne devait pas révéler sa véritable identité tant qu'il ne se serait pas enfui, autrement la situation allait devenir très dangereuse pour lui.

Quant au fait d'être intime avec Shi Jian, cela ne le rebutait pas vraiment. Tout d'abord parce que même sans connaître son identité, Shi Jian l'appréciait énormément, que ce soit son apparence ou son tempérament. Ensuite Shi Jian était une personnalité importante de la Fédération. Dans des circonstances ordinaires, Yan Tuo avait beau être le prince de l'Empire, il lui serait impossible d'entretenir une relation avec l'autre homme. Et à en croire les souvenirs épars de Yan Tuo, ils avaient déjà fait tout ce qu'ils auraient dû et n'auraient pas dû faire la nuit dernière. Étrange la première fois mais ensuite on s'y faisait très vite, les preuves empiriques montraient qu'il acceptait très bien ce fait à la fois physiquement et mentalement, alors il n'y avait pas à se poser de question.


* * *

Cependant, Yan Tuo se rendit vite compte que ses espoirs étaient vains.

Il n'avait pas la moindre chance de s'échapper. L'attitude de Shi Jian à son égard était des plus inhabituelles. Il ne le traitait pas comme une petite douceur rencontrée par hasard mais plutôt comme un trésor rare qu'il ne devait pas perdre. Cela avait été très clair lorsqu'ils étaient intimes. Même en dehors de ces moments, Shi Jian se montra extrêmement attentionné avec lui et ne le lâcha pas d'une semelle de la journée. Au moment du repas, il le nourrit patiemment de sa propre main. Quand il s'adressait à lui, il l'appelait toujours "bébé" d'un ton doux et affectueux, ce n'était pas comme ça qu'on s'adressait à une aventure d'un soir.

Yan Tuo restait perplexe devant la conduite difficile à comprendre et anormale du grand commandant de la Fédération. Il s'était dit tout d'abord qu'il était hors de question qu'il accepte des gestes aussi soigneux et ce nom nauséeux mais en fin de compte, il acceptait très bien tout ça. Pire encore, quand Shi Jian l'appelait bébé, il savait instinctivement qu'il l'appelait et il levait alors la tête vers lui par pur réflexe.


Après le repas, Shi Jian lui ressuya personnellement la bouche et les mains comme si Yan Tuo était manchot. Il prenait soin de lui de toutes les manières possibles.

Après l'avoir ressuyé, Shi Jian lui demanda de s'allonger. Yan Tuo fut pris au dépourvu et songea que le beau commandant de la Fédération si propre sur lui était en fait rempli de désir et voulait lui faire faire un exercice vigoureux. Toutefois il ne s'attendait pas à ce que l'autre homme se contente de s'asseoir à côté de lui et de caresser doucement son estomac. Les caresses étaient assez légères, en tout cas il se sentait bien et finit par s'endormir après un moment.

C'était comme si son instinct lui disait qu'il était en sécurité et à l'abri avec cet homme.


Il n'a pas changé, il fait la sieste dès qu'il a l'estomac plein. Sauf que pour une fois il ne m'a pas tapé et forcé à le prendre dans mes bras pour le promener dehors. C'est parce qu'il est un peu plus âgé ? Shi Jian se pencha et utilisa des ciseaux pour couper quelques cheveux de la tête de Yan Tuo. Il les mit dans un sac qu'il scella puis ouvrit la porte. Le majordome attendait de l'autre côté.

Dans cette ère intersidérale, tout le monde avait un fichier unique d'identité qui enregistrait tous les aspects de la vie d'une personne : les finances, le travail et les achats. Tout était directement lié aux gènes de l'individu. Autrement dit, tant qu'un humain vivait dans l'Univers, il devait avoir un ficher personnel d'informations. Une fois qu'il aurait accès à l'identité de son bébé en tant qu'humain, il pourrait savoir tout ce qui lui était arrivé ces cinq dernières années.


Cependant Shi Jian avait aussi des doutes. Il se souvenait que lorsqu'il avait recueilli le petit être, son bébé était de toute évidence encore un chaton sans dents qui ne buvait que de la soupe et se montrait difficile. Cela ne faisait que quinze ans alors comment se faisait-il que son bébé ait tout d'un adulte une fois devenu humain ? Mais il se rappela aussi qu'en tant que chat, son bébé était d'une race spéciale qui avait fini sa croissance à trois ans. Du coup devait-il estimer qu'il était un adulte par rapport à sa forme humaine ou bien sa forme de chat ? Ou alors se pouvait-il que son chat soit devenu adulte après avoir pu se changer en humain ?


Shi Jian s'allongea simplement et prit son bébé perdu et retrouvé dans ses bras. Il savait que ce petit être avait besoin de dormir un peu après le repas de midi et que si personne ne le dérangeait, il pouvait dormir un bon moment. Hier il avait été tourmenté presque toute la nuit par les effets de l'encens alors il ne s'était pas tellement reposé Et puis il s'est aussi fait tourmenter par Shi Jian la nuit ET le matin, ne l'oublions pas ! 😅 (2). Mieux valait laisser dormir son chat jusqu'au soir pour une fois.

Il tendit la main et serra Yan Tuo contre lui. Bien que Yan Tuo soit actuellement sous sa forme humaine, il tendit instinctivement les bras et les passa autour de son cou d'un air confus comme il l'avait fait autrefois avec ses petites pattes. Le cœur de Shi Jian s'attendrit et devint une flaque d'eau. Il se dit qu'il en avait trop fait la nuit dernière et ce matin. Cela n'aurait donc pas été raisonnable de tourmenter à nouveau son chat douillet alors il ne put que pencher la tête pour l'embrasser sur le front.


* * *

Il avait stipulé qu'il était urgent de découvrir l'identité humaine de son chat aussi reçut-il une réponse à peine deux heures après.

« Chef, les informations sur l'identité de cette personne relèvent du niveau S d'informations codées de l'Empire. Nous ne pouvons pas y accéder. »

Après plusieurs tentatives, ses hommes ne purent que reconnaître avec honte leur échec.

Les informations et fichiers sur l'identité de toute personne étaient du domaine de la vie privée et personne ne pouvait y avoir accès sauf s'il y était autorisé ou en cas de besoin judiciaire. Cependant Shi Jian jouissait de certains privilèges dans la Fédération et contrôlait aussi le département de renseignements. En théorie il aurait dû être capable de découvrir l'identité de n'importe quelle personne qu'il voudrait.

Sauf que bien entendu, l'Empire n'allait pas laisser les gens de la Fédération faire à leur guise alors l'Empire codait et protégeait lui-même les informations d'identité des gens importants. Le degré de protection dépendait de l'importance : plus la personne était importante, plus le degré de protection était élevé.


Shi Jian marmonna un moment puis donna l'instruction suivante :

« Utilisez Xiaoying pour vérifier. »

Xiaoying était la dernière super-intelligence développée par l'armée et on ne pouvait pas aisément s'en servir sans autorisation ou instruction. S'ils utilisaient Xiaoying pour craquer le codage, même le système de protection impérial de niveau S pouvait être piraté.

Contre toute attente, le subordonné renvoya un message une heure après :

« Chef, le niveau de protection de cette personne est très élevée. Même Xiaoying ne peut pas le percer. Si on pirate par force la base de données, l'autre camp pourrait s'en rendre compte. Pouvez-vous nous laisser un peu plus de temps pour que nous fassions une mise à niveau ciblée de Xiaoying ? »

Shi Jian grogna un moment puis accepta la demande de l'autre homme.


Bien qu'en théorie tous les gens importants de l'Empire étaient sous le niveau S de protection, il y avait des personnes dans l'Empire dont la protection dépassait de loin le niveau S. Par exemple l'empereur ainsi que son unique héritier, le prince Yan Tuo. Étant les deux personnes les plus notables de l'Empire, leur niveau de sécurité devait être bien plus élevé que les autres gens qui étaient aussi de niveau S. Shi Jian ne put donc déterminer le statut de son chat dans l'Empire et pourquoi il avait un tel niveau de sécurité.

Il se rappela que lorsque son chat était apparu la nuit dernière, il avait dit que c'était le prince Ming qui l'avait envoyé. Cependant avec Xiaoying ils pouvaient accéder même aux informations détaillées de l'identité du prince Ming. Cela voulait donc dire que l'identité ou l'importance de son chat dans l'Empire était plus élevée que celle du prince Ming. Du coup, le fait d'avoir été envoyé soi-disant par le prince Ming n'avait été qu'un prétexte. De plus son bébé ne semblait pas le reconnaître pour le moment alors il devait avoir une autre raison de l'approcher.


Shi Jian se moquait bien des raisons pour lesquelles son chat tentait de l'approcher. Tout ce qui comptait, c'était que son bébé était revenu. Il s'inquiétait seulement de ce qui était arrivé à son chat ces cinq dernières années. Si son chat voulait vraiment quelque chose ou bien voulait qu'il fasse quelque chose, il accepterait à condition que son chat reste avec lui pour toujours.

Shi Jian contempla le visage endormi de Yan Tuo et réalisa soudain que son bébé ressemblait un peu à l'empereur et surtout au prince. Ajoutez à ça son haut niveau de protection...

Se pouvait-il que son propre chat soit en fait le fils illégitime de l'empereur et que comme ce dernier ne voulait pas que ce scandale éclate, il avait réglé le niveau de sécurité si élevé ?


Notes du chapitre :
(1) La prunelle de ses yeux. J'ai gardé l'expression chinoise comme dans un précédent chapitre parce qu'il y a un truc avec Yan Tuo et la paume de Shi Jian ! 😄
(2) Et puis il s'est aussi fait tourmenter par Shi Jian la nuit ET le matin, ne l'oublions pas ! 😅






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !