Prisonnier du Temps 88

Chapitre Quatre-vingt-huit : La petite-amie


Yan Tuo se réveilla à nouveau et découvrit qu'il lui était arrivé quelque chose de terrifiant, d'encore bien plus terrifiant que lorsqu'il avait découvert que le commandant de la Fédération au sang froid s'était joyeusement amusé avec lui toute la nuit — il découvrit qu'il était devenu un chat et qu'en plus cette sensation et cette perspective lui étaient familières, il ne se sentait pas tout gêné.

Derniers chapitres parus :
Esprit Malin 25 à 27
Cent façons de tuer un prince charmant 12 et 13
La Renaissance du Suprême Immortel 26 à 30
Le lecteur et le héros doivent absolument tomber amoureux 63 et 64
Le Prince Solitaire 2 07
Ancient Gods Sanctuary 24
Esprit Malin 22 à 24

Yan Tuo fouilla dans ses souvenirs et se rappela vaguement que la veille, quand il s'était senti mal à cause de l'odeur de l'encens, il avait confusément senti que son corps était devenu très petit et que quelqu'un l'avait ramassé... Il avait cru que ce souvenir n'était qu'une illusion et n'y avait pas plus prêté attention mais en y ressongeant maintenant, se pouvait-il qu'il soit devenu un chat à ce moment-là ?

C'était donc ça la raison pour laquelle il ne s'était pas fait éjecter mais avait suscité l'intérêt du froid et abstinent commandant de la Fédération ? Parce qu'en fait son Excellence Shi Jian était attiré par les chats Yan Tuo et ses idées folles ! Le pire, c'est que c'est pas faux ! 🤣 (1) ?


Yan Tuo continua dans ses folles suppositions puis réalisa bêtement qu'il se trouvait à présent dans les bras de l'autre homme. Cet homme semblait très calme à ce sujet et acceptait apparemment le fait qu'il puisse basculer entre les formes humaine et féline. Il l'avait caressé doucement et adroitement et à présent il demanda gentiment :

« Bébé, tu es réveillé ? Tu as faim ou soif ? Tu veux un peu d'eau ? »

Yan Tuo lui lança un regard, leva la patte et frappa Shi Jian sur la joue.

Shi Jian avait l'habitude de se faire taper par son chat de plein de manières différentes. Son bébé aimait particulièrement taper ses épaules et son visage de ses petites pattes, sûrement parce que c'était plus facile à atteindre quand il se faisait porter.


Quand son chat était petit, il considérait toujours que c'était une façon pour son chat de jouer avec lui et de faire le mignon alors dès que son chaton tapait son visage, il l'embrassait et le cajolait. Avec le temps, le fait que son chat lui tape le visage de ses pattes était devenu l'équivalent de demander un bisou. Quand Yan Tuo tapait son visage de sa patte, il souriait avec indulgence et soulevait son chat pour lui demander :

« Tu veux encore un bisou ? Tu fais vraiment le bébé. »

Puis il embrassait le chaton sur le front ou dans le cou.

Alors quand Yan Tuo le tapa cette fois, il serra le petit être contre lui, l'embrassa puis lui proposa de l'eau.


L'écran d'ordinateur près de Shi Jian montrait le contenu de la conférence sur le développement conjoint du système d'astéroïdes entre l'Empire et la Fédération. Les photos des dignitaires de la Fédération et de l'Empire défilaient sur l'écran, y compris le père de Yan Tuo, l'empereur.

Yan Tuo ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux et d'observer avec attention. C'était étrange : cela ne faisait que deux semaines que son père avait quitté la capitale pour se rendre sur la planète neutre afin de participer à la réunion, pourtant il avait l'impression que cela faisait une éternité qu'il n'avait pas vu son père.

Sa mère était morte quand il était petit et c'était son père qui l'avait élevé. La relation entre le père et le fils était très profonde. Cette fois le prince Ming avait manifestement de mauvaises intentions alors il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour la sécurité de son père. Il s'inquiétait que ce dernier soit victime des manigances du prince Ming sans pouvoir se défendre et de ce qui lui arriverait alors.


Shi Jian détermina toutes les réactions de son chat rien qu'en observant ses yeux. Cela renforça sa conviction que le bébé devait avoir un lien avec la famille impériale. Alors il lança d'un ton nonchalant :

« J'ignore si l'empereur est au courant que le chef de sa garde s'est laissé acheter par son frère cadet. »

Yan Tuo sursauta et leva aussitôt sa petite tête vers Shi Jian. Il ignorait si son père était au courant, en tout cas lui-même n'en savait rien. Mais si Shi Jian disait vrai, cela signifiait que son père était dans une situation périlleuse, non ?

« Tu t'inquiètes pour lui ? » demanda Shi Jian d'un ton prétendument indifférent.

Il était à présent convaincu que son bébé était du côté de l'empereur et non du soi-disant prince Ming qui l'aurait envoyé à lui.


Yan Tuo hésita, se pressa contre le torse de l'homme sans répondre, inquiet d'avoir dévoilé trop de faiblesses. Il n'aurait jamais cru que Shi Jian pouvait se montrer si observateur et deviner tant d'information à partir des réaction d'un chat. Ce qu'il ignorait, c'était qu'après avoir passé dix ans à s'occuper de son chat, Shi Jian avait rapidement maîtrisé la capacité à l'observer : il pouvait deviner les pensées de son chat juste à travers son attitude et ses réactions physiques.

« Mais je n'ai aucune obligation d'aider le prince Ming. Si le bébé prend l'initiative de me laisser le caresser, je trouverai un moyen d'avertir l'empereur, » fit Shi Jian d'un ton léger et insouciant.

Yan Tuo ignorait les intentions de Shi Jian, si c'était un test ou autre chose. Cependant il faisait instinctivement confiance à cet homme. Le fait que le prince Ming ait été si anxieux de lui plaire prouvait qu'ils ne se trouvaient pas actuellement dans le même camp, sans parler de l'inquiétude au sujet de son père... Yan Tuo hésita puis tendit maladroitement sa petite patte pour la présenter à Shi Jian.

C'était trop mignon.


Shi Jian s'empressa de toucher la petite patte que le petit être lui avait lui-même présentée. Il la malaxa, la pétrit, la pressa et son chat finit par tourner la tête vers lui avec agacement comme pour dire "Tu n'as pas encore assez touché ?" Shi Jian dissimula son sourire et fit d'un air sérieux :

« Tu dois aussi me laisser te caresser le ventre. »

Le chaton lui lança un regard irrité puis finalement lâcha un miaou réticent, bascula ses fesses et se coucha sur le dos pour dévoiler son ventre blanc.

Cela faisait dix ans que Shi Jian n'avait pas profité du traitement de son chat qui lui montrait de lui-même son ventre pour qu'il le caresse. Il en fut si ému qu'il embrassa et caressa, et le petit chat miaula et se débattit pour le taper de sa patte.

Bête ! Tu oses te comporter ainsi avec un chaton ! Le prince le morigéna frénétiquement en lui-même. Il ferma ses petits yeux et tourna la tête en miaulant pour ne plus avoir à regarder cet homme.


* * *

Dans tous les cas, Yan Tuo était nominalement quelqu'un d'envoyé par le prince Ming aussi Shi Jian avait laissé des hommes derrière. Cela aurait été contraire au bon sens de ne pas réagir. Alors au second jour du séjour de Yan Tuo, Shi Jian envoya directement quelqu'un dans la demeure du prince Ming pour s'enquérir de l'identité du jeune homme qu'il avait envoyé dans sa chambre.

Peu de temps auparavant, l'intendant du manoir du prince Ming avait également reçu un message. Une jeune homme déboula en pleurs chez l'intendant et clama qu'il avait été choisi pour être envoyé à la Fédération et approcher son Excellence Shi Jian. Cependant il avait eu la diarrhée ce jour-là et s'était absenté un moment tandis que les autres se rassemblaient. Quand il était revenu, le véhicule volant était déjà parti.

L'intendant du manoir vérifia son identité et découvrit que l'homme n'avait pas menti. Il était effectivement un des huit jeunes hommes sélectionnés, alors qui avait été emmené ou s'était mêlé au lot dans le véhicule volant ? Après tout, l'intendant en charge de ce cadeau avait bel et bien amené huit jeunes hommes dans la Fédération.


L'intendant du manoir n'osa pas ébruiter tout de suite la chose et contacta discrètement l'intendant qui était resté dans la Fédération afin obtenir confirmation auprès de lui. Cet intendant fut aussitôt paniqué en entendant l'histoire. Il rassembla les sept jeunes hommes à l'exception de Yan Tuo qui avait été envoyé à Shi Jian et il vérifia soigneusement leur identité un par un — au bout du compte, les identités des sept restant correspondaient bien.

À présent les deux intendants furent paniqués. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Cela ne pouvait que dire que celui qu'ils avaient envoyé dans la chambre de Shi Jian était un imposteur ! Ils n'osèrent plus dissimuler cette affaire et en informèrent aussitôt le prince Ming.


Le prince Ming ne fut pas qu'un peu furieux en apprenant la nouvelle. Cependant ce qui était fait était fait alors il ne pouvait que trouver comment arranger les choses. Il n'y avait que deux cas possibles : premièrement le jeune homme qu'ils avaient envoyé n'était qu'un intrigant assoiffé de pouvoir et qui cherchait la protection d'un puissant, ou bien juste une personne ordinaire qui ignorait tout de la situation et s'était retrouvé embarquée dans cette histoire. Dans ce cas cela ne posait aucun problème : puisque cet homme avait obtenu les faveurs de Shi Jian, le prince Ming qui l'avait envoyé pouvait aussi en récolter les mérites auprès de Shi Jian.

La seconde possibilité était que cette personne avait des intentions cachées ou bien de mauvaises intentions dont ils ignoraient tout. Alors s'il faisait le moindre mal à Shi Jian, ils en subiraient les conséquences avec.

Le prince Ming fut pris d'une terrible migraine. Il y avait eu d'abord le prince qui était introuvable depuis qu'il avait bu le vin empoisonné, et maintenant ça. Alors du coup il n'osait pas offenser Shi Jian pour le moment donc il ordonna ceci à son intendant : en attendant, quel que soit le comportement de Shi Jian, il fallait nier toute relation avec cet inconnu. Son plan était à une étape critique, par conséquent il ne pouvait pas se permettre le moindre risque actuellement.


Alors quand Shi Jian envoya quelqu'un pour se renseigner, l'intendant du prince Ming insista sur le fait que bien qu'ils aient effectivement préparé un "modeste présent de grande qualité" pour son Excellence Shi Jian, le présent qu'il avait ramené chez lui n'avait rien à voir avec eux.

En fait même s'il n'avait pas demandé, Shi Jian avait déjà fait vérifier l'identité des huit personnes que le prince Ming prévoyait de lui envoyer, cependant aucune ne correspondait à son bébé. La réaction du côté du prince Ming confirmait simplement ses soupçons : son bébé avait bel et bien été amené par le prince Ming mais il ignorait comment il s'était retrouvé mêlé là-dedans.


* * *

Yan Tuo ne redevint pas humain une fois que Shi Jian eut fini de lui caresser le ventre. Il en conçut un peu d'inquiétude et ne savait pas ce qui n'allait pas chez lui. Il leva la tête et miaula en direction de Shi Jian. Ce dernier restait étonnamment calme malgré la situation et n'avait pas du tout l'air surpris de le voir devenir un chat alors Yan Tuo en déduisit qu'il devait savoir quelque chose.

Toutefois Shi Jian et lui n'étaient pas sur la même longueur d'ondes. L'homme se contenta de l'embrasser, de le serrer contre lui et de le cajoler :

« D'accord bébé, ne te fâche pas. Je vais t'emmener dehors, Shi Rui est là. Tu te souviens de Shi Rui ? Quand tu étais petit, tu marchais toujours sur ses devoirs et ses manuels... Laisse tomber, si tu ne te souviens même pas de moi, tu ne peux pas te souvenir de lui. »

S'il s'avérait que son bébé pouvait se rappeler de Shi Rui tandis qu'il ne se souvenait plus de Shi Jian, ce dernier ne répondrait plus de rien.


Yan Tuo fut un peu perdu en écoutant l'autre homme. Il ne comprenait pas ce que disait Shi Jian, cependant il savait que Shi Rui était également un jeune général de l'Armée Fédérale et l'un des éléments centraux de la faction de Shi Jian. Mais pourquoi Shi Jian voulait l'emmener voir ses hommes ?

Yan Tuo miaula deux fois puis fut soulevé par Shi Jian qui sortit de la pièce. Il tapota le visage de l'homme avec ses pattes pour exprimer son incompréhension. Shi Jian le laissa le taper avec indulgence et embrassa la tête du chat, son petit nez, ses petits yeux et sa petite bouche tout en marchant et en le cajolant. Il sortit dans le jardin.

Quand l'homme aux cheveux courts qui attendait dehors vit l'attitude collante d'un chat et d'un homme, il ne put retenir une exclamation :

« Ça alors ! Frère Shi ! Ta petite-amie est vraiment de retour ?! »

Quelle petite-amie ? Yan Tuo lâcha un miaou, tourna la tête et fixa d'un air furieux ce type bizarre.


Notes du chapitre :
(1) Yan Tuo et ses idées folles ! Le pire, c'est que c'est pas faux ! 🤣






Commentaires

:

:

Pour insérer des émojis dans le message, appuyez sur la touche Windows et ; de votre clavier (pour Windows 10).

Tu n'as pas rempli tous les champs !